Dans Hébreux 3: 2, pourquoi τῷ ποιήσαντι αὐτὸν n’est-il pas traduit par «à celui qui l’a créé»?

Ruminateur

Dans Hébreux 3: 2, pourquoi τῷ ποιήσαντι αὐτὸν n’est-il pas traduit par «à celui qui l’a créé»?


Westcott et Hort / [variantes NA27] πιστὸν ὄντα τῷ ποιήσαντι αὐτὸν ὡς καὶ Μωυσῆς ἐν ὅλῳ τῷ οἴκῳ αὐτοῦ.

Voici le contexte:

3 C’est pourquoi, frères saints, vous qui partagez une vocation céleste, considérez Jésus, l’apôtre et grand prêtre de notre confession, 2 qui a été fidèle à celui qui l’a nommé , comme Moïse aussi était fidèle dans toute la maison de Dieu. 3 Car Jésus a été jugé digne de plus de gloire que Moïse, d’autant plus de gloire que le constructeur d’une maison a plus d’honneur que la maison elle-même. 4 (Car chaque maison est construite par quelqu’un, mais le bâtisseur de toutes choses est Dieu.) 5 Maintenant, Moïse était fidèle dans toute la maison de Dieu en tant que serviteur, pour témoigner des choses qui devaient être dites plus tard, 6 mais Christ est fidèle sur la maison de Dieu en tant que fils. Et nous sommes sa maison, si en effet nous tenons ferme notre confiance et notre fierté dans notre espérance.

La Sainte Bible: version standard anglaise. (2016). (Hé 3: 1–6). Wheaton: Standard Bible Society.

Le BDAG suggère « à celui qui l’a nommé ». Est-ce convaincant?:

… ⓑ de l’activité divine, en particulier de l’activité créatrice de Dieu créer (Hes., Op. 109; Héraclite, Fgm. ποιῶν ‘the Creator’; Epict.1, 6, 5; 1, 14, 10; 2, 8, 19 σε ὁ Ζεὺς πεποίηκε; 4, 1, 102; 107; 4, 7, 6 ὁ θεὸς πάντα πεποίηκεν; Ael. Aristid.43, 7 K. = 1 p. 2 D .: Ζεὺς τὰ πάντα ἐποίησεν; Herm. Wr.4, 1. Dans LXX oft. Pour בָּרָא aussi Wsd 1:13; 9: 9; Sir 7:30; 32 : 13; Tob 8: 6; Jdth 8:14; Bar 3:35; 4: 7; 2 Macc 7:28; Aristobulus in Eus., PE13, 12, 12 [pp. 182 et 184 Holladay]; JosAs 9: 5; Philon, Sacré Abel.65 et souvent; SibOr 3, 28 et Fgm.3, 3; 16; Just., A II, 5, 2 al.) W. acc. 7 χείρ μου ἐποίησεν ταῦτα πάντα Ac 7:50 (Is 66: 2). τοὺς αἰῶνας Hb 1: 2 (s. αἰών 3). τὸν κόσμον (Epict.4, 7, 6 ὁ θεὸς πάντα πεποίηκεν τὰ ἐν τῷ κόσμῳ καὶ αὐτὸν τὸν κόσμον ὅλον; Sallust. 5 p. 10, 29; Wsd 9: 9; 9. 24]) Ac 17:24. τὸν οὐρανὸν καὶ τὴν γῆν (cp. Ael. Aristid. ci-dessus; Gen 1: 1; Ex 20:11; Ps 120: 2; 145: 6; Is 37:16; Jer 39:17 et al .; TestJob 2: 4 ; Jos., C. Ap. 2, 121; Aristobulus ci-dessus) Ac 4:24; 14: 15b; cp. Rv 14: 7. τὰ πάντα PtK 2 p. 13, 26 (JosAs 12, 2; Just., D. 55, 2; aussi s. Ael. Aristid. Ci-dessus). Lc 11:40 est classé ici par beaucoup. De la relation de Jésus à Dieu Ἰησοῦν, πιστὸν ὄντα τῷ ποιήσαντι αὐτόν = l’a nommé Hb 3: 2 (cp. Is 17: 7) .— W. un second acc., celui du prédicat (PSI 435, 19 [258 BC] ὅπως ἂν ὁ Σάραπις πολλῷ σὲ μείζω ποιήσῃ) ἄρσεν καὶ θῆλυ ἐποίησεν αὐτούς (Dieu) les a créés mâle et femelle Mt 19 Mc 10: 6 (tous deux Gen 1: 27c) .— Passez. Hb 12: 27. — ὁ ποιήσας le Créateur Mt 19: 4a vl ….

Arndt, W., Danker, FW, Bauer, W., et Gingrich, FW (2000). Un lexique grec-anglais du Nouveau Testament et d’autres littératures paléochrétiennes (3e éd., P. 839). Chicago: University of Chicago Press.

Réponses


 Levan Gigineishvili

Les deux sont possibles, car le verbe peut être utilisé dans les deux sens (dans le sens de « nommer », « faire smbd. Quelque chose », nous avons déjà ce verbe en grec classique, par exemple dans « Odyssée » d’Homère I: 387: μὴ σέ γ᾽ ἐν ἀμφιάλῳ Ἰθάκῃ βασιλῆα Κρονίων ποιήσειεν – «faire / nommer quelqu’un un roi»; ou dans Thycidides Αθεναιον ποιειν τινα «faire / nommer quelqu’un un citoyen athénien» (Liddle & etc) sens de «nommer» par Athanase (Ar. 2.8.), ou dans Chrysostome qui explique: «εποιεσεν, τουτεστι κατεστησεν» («fait, c’est-à-dire nommé») (Lampe), etc.). Cependant, ici, dans Hébreux 3: 2, il n’est pas entièrement sans équivoque (comme, par exemple, dans Marc 3:14, où il est «nommé» et non «créé» sans équivoque, ou dans Gen. 1 où il est «créé» sans équivoque. et non « nommé »). La Vulgate préserve cette équivoque par « fecit », ce qui peut aussi signifier les deux actions.

Le «nommé» est probablement plus plausible, car Paul ne se réfère pas à Jésus comme à une créature, disant ailleurs que le Père a fait naître par lui l’intégralité de la création (Hébreux 1: 2), l’excluant ainsi de cette totalité. Et ici, dans la séquence immédiate, la gloire de Jésus est opposée à la gloire de Moïse comme celle de Créateur au fait, de constructeur de maison à une maison, le verbe κατασκευαζω s’appliquant à la fois à Jésus et à Dieu, et la « maison » se réfère à Moïse , en tant que partie de cette maison et agissant en tant que serviteur, et aussi tous les humains, y compris Paul lui-même (ου οικος εσμεν εμεις), mais Jésus avec Dieu est en dehors de la « maison », alias création, exprimée par le préfixe ἐπὶ qui avec accusatif οικον signifie « sur », c’est-à-dire « surface supérieure de », comme dans « monté sur le cheval », donc pas une partie de la surface du cheval, dans ce cas, pas une partie de la création.

Cependant, « créé » est également plausible, car Jésus est créé dans sa nature humaine et dans sa nature humaine est resté fidèle à Dieu, accomplissant toujours des choses qui lui plaisent (cf. Jean 8:29), et ayant vécu une vie d’obéissance totale , jusqu’à la mort en croix (Phil. 2: 8). Certaines traductions anciennes, ainsi, par exemple une traduction canonique géorgienne du 11ème siècle, font cette option, mettant « créé » sans équivoque.

Levan Gigineishvili

Oui bien sûr. Déjà en grec ancien, le ποιέω pouvait signifier « nommer » comme dans « L’Odyssée » d’Homère ποιειν τινα βασιλεα « faire / nommer quelqu’un roi », ou à Thucydides Αθεναιον ποιειν τινα « faire / nommer quelqu’un comme citoyen athénien » (Liddle & le même sens que Jésus « en fait des apôtres » dans Marc 3:14; Dans la littérature théologique, il est également assez courant, par exemple Chrysostome explique: «εποιεσεν, τουτεστι κατεστησεν» («fait, c’est-à-dire nommé») (Lampe), etc.

Levan Gigineishvili

Merci d’avoir signalé la disparition des commentaires; Je viens de faire l’ajout.

elika kohen

Il y a une erreur de raisonnement ici. Tout simplement parce que tout peut être créé par quelque chose / quelqu’un d’autre – ne signifie pas que cet « acteur » n’a pas été créé. La doctrine de la « Trinité » repose sur le fait que Jésus est le Logos / Sagesse de Dieu, se tenant devant Dieu, créant toutes choses. Jean 1 est un parallèle direct avec les Proverbes – Proverbs 8:25 - Before the mountains were settled, Before the hills, I was brought [born] forth; En d’autres termes, il est présomptueux de déclarer que Paul croyait certainement que Jésus n’était pas créé, même si la Sagesse était la « première » créée, mais à travers elle tout a été fait.

Levan Gigineishvili

@elikakohen « Erreur de raisonnement »? Je suppose que c’est une plus grande erreur de raisonnement et tout à fait contre-intuitif de suggérer que le terme « tout ce qui est créé » laisse de côté quelque chose qui est également créé, mais qui n’est pas inclus dans le « tout ». Le Père et le Fils avaient une gloire commune avant la création du monde (Jean 17: 5), c’est-à-dire avant le commencement du temps, dans l’éternité; c’est une invraisemblance grossière d’imaginer qu’il y ait eu un temps super-temporel mais sub-éternel avant la création du monde dans lequel Dieu a créé Son Instrument pour la création du monde – très tendu et non philosophique, fantaisie contre-intuitive.

elika kohen

Levan – vous êtes « en train de poser la question »: "nobody would in right reason suspect that "word" in this passage is a created entity" Mais c’est exactement ce que cette question demande – et c’est raisonnable. Dans l’Écriture, le Logos, Word, and Wisdom of God sont interprétés comme des références à Jésus. Cette question même demande si Jésus a été « créé » ou non. Encore une fois, ce n’est qu’un red-hareng, (un ad-hominem aussi), d’une excellente réponse par ailleurs. Ces théologies sont pertinentes par rapport à la priorité que vous avez soulignée – de la littérature grecque. Quoi qu’il en soit, je pense que l’objection a été clairement / valablement formulée.


 anonymequi

La morphologie exacte de ποιήσαντι apparaît trois fois dans le NT grec:

« Qui était fidèle à celui qui l’a nommé (ποιήσαντι), comme Moïse était également fidèle dans toute sa maison. » Hébreux 3: 2

« Car il aura un jugement sans pitié, qui n’a manifesté (ποιήσαντι) aucune pitié; et la miséricorde se réjouit contre le jugement. » Jacques 2:13

« Dire à haute voix, Craignez Dieu, et donnez-lui gloire; car l’heure de son jugement est venue: adorez celui qui a fait (ποιήσαντι) le ciel, la terre, la mer et les fontaines d’eaux. » Apocalypse 14: 7

La révélation est traduite par «ce qui a fait», et elle indique clairement que Dieu a fait le ciel et la terre. Le mot ποιέω est également utilisé dans la version Septante de Genèse 1 et peut signifier « accomplir » ou « provoquer ».

Jacques 2:13 est traduit « qui a montré », mais cela pourrait clairement dire  » qui n’a fait aucune pitié ».

« Qui lui a été fidèle qui l’a fait ». Oui, ça peut être traduit comme ça.

Pour répondre à votre question  » Pourquoi τῷ ποιήσαντι αὐτὸν n’est-il pas traduit par » à celui qui l’a fait « ?

La Trinité.

Ruminateur

Quant à Jacques 2:13, je pense que « fait sans pitié » serait plus proche du sens bien qu’en anglais qui est rendu comme « miséricorde non montrée ». Il y a beaucoup de nuances dans la langue.

anonymequi

@Ruminator Oui, fait signifie accompli pour que ça marche aussi. L’anglais « non illustré » fonctionne comme une paraphrase. Le point du passage est que Yeshua est l’accomplissement de Dieu – l’homme parfait. « Mais quelqu’un dans un certain endroit a témoigné, disant: Qu’est-ce que l’ homme , que tu te souviennes de lui? Ou du fils de l’homme , que tu le visites? … Car en ce qu’il a tout soumis à lui , il est parti rien qui ne soit placé sous lui . Mais maintenant, nous ne voyons pas encore tout ce qui est placé sous lui . Mais nous voyons Yeshua …  »


 Ruminateur

Hébreux 3: 2 fait allusion à 1 Samuel 12: 6 (1 Royaumes 12: 6 dans la LXX):

Brenton LXX 1 Samuel 12: 6Et Samuel parla au peuple, disant: Le Seigneur qui a nommé Moïse et Aaron est témoin, qui a fait sortir nos pères d’Egypte.

1 Kingdoms 12: 6 καὶ εἶπεν Σαμουὴλ πρὸς τὸν λαὸν λέγων Μάρτυς Κύριος ὁ ποιήσας τὸν Μωυσῆν καὶ τὸν Ἀαρώνα Swete, HB (1909). L’Ancien Testament en grec: selon la Septante (1 Kgdms 12: 6). Cambridge, Royaume-Uni: Cambridge University Press.

Ceci est à son tour une traduction de l’hébreu:

Douay-Rheims Bible 1 Samuel 12: 6 Et Samuel dit au peuple: C’est le Seigneur qui a fait Moïse et Aaron , et a fait sortir nos pères du pays d’Égypte.

12: 6 Hébreu OT: Codex de Westminster Leningrad

L’interprétation repose donc en grande partie sur l’utilisation du mot עָשָׂה֙.

La Bible juive complète avec le commentaire de Rachi a ceci:

CJB 1 Samuel 12: 6 Et Samuel dit au peuple: « (C’est) le Seigneur qui a fait Moïse et Aaron , et qui a fait monter vos ancêtres du pays d’Égypte.

Et Rashi fait ce commentaire:

Qui a fait Moïse et Aaron: pour se préparer à sa mission de faire sortir vos ancêtres d’Egypte. http://www.chabad.org/library/bible_cdo/aid/15841#lt=primary&showrashi=true

Le mot est au temps Hiphil suggérant une causalité. Par exemple, le mot hébreu « souviens-toi », quand dans le Hiphil serait « cause de se souvenir » ou « rappelle »:

http://www.becomingjewish.org/pdf/hiphil_stem-hebrew.pdf

Sur cette base, je pense que je rendrais cela comme « chargé » ou « chargé ». Je pense que l’on est « nommé » dans un « bureau » mais « chargé » ou « chargé » d’un devoir.

La comparaison est en train de se faire entre Moïse et Aaron qui ont été chargés d’élever « vos ancêtres du pays d’Égypte » et Jésus qui est chargé d’amener « beaucoup de fils à la gloire »:

NIV Hébreux 2:10 En amenant de nombreux fils et filles à la gloire, il convenait que Dieu, pour qui et par qui tout existe, rendait parfait le pionnier de leur salut par ce qu’il avait souffert.

 

#à, #la, #pas, 2, 3, celui, créé, dans, Hébreux, n’est-il, par, Pourquoi, qui, traduit, αὐτὸν?, ποιήσαντι, τῷ

 

wiki

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *