Ānāpānasati (attention à la respiration) – se concentrer sur le nez ou sur tout le corps?

picmate 涅

Ānāpānasati (attention à la respiration) – se concentrer sur le nez ou sur tout le corps?


Je médite depuis trois mois, environ 30 minutes par jour (ou un peu plus longtemps). J’ai suivi la  » Méthode de méditation de base  » d’Ajahn Brahm pour amener l’esprit à être dans le présent relativement régulièrement (il vagabonde toujours, mais pas comme lorsque j’ai commencé la pratique). J’ai commencé par essayer de calmer l’esprit (trop de pensées internes, etc.) en gardant mon attention tantôt sur le souffle, tantôt sur un son sans coller strictement à un seul objet de méditation. Ma compréhension de la description d’Ajahn Brahm de la première étape était d’amener l’esprit au présent, puis de le calmer.

Maintenant, je suis un peu là, j’essaie de comprendre comment procéder. Les livres de méditation recommandent de garder votre attention au bout du nez, mais mon esprit est naturellement attiré par la connaissance de la respiration dans son ensemble (à travers la plupart des parties du corps, de la poitrine, du ventre et parfois du visage également). J’ai essayé de revenir au nez, mais cela a rendu la méditation vraiment difficile. Quand je suis revenu à l’expérience du corps entier, c’était plus facile. Je me demande juste si je fais ça mal. Si oui, comment dois-je procéder?

Je suis particulièrement intéressé à savoir si cette façon de méditer est ce que Bouddha a mentionné dans le Satipatthana Sutta quand il dit:

«« Expérimentant tout le corps, j’inspirerai », pensant ainsi, il s’entraîne.« Expérimentant tout le corps, j’expirerai », pensant ainsi, il s’entraînera.» Apaisant l’activité du corps, je respirerai en «pensant ainsi, il s’entraîne.» Apaisant l’activité du corps, j’expirerai », pensant ainsi, il s’entraîne.

Bonn

J’ai décrit ānāpānapabba sur buddhism.stackexchange.com/a/24514/10100

Ravindranath Akila

Dans ce contexte, le corps est utilisé pour désigner la nature gazeuse de la rupa dont le souffle est fait.

Réponses


 Dhammadhatu

Ma compréhension de la description d’Ajahn Brahm de la première étape était d’amener l’esprit au présent, puis de le calmer.

Correct.

Maintenant, je suis un peu là, j’essaie de comprendre comment procéder. Les livres de méditation recommandent de garder votre attention au bout du nez …

Vous semblez abandonner les instructions d’Ajahn Brahm. Ajahn Brahm n’enseigne pas à observer délibérément la respiration au nez.

mon esprit est naturellement attiré par la connaissance de la respiration dans son ensemble (à travers la plupart des parties du corps, de la poitrine, du ventre et parfois du visage également). J’ai essayé de revenir au nez, mais cela a rendu la méditation vraiment difficile. Quand je suis revenu à l’expérience du corps entier

La pratique consiste à calmer l’esprit; abandonner l’envie et abandonner l’ambition. Lorsque l’esprit est calme, l’esprit ressentira la respiration partout où l’esprit ressent naturellement la respiration.

«Expérimentant tout le corps, j’inspirerai», pensant ainsi, s’entraîne-t-il. «Expérimentant tout le corps, je vais expirer», pensant ainsi, s’entraîne-t-il. «Apaisant l’activité du corps, j’inspirerai», pensant ainsi, s’entraîne-t-il. «Apaisant l’activité du corps, je vais expirer», pensant ainsi, s’entraîne-t-il.

Bien que la traduction ci-dessus ne soit pas exacte, elle est assez bonne. Il dit de faire l’expérience du «corps entier», il n’est donc pas nécessaire de regarder uniquement au bout du nez. Lorsque la respiration et le corps seront finalement calmés, l’esprit convergera naturellement vers le nez.

Le but de la méditation bouddhiste n’est pas de manipuler les phénomènes. Le but de la méditation bouddhiste est de pratiquer l’abandon du désir et de l’attachement. Ajahn Brahm a dit que « les jhanas sont des états de lâcher prise  » (comme Bouddha l’a enseigné dans SN 48.9 et SN 48.10).

Vous devez vous en tenir aux instructions d’Ajahn Brahm et ignorer les autres enseignants (sauf moi!).

picmate 涅

Merci beaucoup pour la clarification. En fait, j’ai réécouté et relu la méthode d’Ajahn Braham et j’ai réalisé ce que vous avez mentionné. Laisser le souffle prendre conscience lorsque l’esprit est calme et dans le présent et être là avec lui. Merci aussi pour les conseils sur l’ignorance des autres. Essayer de suivre beaucoup de choses complique généralement.

Dhammadhatu

Si vous décidez de suivre les conseils d’un certain enseignant, respectez-le fidèlement. Si après avoir fait un essai approfondi, cela n’apporte pas de progrès, alors regardez ailleurs. Mais nous devons veiller à ne pas écouter les différents enseignants. Cordialement


 SarathW

La façon dont je comprends l’objet d’Anapanasati est le souffle. Alors, gardez votre attention sur le souffle, quelle que soit la forme présentée.

Dhammadhatu

Bien que j’aie marqué votre réponse, en réalité, gardez votre attention sur l’esprit silencieux et sans envie.


 Anonymous

Bien sûr, c’est difficile! 😉 Mais pour l’instant, si c’est utile, vous pouvez continuer à vous concentrer sur toute la respiration pendant qu’elle se déplace dans votre corps. N’oubliez pas que c’est la méditation de la roue d’entraînement. Finalement, ils doivent se détacher. Même se concentrer sur la respiration lorsqu’elle se déplace dans le corps – une entité cohérente – n’est pas un point focal stable. Lorsque votre concentration se déplace avec la respiration, il suffit de dire que votre esprit bouge également. Pour une méditation correcte et stable, le point focal doit rester stable. Votre esprit doit rester en place. Et cela ne se produira que si vous choisissez un seul point de méditation et que vous vous y tenez.

picmate 涅

Je vous remercie. Je me demandais simplement, dans le Sathipattana sutta, Bouddha mentionne (a mis à jour la réponse) que le méditant médite en se concentrant sur tout le corps après s’être concentré sur les inspirations et les expirations, je me demandais si mon expérience de la respiration était quelque chose de similaire.

Dhammadhatu

J’ai noté cette réponse en raison de sa conclusion. En réalité, si l’esprit doit développer VIPASSANA (aperçu) de la façon dont l’esprit-corps – et – la respiration sont interreliés par rapport à l’apparition et à la cessation du stress et aussi à la compréhension de l’impermanence et du non-soi de la respiration, l’esprit doit naturellement suivre et suivre les mouvements et les sensations de la respiration dans tout le corps.

 

-, «Attention», #à, #la, #ou, anapanasati, concentrer, corps, Le, nez?, respiration, se, sur, tout

 

wiki

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *