Est-ce que la formulation de la KJV est une «chose» sainte qui est mauvaise dans Luc 1:35?

Nigel J

Est-ce que la formulation de la KJV est une «chose» sainte qui est mauvaise dans Luc 1:35?


Luc déclare ce qui suit en 1:35:

και το γεννωμενον αγιον κληθησεται υιος θεου

aussi cette chose sainte qui naîtra de toi sera appelée le Fils de Dieu [LSG]

Remarque: Ma question concerne le texte TR (je cite Stephens 1550) et je suis conscient qu’il existe une variante (Scrivener 1881 le note en italique) qui inclut εκ σου et qui complique davantage le problème. Je souhaite rester avec le TR et examiner uniquement les traductions de ce texte.

Ma question est – d’où vient la «chose»?


«Born» n’est pas une bonne traduction du verbe γενναο, car «born» en anglais peut se référer à l’ensemble de la conception du processus de livraison ou il peut se référer à la livraison uniquement. Et en tout cas γεννωμενον est un participe présent et il n’y a rien d’avenir à ce sujet.

Le littéral de Young donne la «chose sainte-engendrée» pour το γεννωμενον αγιον et l’EGNT (le Nouveau Testament Grec de l’Anglais) a «la chose sainte née».

La grammaire de Mounce me dit que γεννωμενον est le participe présent dans la voix moyenne / passive. Et me dit que c’est soit le neutre singulier nominatif, soit le masculin singulier accusatif.

Je soupçonne que les traducteurs obtiennent quelque chose de supposer que γεννωμενον est neutre nominatif singulier.


En 1:32, Luke rapporte:

και υοος υφιστου κληθησεται

et sera appelé Fils du Très-Haut [LSG]

Cette déclaration passive peut être réorganisée:

et le Fils du Très-Haut sera appelé (il)

où Fils est nominatif et l’invisible (il) serait accusateur.


Ainsi 1:35 pourrait également être réorganisé:

et ‘Fils de Dieu’, le saint engendré sera appelé

Ici, j’ai rendu «être engendré» comme temps présent car il traduit un participe présent et je l’ai rendu comme «engendré» pour exprimer plus précisément γενναο.

(Mon rendu ici convient davantage à Young’s Literal qu’à KJV ou EGNT.)

Cela montre que le sujet nominatif de la phrase est «Fils de Dieu» et le prédicat est «le saint engendré par l’être», c’est pourquoi il s’agit d’une expression accusatrice.

Il n’y a donc pas de «chose».

Γεννωμενον est masculin singulier accusatif (non neutre singulier nominatif) et αγιον est un adjectif. Il n’y a rien’.


Les implications de la traduction sont considérables. Si «l’être-engendré» se réfère à la Déité et s’il se réfère à un engendrement divin (le Père et le Fils), alors le sens n’est pas aussi traditionnellement accepté.

Et si «  la sainte  » se réfère uniquement à ce qui est venu de Marie – quelque chose séparé dans la sainteté d’elle – alors «  tu concevoir  », Luc 1:31 (συλληφη, de sullambano «  rassembler  ») se réfère à un rassemblement de ce qui est Divinement engendré (une matière actuelle indiquant un engendrement éternel) et ce qui est séparé, dans la sainteté, de la vierge.


Ai-je raison de supposer que «chose» vient d’une traduction erronée d’un supposé neutre neutre (alors qu’il devrait être un accusatif masculin) ou y a-t-il ailleurs que les traducteurs trouvent «chose»?

Réponses


 user33515

Le fait que le neutre soit employé τὸ γεννώμενον ἅγιον indique que la phrase fait référence à la qualité de la naissance sainte et non à l’individu qui naît de cette façon (voir, par exemple, Blass et al. , Une grammaire grecque du Nouveau Testament et autre littérature paléochrétienne , §138 (1)). Quelques exemples similaires:

Jean 3: 6 (1900 KJV)

Ce qui est né de la chair est chair; et ce qui est né de l’Esprit est esprit.

τὸ γεγεννημένον ἐκ τῆς σαρκὸς σάρξ ἐστι · καὶ τὸ γεγεννημένον ἐκ τοῦ πνεύματος πνεῦμά ἐστιι.

1 Jean 5: 4

Car tout ce qui est né de Dieu a vaincu le monde: et c’est la victoire qui a vaincu le monde, même notre foi.

En savoir plus

Cela explique, je pense, pourquoi le mot chose est inséré en anglais ici. À mon avis, Holy One aurait été une traduction plus agréable.


Un participe au présent peut en effet parfois indiquer une action future: Blass et al. ( op. cit. ) inclut Luc 1:35 comme exemple de cet usage ( op. cit. , §339 (2)).


Je ne sais pas si l’un des éléments ci-dessus soulage vos inquiétudes concernant le fait que γεννάω signifie peut-être « engendré » plutôt que « né ». Le verbe apparaît 97 fois dans le Nouveau Testament et à l’exception de la généalogie dans Matthieu 1, le roi James le traduit par «né» dans tous les endroits sauf quelques-uns – et dans ces endroits, le verbe est au passé, non le présent ou l’avenir.


Le verset que vous citez contient également une utilisation quelque peu inhabituelle de καλέω. On pourrait être tenté, comme vous le faites remarquer, de prendre τὸ γεννώμενον ἅγιον comme objet direct de κληθησεται ( sera appelé ), avec υιος θεου comme sujet. À cette occasion et à d’autres, cependant, καλέω sert d’équivalent au verbe « être », ne prenant aucun objet direct. Un autre exemple de ceci est Matthieu 2:23: Ναζωραῖος κληθήσεται – [Il] sera appelé un Nazaréen, avec Ναζωραῖος dans le nominatif au lieu de l’accusatif. (Tout cela est décrit dans l’édition Gingrich et Danker du lexique grec anglais du Bauer du Nouveau Testament et autres littératures paléochrétiennes ).

user33515

τὸ, γεννώμενον et ἅγιον sont tous des neutres singuliers nominatifs

user33515

Les terminaisons neutres accusative et nominative de γεννώμενος et ἅγιος sont les mêmes et τὸ est l’article neutre, également le même dans le nominatif et l’accusatif. Mais dans ce cas, il est entendu qu’il s’agit ici du nominatif et non de l’accusatif. Il n’y a vraiment rien dont το γεννωμενον αγιον soit l’objet direct de.

user33515

On pourrait penser, mais κληθήσεται (καλέω) est un cas particulier. Il est parfois utilisé plus ou moins à la place de «être» et finit par prendre le nominatif. Un autre cas comme celui-ci est Matthieu 2:23: Ναζωραῖος κληθήσεται – [Il] sera appelé un Nazaréen . On pourrait s’attendre à ce que Ναζωραῖος soit dans le cas accusatif, car c’est ainsi qu’il est appelé, mais ce n’est pas – c’est nominatif. Il y a une description de cela dans l’entrée pour καλέω dans le lexique de Bauer.

user33515

Croyez-moi, je suis beaucoup plus insignifiant que vous ne pouvez l’imaginer 🙂

user33515

D’accord. Mais mes sources pour ce qui précède sont dans les commentaires dans le post. Guide de Blass sur la grammaire grecque et le lexique de Bauer. J’ai appris certaines choses en recherchant votre question (comme je l’ai fait dans d’autres que vous avez publiées). J’ai oublié de voter positivement, mais je vais le faire maintenant. Pour mémoire, cependant, je suis un chrétien orthodoxe oriental, autodidacte en grec, mais avec quelques connaissances en latin et dans d’autres langues. De formation, je suis ingénieur électricien.


 enegue

Voici ce que j’obtiens du grec:

Alors l’ange répondit et lui dit 1 :  » Le Saint-Esprit viendra sur toi et la puissance du Très-Haut te couvrira de son ombre. Par conséquent, le saint qui est né sera appelé le Fils de Dieu.  »
– Luc 1:35

Détails: entrez la description de l'image ici

Le verbe γεννωμενον (PPP-NNS analysé) est déployé en tant que nom. Il a un article, το (NNS), donc les options sont: « le (un) en étant né » ou « le en étant né (un) ». L’un ou l’autre a du sens pour moi en tant que moyen de l’auteur de se référer à l’enfant qui commencerait bientôt à se développer dans l’utérus de sa mère, c’est-à-dire le processus « en naissant ».

Que faire de l’adjectif ici, αγιον ? Sûrement, puisqu’il s’agit du même cas, du même sexe et du même nombre que le nom proche (NNS), il s’agit simplement de modifier ce nom, c’est-à-dire le « saint » tout en étant né (un) ==> the holy one who is born .

Mon expérience avec le grec indique que si un adjectif est autonome (c’est-à-dire qu’il n’est pas d’accord avec le cas et / ou le nombre et / ou le genre avec un nom proche), alors il modifie un nom générique – une personne, un lieu ou une chose, etc. Tel est le cas avec υψιστου dans les détails ci-dessus. Dans ces cas, j’ajoute un mot générique entre crochets au gloss pour indiquer le nom-type. Par exemple, j’ai donné «de la plus haute (une)» ou plus simplement «la plus haute» pour υψιστου , car une «personne» de pouvoir est clairement ce qui est prévu dans le contexte.

Maintenant, pour le grec το γεννωμενον αγιον le KJV a that holy thing which shall be born of thee , c’est-à-dire:

  • αγιον = that holy thing (adjectif autonome déployé comme un nom);

  • το γεννωμενον = which shall be born of thee

Outre le traitement inhabituel des traducteurs ici de αγιον comme un nom et non un adjectif, ils ont également injecté une 2ème personne possessive « de toi » dans le texte qui ne se trouve nulle part en grec.

Je pense que j’ai une idée de ce que les traducteurs KJV ont fait, mais je ne sais pas pourquoi ils l’ont fait. Je pense qu’ils se sont trompés d’avoir rendu le texte comme ils l’ont fait.


Remarque:
1. Strictement, και αποκριθεις ο αγγελος ειπεν αυτη devrait lire quelque chose comme « et après avoir été répondu, l’ange a dit au répondeur ».

 

#(une, #de, #la, 1,35, chose, dans, est, Est-ce, formulation, KJV?, Luc?, Mauvaise, que, qui, Sainte

 

wiki

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *