Comment juger de la fiabilité d’une traduction biblique donnée?

Paul

Comment juger de la fiabilité d’une traduction biblique donnée?


Étant donné que les humains qui ont écrit la Bible et les humains qui l’ont traduite ont tous eu le libre arbitre, la question de l’inerrance biblique est délicate.

Voir aussi: Par quel mécanisme la Bible pourrait-elle être inerrante?

On prétend généralement que ceux qui transcrivent et traduisent le texte travaillent sous la direction du Saint-Esprit. Bien que cela puisse être vrai pour certains, il est également clair que tous les projets de traduction n’ont même pas abordé le travail de bonne foi, et encore moins sous la direction surnaturelle. Certaines «traductions» sont clairement contradictoires avec d’autres, et d’autres montrent des signes évidents d’un ordre du jour spécifique apporté au texte. D’autres déclarent spécifiquement avoir un parti pris politique dans le projet (par exemple le Conservative Bible Project). Bien sûr, presque chaque groupe ou individu qui produit une traduction continue ensuite à affirmer que le leur est la « vraie » interprétation du texte ou du sens.

Puisque clairement tout le monde qui travaille sur la Bible n’est pas guidé par le Saint-Esprit, comment savoir quelles traductions sont fiables? Les traductions traditionnelles modernes et anciennes sont-elles considérées comme exemptes d’agendas politiques et de préjugés personnels? Si oui, comment le savons-nous?

Réponses


 Cameron

Cliche Christian réponse: priez à ce sujet. Je suppose que ce n’est pas la réponse que vous cherchez, alors je vais dire « recherche ».

Par exemple, en consultant Wikipédia, vous pouvez voir que la traduction de la nouvelle version internationale « a duré dix ans et a impliqué une équipe de 100 universitaires des États-Unis, du Canada, du Royaume-Uni, d’Australie, de Nouvelle-Zélande et d’Afrique du Sud. la participation comprenait de nombreuses confessions différentes telles que les anglicans, les assemblées de Dieu, les baptistes, les chrétiens réformés, les luthériens et les presbytériens.  » De plus, « Les récentes découvertes archéologiques et linguistiques ont aidé à comprendre les passages traditionnellement difficiles à traduire. »

Le fait d’avoir une grande équipe de chercheurs internationaux et interconfessionnels aide beaucoup à éliminer les biais et à garantir une traduction exacte. Ensuite, l’utilisation de différentes découvertes donne un aperçu supplémentaire.

Vous pouvez facilement faire cette recherche (et une recherche plus approfondie) pour les autres traductions également. J’ai seulement utilisé NIV comme exemple parce que c’est ce que je vois le plus souvent cité. Avec autant de chercheurs utilisant autant de traductions différentes, il est généralement assez facile de savoir quand une traduction est inexacte.

Si vous êtes inquiet des préjugés, pensez à acheter une Bible parallèle pour pouvoir toujours comparer deux ou trois traductions

Paul

C’est une bonne réponse.

Ralph M. Rickenbach

Il existe un danger de devenir le plus grand dénominateur commun si de nombreuses personnes travaillent sur une traduction, en particulier avec des groupes divers. Votre commentaire sur l’utilisation de plusieurs bibles est très valable. Utilisez des bibles dans différentes langues, de différentes époques.

JBaczuk

Je suis d’accord, vous pouvez tester les Écritures dans Jacques 1: 5 Si l’un d’entre vous manque de sagesse, qu’il demande à Dieu, qui donne généreusement à tous les hommes, sans reproches; et il lui sera donné.


 dancek

Vous pouvez voir cela de différentes manières. Je pense que les trois points de vue dont je vais parler ont tous leurs mérites.

La réponse optimiste

Avertissement: n’appliquez pas le raisonnement suivant aux traductions sectaires, par exemple la Traduction du monde nouveau. Sérieusement.

Toutes les traductions de la Bible (notables) sont très soigneusement créées. Chacun d’entre eux est digne de confiance sur tous les points les plus importants. Toute erreur de traduction mineure sera suffisamment mineure pour ne pas trop d’importance.

La réponse réaliste (en d’autres termes, ce que je recommande!)

Toutes les traductions comportent des erreurs. Vous devriez lire les différentes traductions côte à côte (par exemple en utilisant une Bible parallèle en ligne) et faire attention à tous les choix de traduction qui ne se trouvent que dans quelques versions.

Pratiquement, c’est lent à faire pour tout ce que vous lisez. Il pourrait suffire de le faire uniquement en cas de doute.

La réponse ultra-cynique

Toutes les traductions comportent des erreurs. Lisez l’original, alors. Mais certains manuscrits contiennent également des erreurs. Et beaucoup de choses n’ont pas de sens pour nous, dans une culture très différente de celle dans laquelle les textes ont été écrits.

Devenez donc un érudit grec et hébreu, un historien, un archéologue, un théologien, etc.

Ou la variation moins cynique: réalisez que parfois un non-expert devra faire beaucoup de recherches. Et ils pourraient encore se tromper.


 jchaffee

Une traduction de la Bible est considérée comme « digne de confiance » selon la façon dont elle peut traduire les concepts décrits dans une langue dans le vocabulaire d’une autre. La NIV ne le fait pas bien dans quelques cas. Chaque cas où il est dit «nature pécheresse», devrait vraiment être traduit par «chair». La «nature pécheresse» dénote que le péché peut faire partie de notre nature humaine, alors qu’en réalité le péché nous rend de moins en moins humains (et ne peut donc pas être doublé comme faisant partie de notre nature humaine). Une bonne traduction de la Bible est celle qui peut transmettre le mieux possible des vérités intemporelles de l’Évangile. Cependant, nous devons nous rappeler que la traduction est une interprétation. Et que dans toute traduction, il est impossible de ne pas faire une certaine interprétation.

Les gens peuvent dénoncer une traduction comme n’étant pas très précise, mais la vraie question à la racine est de savoir si Dieu peut utiliser une mauvaise traduction pour provoquer un changement transformateur dans l’âme collective d’une personne et de la communauté. Alors peut-être qu’au lieu de demander quelle est notre base pour une bonne traduction, nous pourrions nous demander, y a-t-il un moyen que Dieu ne se contente pas d’utiliser pour atteindre qui il veut?

Non seulement cela, mais tout le texte a un ordre du jour. Les Écritures ont définitivement un programme pour nous diriger vers Christ. Le vrai problème est de croire que le Saint-Esprit a et continue de guider l’Église universelle par des moyens que nous pourrions juger «pas assez bons» si nous étions Dieu. Mais là encore, grâce à Dieu, Dieu peut travailler à travers tout et n’importe quoi pour sa gloire.


 Sarah

La plupart des traducteurs de la Bible sont intègres et la majorité des traductions sont donc valides, mais les biais et les inexactitudes se glisseront dans ….. vous pourriez être intéressé par la lecture de « La vérité en traduction » par Jason David BeDuhn qui compare le biais et l’exactitude de 9 des les versions les plus largement diffusées de la Bible, y compris le King James, NIV, NWT et la New American Bible.

Anne

Votre point de départ est bon, Sarah, bien que le doctorat de BeDuhn de l’Université de l’Indiana soit en études religieuses comparées, pas en langues bibliques. Il n’est pas reconnu dans la communauté universitaire comme un expert en grec biblique. Son admission qu’il n’est « pas un théologien » ne nous assure pas d’être à l’abri des préjugés, par exemple, il défend la restitution des TN-O. De Jean 1: 1 à l’apologiste catholique John Pacherco en disant que Jean n’est pas « concerné » par l’engagement monothéiste radical du Deutéronome, rendant ses croyances sur Dieu incompatibles avec le Deutéronome. Le livre de BeDuhn requiert une approche prudente.

 

#de, #la, biblique,, comment, d’une, donnée?, fiabilité, juger, traduction

 

wiki

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *