Jean 10:33 – Nuance nominative vs nuance accusative (θεος / θεον)

Sola Gratia

Jean 10:33 – Nuance nominative vs nuance accusative (θεος / θεον)


Jean 10:33 dans le grec lit ( NA28 ):


ἀπεκρίθησαν αὐτῷ οἱ Ἰουδαῖοι · περὶ καλοῦ ἔργου οὐ λιθάζομέν σε ἀλλὰ περὶ βλασφημίας, καὶ ὅτι σὺ θςὢ ὢἄὢ ὢἄ

Il n’y a rien de spécial ou de difficile chez les Grecs ici. Un rendu littéral est:

Les Juifs lui répondirent: Nous ne te lapidons pas pour un bon travail, mais pour blasphème; parce que toi, étant un homme, je te fais Dieu .


[C’est une question purement linguistique : elle n’a rien à voir avec la théologie.]

Si je comprends bien l’utilisation de l’accusatif ici, il semblerait que les Juifs accusent Jésus (sans jeu de mots) de s’identifier comme «Dieu [Lui-même]» (θεον) par opposition à «un dieu» (θεος); 2 c’est-à-dire «quant à sa nature, θεος». 3

Une façon plus simple de le dire serait que la syntaxe de σὺ ἄνθρωπος ὢν ποιεῖς σεαυτὸν θεόν devrait signifier que les Juifs disent « Vous prétendez être Dieu [Lui-même] alors que vous êtes un homme [quant à votre nature], » et non  » Vous prétendez être [quant à votre nature un] dieu , alors que vous êtes un homme [quant à votre nature].

Ou plus simple: ils ne disent pas «vous impliquez que votre nature est Dieu , mais vous n’êtes qu’humain », mais plutôt «vous impliquez que vous êtes Dieu [Lui-même] , qui est un [simple] homme !

Question

Quelle est la précision grammaticale de l’évaluation ci-dessus?


Notes de bas de page

1 Ou ‘qui est un homme’ ou ‘—un homme— ”

2 Evidemment pas dans un sens polythéiste, mais dans la mesure où Dieu est «θεος» au sens essentiel, qualitativement parlant.

3 Cf. Jn 1: 1c

Ruminateur

Si je comprends le point # 393, cela « peut » indiquer soit l’identité soit le rôle: dcc.dickinson.edu/grammar/latin/double-accusatives, je ne suis pas sûr, je ne fais donc que poster ceci en tant que commentaire.

ba

Pardonnez mon ignorance du grec, mais comment le changement d’un accusatif en nominatif pourrait-il changer «Dieu lui-même» en «un dieu»? Les mots semblent ambigus, mais comment l’affaire a-t-elle une incidence sur la question?

Sola Gratia

@Ruminator Lien intéressant. Tu pourrais avoir raison. Là encore, le latin n’a pas d’articles: / Dans cet usage prédicat, cependant, il semblerait que l’article défini soit «implicite» dans un sens. Je ne peux pas dire de toute façon, d’où la question. Cependant, l’accusation « σὺ ἄνθρωπος … » etc., apparemment synonyme de  » σὺ οὐκ εἶ θεόν, ἀλλά ἄνθρωπος!  » Semble indiquer la conclusion que j’ai tirée de la question. @ ba nominative suggérerait une juxtaposition de «natures», divine et humaine, alors que acc. me suggérerait ici deux «identités», Jésus et «le [un] Dieu».

Ruminateur

Ah, j’ai googlé « identité double contre accusés koine vs qualité » et c’était le premier qui est apparu. Je n’ai pas remarqué que c’était latin! Encore une fois, je ne suis aucun expert du tout et j’espère qu’un lourd grec pourrait commenter. J’ai une question similaire à propos de 2 Thess 2: 4 qui, selon ma lecture, semble avoir l’idée que l’antéchrist ne revendique pas l’identité comme Dieu mais plutôt « l’égalité ».

Perry Webb

Je pense que le verset que vous voulez est Jean 1:18. Cependant, il y a là un différend textuel.

Réponses


 Der Übermensch

Si je comprends bien l’utilisation de l’accusatif ici, il semblerait que les Juifs accusent Jésus … de s’identifier comme «Dieu [Lui-même]» (θεον) par opposition à «un dieu» (θεος); c’est-à-dire «quant à sa nature, θεος».

Qu’ils prétendent qu’il était θεός dans la nature ou θεός en personne (c.-à-d. Dieu le père), le verbe ποιέω tel qu’utilisé dans l’un ou l’autre contexte aurait exigé que le lemme θεός soit décliné dans le cas accusatif (c.-à-d. Θεόν).

Wilke (traduit par Thayer) sur le verbe ποιέω: 1

ποιεῖν τινα [«faire quelque chose»] avec un accusatif du prédicat,

γ. de (faire, c.-à-d.) déclarer une chose: Jean 5:18; Jean 8:53; Jean 10:33; Jean 19: 7, 12; 1 Jean 1:10; 1 Jean 5:10; τί avec un accusatif du prédicat Matthieu 12:33 (sur lequel voir Meyer).

(En passant, ils l’accusaient d’être de nature θεός. Jésus a dit que son père était Dieu, et un père et son fils engendré partagent la même nature.)


Notes de bas de page

1 p. 525 , ποιέω

Les références

Wilke, Christian Gottlob. Un lexique grec-anglais du Nouveau Testament: être Clavis Novi Testamenti de Grimm Wilke. Trans. Thayer, Joseph Henry.Ed. Grimm, Carl Ludwig Wilibald. Rév. Éd. New York: American Book, 1889.

Sola Gratia

Nice et succint. Je marque la vôtre comme réponse:]


 Susan

Je ne pense pas que ce soit une évaluation exacte. Si je comprends bien la proposition, OP suggère que le cas accusatif de θεόν indique une identité avec un individu défini plutôt qu’une « simple » affirmation qualitative. Le rôle syntaxique de θεόν ici est celui d’un complément dans la construction objet-complément. Dans le grec du Nouveau Testament, le complément dans une telle construction tend à être qualitatif ou indéfini plutôt que défini, en particulier lorsque le complément suit l’objet. Dans la syntaxe exégétique du Nouveau Testament de Dan Wallace, il déclare:

Sur un continuum de défini à qualitatif à indéfini, l’objet tombera normalement dans la plage définie, tandis que le complément tendra vers la plage qualitative-indéfinie.

Wallace poursuit en soulignant que dans Actes 28: 6, Paul est considéré par les habitants comme « un dieu » utilisant la même construction. 1

ἔλεγον αὐτὸν εἶναι θεόν.

Pour une discussion beaucoup plus détaillée de la sémantique du complément d’objet, et pour une mention spécifique de ce verset, voir l’article de Wallace La sémantique et la signification exégétique de la construction d’objet-complément dans le Nouveau Testament . 2 Le mot θεόν dans Jean 10:33 est dit:

apparemment qualitatif, soulignant la nature ou l’essence de Jésus.

Remarques
1. Je ne veux pas suggérer qu’un « dieu » serait plus approprié dans Jean 10:33. Compte tenu de la théologie de Jean, il a très probablement voulu que cela soit Dieu , mais c’est une revendication de qualité plutôt que d’identité. Le fait que cette même construction penche vers l’indéfini dans certains contextes souligne ce fait.

2. Je n’ai pas interagi avec le nominatif hypothétique que pose l’OP, car il n’est pas dans le texte et je ne vois vraiment pas comment cela serait grammaticalement viable. Cependant, si l’intention est celle d’un prédicat nominatif en relation avec le sujet « σὺ », il convient de noter que la thèse de Wallace dans cet article est que le complément d’objet est « sémantiquement équivalent à la construction nominative sujet-prédicat ».

Les références
Daniel B. Wallace (Grand Rapids, MI: Zondervan, 1996), p. 185

Daniel B. Wallace, Grace Theological Journal 6.1 (1985), p. 108.

Susan ♦

Veuillez me faire savoir si j’ai complètement mal compris la question ….

Ruminateur

Il me semble cependant que Wallace couvre un peu ses paris en disant que cela, la construction, penche ou tend à être moins défini et davantage sur la qualité. Il ne semble pas exclure la possibilité. Cependant, à mon avis, l’absence d’un article défini rend beaucoup plus probable qu’il a la qualité en tête. Mais encore une fois, je ne suis pas un expert

Ruminateur

De même, la juxtaposition d ‘ »être [un] homme » se prête à « vous faire [un] dieu », non? En fait, les versets suivants semblent exiger l’idée qu’il prétend être « un dieu » (bien qu’il prétend en fait être le fils de [le] Dieu): Jo 10: 34 Jésus leur répondit: N’est-il pas écrit en ta loi, j’ai dit: vous êtes des dieux ? Jean 10:35 S’il les appelait des dieux , à qui la parole de Dieu est venue, et que l’Écriture ne peut être brisée; Jo 10:36 Parlez de celui que le Père a sanctifié et envoyé dans le monde, tu blasphèmes; parce que j’ai dit: je suis le Fils de Dieu?


 Ruminateur

La juxtaposition d ‘ »être [un] homme » se prête à « vous faire [un] dieu », non? En fait, les versets suivants semblent exiger l’idée qu’il prétend être «un dieu» (même s’il prétend en fait être le fils de [le] Dieu):

Jean 10:34 Jésus leur répondit: N’est-il pas écrit dans votre loi, j’ai dit: Vous êtes des dieux? Jean 10:35 S’il les appelait des dieux, à qui la parole de Dieu est venue, et que l’Écriture ne peut être brisée; Jo 10:36 Parlez de celui que le Père a sanctifié et envoyé dans le monde, tu blasphèmes; parce que j’ai dit: je suis le Fils de Dieu?

 

-, (θεος, /, 10:33, accusative, Jean, nominative, nuance, vs, θεον)

 

wiki

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *