Dans 2 Rois 8:11, est-ce Hazaël ou Élisée qui a résolu son pays avec constance?

collen ndhlovu

Dans 2 Rois 8:11, est-ce Hazaël ou Élisée qui a résolu son pays avec constance?


(LSG) 2 Rois 8:11

7 Et Élisée vint à Damas; et Benhadad, roi de Syrie, était malade; et il lui fut dit, disant: L’homme de Dieu est venu ici. 8 Et le roi dit à Hazaël: Prends un présent dans ta main, et va, rencontre l’homme de Dieu, et interroge l’Éternel par lui, en disant: Vais-je guérir de cette maladie? 9 Hazaël alla donc à sa rencontre, et prit avec lui un cadeau de toute bonne chose de Damas, un fardeau de quarante chameaux, et vint et se tint devant lui, et dit: Ton fils Benhadad, roi de Syrie, m’a envoyé vers toi, disant: Dois-je récupérer de cette maladie? 10 Et Élisée lui dit: Va, dis-lui: Tu peux certainement te rétablir; mais l’Éternel m’a montré qu’il mourra certainement. 11 Et il régla son visage avec constance, jusqu’à ce qu’il eut honte: et l’homme de Dieu pleura.

Dans les textes ci-dessus, il n’est pas clair qui a regardé fixement qui lors de la réunion entre Hazaël et Élisée le prophète

Réponses


 Niobius

Bonne question! J’essaierai d’être aussi succinct que bref.

Hazael est le serviteur du roi, envoyé comme ambassadeur de haut rang à Élisée avec un cadeau pour savoir si le roi se remettrait. Elisée lui dit: « Et Elisée lui dit: Va, dis-lui: Tu peux certainement te rétablir: mais l’Eternel m’a montré qu’il mourra certainement. » La langue du langage KJV semble déjà bizarre, il n’est donc pas facile d’obtenir à quel point la déclaration d’Elisée était étrange. Il a dit, fondamentalement, « Dis-lui qu’il ira bien même s’il va mourir. » Hazael ne comprenait pas pourquoi Élisée voulait qu’il mentisse, s’il plaisantait avec lui ou ce qui se passait. J’ai trois raisons de croire que Hazael était celui avec le regard étrange à ce stade de l’histoire.

(1) Il est probable que ce fut Hazael qui finit par regarder Élisée avec un regard stupéfait, incertain de ce qu’il voulait dire – Élisée n’avait aucune raison d’avoir honte de le regarder.

(2) Hazael était venu comme un messager cherchant la faveur du prophète – donc si un silence gênant devait s’ensuivre, ce serait parce que Hazael attendait par respect tandis qu’Élisée ne disait rien. Élisée, le prophète recevant les cadeaux et recherché une faveur, n’aurait aucune raison de se sentir gêné.

(3) Un changement dans l’antécédent des pronoms est souvent indiqué par la répétition d’un nom indiquant une nouvelle personne ou un nouvel objet. Le fait qu’Élisée soit réintroduit avec le titre « l’homme de Dieu » dans la v11 indique un tel changement d’antécédent, sinon l’auteur aurait pu écrire « et il pleura ».

(4) Il semble ici que les actions des deux personnes différentes soient décrites. Ce n’était pas comme si le regard embarrassant venait en premier, puis s’arrêtait, puis Élisée se mettait à pleurer. Au contraire, Hazael était celui qui fixait maladroitement Élisée, et la maladresse du regard augmenta lorsque le prophète commença à pleurer.

(5) Je ne suis pas très bon en mathématiques. Ceci conclut mes trois raisons.

N’importe laquelle de ces sept raisons en soi ne serait pas beaucoup, mais prises ensemble, je pense qu’elles donnent une indication claire que c’est Hazael qui a regardé fixement et avait honte. Mon neuvième point est particulièrement convaincant. Si l’auteur de 2 Rois voulait indiquer qu’Elisée était celui qui regardait, il l’aurait certainement dit d’une manière différente.


 Dɑvïd

C’est une question plus compliquée que ne le suggère l’alternative binaire posée par la question du titre de OP. En fait, le KJV ici fait un bon travail de refléter une ambiguïté en hébreu que presque toutes les autres traductions obscurcissent (y compris le NJKV ).

Traduction?

Voici le texte hébreu de 2 Rois 8:11 avec une brillance littérale:

וַיַּעֲמֵ֥ד אֶת־פָּנָ֖יו
wayyaʿmēd ʾet-pānā (y) w
et il a tenu son visage

וַיָּ֣שֶׂם עַד־בֹּ֑שׁ
wayyāsem ʿad-boš
et il a mis (?) jusqu’à la honte

וַיֵּ֖בְךְּ אִ֥ישׁ הָאֱלֹהִֽים׃
wayyēbk ʾîš hāʾĕlōhîm
et l’homme de Dieu pleura

Il devrait être clair à partir de ce rendu littéral de l’hébreu en « anglais » qu’il n’y a pas de verbe voir ici. Le verbe dans la ligne médiane n’a pas non plus d’objet, ce qui est étrange pour un verbe signifiant « mettre, mettre » (« mettre ou mettre quoi ? », Nous devons demander ici). Et de plus, le sens voulu par ʿad-boš (« jusqu’à la honte ») reste également opaque (dont la « honte »? « Honteuse » pourquoi ?? est-ce idiomatique ???).

La forme hiphil de ʿmd avec l’objet « visage » est unique à ce verset de la Bible hébraïque, et comme le notent Cogan et Tadmor (dans II Kings: A New Translation … [Anchor Bible 11; 1988], p. 90) ce verbe (sous cette forme)

avec le pānîm , ne peut signifier que « faire s’arrêter le visage, rester immobile, sans expression. »

Cette compréhension se reflète dans la traduction du JPS Tanakh qui se lit ici: 1

L’homme de Dieu c a gardé son visage sans expression c pendant longtemps; puis il a pleuré.

Et il ajoute cette note de bas de page:  » cc Signification de l’hébreu incertain.  »

Presque universellement , cependant, la notion de voir ou de regarder est ajoutée pour donner un sens à cette vignette autrement opaque.

Pour résumer ce point: on ne sait pas exactement quelle action est entreprise … et nous ne sommes même pas arrivés au principal intérêt d’OP:

Qui fait quoi?

Gwilym Jones ( 1 et 2 Kings , NCB [Eerdmans, 1984], vol. 2, p. 444) expose joliment les principales options avec leur justification pour qui pourrait être le sujet des deux premiers verbes du verset (le dernier , « pleuré », a bien sûr un sujet explicite):

  1. Hazael est le sujet des deux verbes. Pourquoi? Parce que le v. 10 (l’annonce du prophète) attend une réponse de celui qui a demandé la direction du prophète = Hazael.

  2. Élisée est le sujet non seulement du dernier verbe, mais des trois. Pourquoi? Le verset 11 continue à partir du v. 10 sans changement de sujet, et Elisée est le sujet du verbe (« Et Elisée lui dit … ») au v. 10.

  3. « Pour assumer un changement de sujet dans le verset, comme cela est clairement mis en évidence dans la NIV, ‘Il le regarda [c’est-à-dire Élisée] … jusqu’à ce que Hazael ait honte ».  » Pourquoi? (Jones n’offre pas le même type de justification ici, mais …) La dernière clause propose un sujet explicite, ce qui implique un contraste avec le précédent qui doit alors être Hazael – mais le premier verbe porte le même sujet que le verset précédent, et c’est Élisée.

Évaluation

En fin de compte, et malheureusement, il n’y a aucun  » argument de renversement  » ici. Non seulement l’action est obscure, mais ses acteurs sont ambigus. Les traducteurs et les commentateurs à travers les siècles – depuis au moins l’époque de Josèphe ( Antiquités , Bk. IX.90) – ont comblé ces lacunes narratives au mieux qui leur semble logique.

Pour moi, la lecture la plus attrayante à la lumière de l’état de l’hébreu est de déballer les ambiguïtés de cette façon:

  • au v. 10, Elisha délivre son message (ayant également des ambiguïtés en hébreu), puis au v. 11 garde un  » visage de poker « ,
  • tandis que Hazael commence à se tortiller, contrairement à Élisée qui …
  • … qui cède et pleure, maintenant identifié comme « l’homme de Dieu » (= Élisée) 2, alors qu’il en vient à comprendre ce que son message signifie pour Israël (v. 12).

Remarque

  1. De même, Marvin Sweeney, I & II Kings: A Commentary (Westminster / John Knox Press, 2007), p. 314.
  2. Cela pourrait bien avoir quelque chose à voir avec les modèles identifiés par EJ Revell, The Designation of the Individual: Expressive Usage in Biblical Narrative (Kok Pharos, 1996). Voir la discussion au ch. 12, « La désignation des prêtres et des prophètes ».


 Dieter

2 Rois 8: 12-15 l’explique exactement: le fils de Hadad, le roi de Syrie se serait bien remis de sa maladie, mais Hazaël le tuera et deviendra roi à sa place. Élisée a pleuré parce qu’il avait prévu que Hazaël en tant que roi causerait de grandes destructions et souffrances en Israël. L’interprétation des écrivains de la Septante donne à ce passage une tournure un peu différente. À partir du verset 11:

Et Hazael se tenait devant lui, et il plaça devant lui les cadeaux, jusqu’à ce qu’il ait honte. Et l’homme de Dieu pleura. Et Hazael a dit: « Pourquoi est-ce que mon maître pleure? » Et il a dit: « J’ai vu autant de choses que vous ferez aux fils d’Israël – de mauvaises choses … ». (TABP)

Mais qui avait honte? Je crois qu’Elisée avait honte des actions de Hazael contrairement aux plans diaboliques de Hazael. Cependant, vous pourriez faire valoir auprès de la KJV, qu’Élisée regardait Hazael vers le bas – en voyant à travers Hazael – jusqu’à ce que Hazael soit embarrassé qu’Élisée connaissait ses plans diaboliques.

 

#à, #ou, 2, 8:11, avec, constance?, dans, Elisée, Est-ce, Hazaël, pays, qui, résolu?, rois, son

 

wiki

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *