La cosmologie de Therevada et les sutras de Mahanaya sont-ils physiquement impossibles?

user3293056

La cosmologie de Therevada et les sutras de Mahanaya sont-ils physiquement impossibles?


La cosmologie de Therevada et les sutras de Mahanaya sont-ils physiquement, plutôt que psychologiquement, plasusibles?

J’ai lu sur le premier dans l’abhidharmakosabhasyam, sur tous les enfers et les cieux qui nous attendent. Et les sutras mahayana incluent souvent une référence, par exemple, aux bodhisattvas célestes.

Je suis sceptique que ces choses aient une vérité physique, plutôt que psychologique, empirique (nous avons ce paradis) ou autre (nous avons la preuve que ces cieux existent). Comme avec la géorgraphie classique et l’histoire. Ma question spécifique est:

  • avons-nous de bonnes raisons de croire que la physique finira par permettre une chronologie bouddhiste des événements?
Gavin Serra

Si vous êtes sceptique (comme moi) à propos de tous les dieux, dragons, gandharvas, kimnaras, etc. qui apparaissent dans les sutras mahayana, alors considérez-les simplement comme symboliques.

Réponses


 Suminda Sirinath S. Dharmasena

Le bouddhisme est un certain, et c’est le même Dhamma prêché par tous les bouddhas. La science populaire est en constante évolution avec de nouvelles théories remplaçant les anciennes. Cela dit, certaines théories similaires ont émergé:

Peut également être intéressant:

user3293056

Je suppose que l’on peut s’interroger sur les multivers dont nous n’avons pas, et que nous n’aurons peut-être jamais, de théorie physique. Que nous puissions imaginer des cieux étranges, ne signifie pas qu’ils doivent exister, à mon humble avis, mais cela laisse cette porte ouverte, quelle que soit l’heure à laquelle elle pourrait s’ouvrir. J’accepte donc votre réponse, je pense que c’est une bonne tbh


 Hugh

La physique pourrait interdire une forme de cosmologie bouddhiste de deux manières:

  1. Une loi de la nature qui crée des prédictions mesurables dans notre univers (le domaine humain de l’existence) est découverte, et cette loi contredit une prédiction de la cosmologie Theravadin.

  2. Nous gagnons la capacité de mesurer de nouveaux phénomènes tels que les interactions avec un autre royaume ou la mesure du flux mental d’un être. Avec ces nouvelles mesures, nous pouvons tester une prédiction de la cosmologie Theravadin et constater que la prédiction est fausse.

Pour le premier point, la cosmologie Theravadin ne contredit aucune loi connue (par exemple la conservation de l’énergie ou l’entropie non décroissante). La cosmologie Theravadin fait-elle d’autres prédictions sur des choses que nous pouvons mesurer mais dont nous n’avons pas encore une théorie complète? Si c’est le cas, il y a une chance que nous puissions développer notre théorie et trouver la cosmologie Theravadin impossible. Sinon, nous ne pouvons pas utiliser cette approche pour remettre en question la cosmologie de Theravadin.

Pour le deuxième point, nous devons vraiment spéculer sur ce que nous pourrions ou non être capables de mesurer à l’avenir. Parce que cela est basé sur des spéculations, je ne pense pas que cela compte comme une bonne raison de croire que la physique finira par permettre une chronologie bouddhiste des événements.


 Ilya Grushevskiy

La mécanique quantique relationnelle est la description mathématique de l’origine co-dépendante à mon avis, vraiment bien aussi. Cela ne prouve pas la cosmologie mais semble indiquer la précision ou les principales idées du Bouddha.

Si vous parlez de la cosmologie mot pour mot (comme Digha Nikaya 27), ce serait un tronçon – beaucoup de construction conceptuelle. L’univers de l’inflation / déflation est cool, et sonne comme https://en.m.wikipedia.org/wiki/Big_Bounce ..

L’interprétation multivers de QM (quelque peu essentialiste), donne une interprétation intéressante de la transmigration, en ce sens que les «copies» ne peuvent pas être considérées comme identiques ou différentes les unes des autres. Cela me semble une image plausible de la transmigration .


 Dhammadhatu

La question: « La cosmologie de Therevada et les sutras de Mahanaya sont-ils physiquement plasusibles? » Est impossible à répondre et en dehors de la portée du Bouddha-Dhamma, qui est décrit comme:

Ce Dhamma doit être vu ici et maintenant, une inspection immédiate, invitante, pertinente, à réaliser / vérifier par l’observateur pour lui-même. MN 38

SN 35.23 déclare:

L’œil et les formes, l’oreille et les sons, le nez et les arômes, la langue et les saveurs, le corps et les sensations tactiles, l’esprit et les objets de l’esprit. Ceci, moines, est appelé le Tout. Quiconque dirait: «Répudions tout cela, j’en décrirai un autre», s’il était interrogé sur les motifs exacts de sa déclaration, serait incapable de l’expliquer et serait mis en peine. Pourquoi? Parce qu’il est hors de portée.

Les différents domaines dans les suttas de Pali comprennent des exemples psychologiques, c’est donc évidemment tout ce que l’on peut savoir. Par exemple:

C’est juste à l’intérieur de ce corps de brasse, avec sa perception et son intellect, que je déclare qu’il y a le monde, l’origine du monde , la cessation du monde et le chemin de la pratique menant à la cessation du monde. AN 4.45


Et quelle est l’origine du monde? En fonction de l’œil et des formes, la conscience de l’œil naît. La réunion des trois est contact. Du contact comme condition requise vient le sentiment. Du sentiment comme condition requise vient le désir. De l’envie comme condition requise vient s’accrocher. De s’accrocher en tant que condition requise vient devenir. Du devenir comme condition requise naît la naissance. De la naissance comme condition requise, le vieillissement et la mort, la douleur, la lamentation, la douleur, la détresse et le désespoir entrent en jeu. C’est l’origine du monde. SN 12.44


Ne suivez pas la voie vulgaire; ne vis pas dans l’insouciance; ne pas avoir de fausses opinions; s’attarder peu de temps dans l’existence mondaine. L’aveugle est le monde; ici, seuls quelques-uns possèdent un aperçu. Seuls quelques-uns, comme des oiseaux qui s’échappent du filet, se rendent dans le royaume de la félicité. Lokavagga


L’intention, je vous le dis, est kamma. Dans l’intention, on fait du kamma par le corps, la parole et l’intellect. Et quelle est la cause par laquelle le kamma entre en jeu? Le contact sensoriel est la cause par laquelle le kamma entre en jeu. Et quelle est la diversité du kamma? Il y a le kamma à expérimenter en enfer (niraya), le kamma à expérimenter dans le domaine des animaux (tiracchānayoni), le kamma à expérimenter dans le domaine des nuances affamées (pettivisaya), le kamma à expérimenter dans le monde humain (manussaloka ), kamma à vivre dans le monde des devas (devaloka). C’est ce qu’on appelle la diversité du kamma. AN 6.63


J’ai vu, bhikkhus, l’ enfer nommé «la base de six contacts». Là, quelle que soit la forme que l’on voit avec l’œil, ce n’est pas souhaitable, jamais souhaitable; désagréable, jamais adorable; désagréable, jamais agréable. Quel que soit le son qu’on entend avec l’oreille… Quelle que soit l’odeur qu’on sent avec le nez… Quel que soit le goût qu’on savoure avec la langue… Quel que soit l’objet tactile que l’on ressent avec le corps… Quel que soit le phénomène mental que l’on connaisse avec l’esprit, il n’est pas souhaitable, jamais souhaitable; désagréable, jamais adorable; désagréable, jamais agréable. SN 35.135


Ici, Udayi, le bhikkhu isolé des désirs sensuels et des pensées de démérite demeure dans le premier jhana: surmonter les pensées et les processus de pensée et l’esprit en un point apaisé intérieurement, sans pensées et processus de pensée demeure dans le deuxième jhana. Toujours avec sérénité à la joie et au détachement, se sentant agréable avec le corps aussi, demeure dans le troisième jhana. A cela, les nobles disent de demeurer agréablement avec sérénité. Udayi, c’est la ligne de conduite pour réaliser le monde des sentiments agréables (ekantasukhassa lokassa) .MN 79


Bhikkhus, il existe trois types de personnes trouvées dans le monde. Quels trois? (1) «Ici, bhikkhus, une personne génère des activités corporelles afflictives, des activités verbales afflictives et des activités mentales afflictives. En conséquence, il réapparaît (upapajjati) dans un monde afflictif. Lorsqu’il réapparaît dans un monde afflictif, les contacts afflictifs le touchent. Touché par des contacts afflictifs, il ressent des sentiments afflictifs, exclusivement douloureux, comme dans le cas des êtres infernaux . (2) «Quelqu’un d’autre génère des activités corporelles non affectives, des activités verbales non affectives et des activités mentales non affectives. En conséquence, il réapparaît dans un monde sans émotion. Quand il réapparaît dans un monde sans émotion, des contacts sans émotion le touchent. Touché par des contacts non affectifs, il ressent des sentiments non affectifs, exclusivement agréables, comme dans le cas des dieux de la gloire réfractaire . (3) «Un autre encore génère des activités corporelles à la fois afflictives et non affectives, des activités verbales à la fois afflictives et non affectives, et des activités mentales à la fois afflictives et non affectives. En conséquence, il réapparaît dans un monde à la fois afflictif et sans affliction. Quand il réapparaît dans un monde à la fois afflictif et sans affliction, les contacts afflictifs et sans affliction le touchent. Touché à la fois par des contacts afflictifs et non affligeants, il ressent à la fois des sentiments afflictifs et non affectifs, un mélange de plaisir et de douleur, comme dans le cas des êtres humains , de certains devas et de certains êtres des mondes inférieurs. Ce sont, bhikkhus, les trois types de personnes trouvées existant dans le monde. AN 3.23


Désir sensuel … mauvaise volonté (colère) … paresse et somnolence … agitation et anxiété … l’incertitude est un obstacle, un obstacle qui submerge l’esprit et affaiblit la sagesse … lorsqu’un moine n’a pas abandonné ces cinq obstacles … pour qu’il comprenne à quoi sert son propre avantage, pour comprendre ce qui est dans l’intérêt des autres, pour comprendre ce qui est dans l’intérêt des deux, pour réaliser un état humain supérieur (manussa) (dhammā), une distinction vraiment noble dans la connaissance et la vision: c’est impossible. AN 5.51


Plus tôt, dis-je, cette tortue aveugle, remontant à la surface une fois tous les cent ans, insérerait-elle son cou dans ce joug avec un seul trou que le fou qui est allé une fois dans le monde inférieur retrouverait l’état humain . Pour quelle raison? Parce qu’ici, bhikkhus, il n’y a pas de conduite guidée par le Dhamma, pas de conduite droite, pas d’activité saine, pas d’activité méritoire. Ici règne la dévoration mutuelle, la dévoration des faibles. Pour quelle raison? Parce que, bhikkhus, ils n’ont pas vu les Quatre Nobles Vérités. Quels quatre? La noble vérité de la souffrance… la noble vérité du chemin qui mène à l’arrêt de la souffrance. SN 56.47


Les Bhikkhus, un dieu , un humain ou tout autre bon état ne se dégageraient pas des actions nées de la cupidité, de la haine et de l’illusion. Pourtant, bhikkhus, des actions nées de la cupidité, de la haine et de l’illusion d’un être infernal , d’une naissance animale , d’une naissance fantomatique ou d’un autre mauvais état seraient évidentes. AN 6.39


Bhikkhus, ces deux principes brillants protègent le monde. Quels sont les deux? Honte et peur des méfaits. Si, bhikkhus, ces deux principes brillants ne protégeaient pas le monde, il n’y aurait pas de respect discerné pour la mère ou la tante maternelle ou la femme de l’oncle maternel ou la femme d’un enseignant ou les épouses d’autres personnes honorées, et le monde serait tombé dans la promiscuité, comme avec les chèvres, les moutons, les poulets, les cochons, les chiens et les chacals . Mais comme ces deux principes brillants protègent le monde, il y a un respect discerné pour la mère… et les épouses d’autres personnes honorées. AN 2.9


À cette occasion, les vagabonds d’autres convictions s’étaient réunis dans un rassemblement et étaient assis, discutant de nombreux types de sujets bestiaux (animaux) , faisant un grand bruit et une raquette. AN 10.93


Les êtres (sattā) sont peu nombreux qui, lorsqu’ils s’éloignent du domaine animal (tiracchānayoniyā) renaissent (paccājāyanti) parmi les humains (manussesu)… ces êtres plus nombreux renaissent en enfer…. Pour quelle raison? Ils n’ont pas réalisé les Quatre Nobles Vérités. SN 56.102 à 131


Il existe ces quatre types de génération. Quels sont les quatre? Génération née d’oeufs, génération née dans l’utérus, génération née d’humidité et génération spontanée. Qu’est-ce que la génération née d’œufs? Il y a ces êtres nés en sortant de la coquille d’un œuf; c’est ce qu’on appelle la génération des œufs. Qu’est-ce que la génération née dans l’utérus? Il y a ces êtres nés en s’échappant du caul; c’est ce qu’on appelle la génération née dans l’utérus. Qu’est-ce que la génération née de l’humidité? Il y a ces êtres nés dans un poisson pourri, dans un cadavre pourri, dans une pâte pourrie, dans un puisard ou dans un égout; c’est ce qu’on appelle la génération née de l’humidité. Qu’est-ce que la génération spontanée? Il y a des dieux (devā) et des habitants de l’enfer (nerayikā) et certains (ekacce ca) êtres humains (manussā) et certains (ekacce ca) destinés à souffrir (vinipāta); c’est ce qu’on appelle la génération spontanée. MN 12

user3293056

j’ai édité la question pour clarifier

 

#de, #et, #la, cosmologie, impossibles?, Les, Mahanaya, physiquement, sont-ils, sutras, Therevada

 

wiki

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *