La question des Sadducéens dans Marc 12 implique-t-elle que la polygamie était considérée comme un péché?

Jon Ericson

La question des Sadducéens dans Marc 12 implique-t-elle que la polygamie était considérée comme un péché?


Le passage en question est Marc 12: 18-23 ( ESV ):

Et les sadducéens sont venus vers lui, qui disent qu’il n’y a pas de résurrection. Et ils lui ont posé une question, disant: «Maître, Moïse a écrit pour nous que si le frère d’un homme meurt et laisse une femme, mais ne laisse aucun enfant, l’homme doit prendre la veuve et élever une progéniture pour son frère. Il y avait sept frères; le premier a pris une femme et, à sa mort, il n’a laissé aucun enfant. Et le deuxième l’a prise et est morte, ne laissant aucun enfant. Et le troisième également. Et les sept n’ont laissé aucune progéniture. Enfin, la femme est également décédée. A la résurrection, quand ils ressusciteront, de quelle femme sera-t-elle? Car les sept l’avaient pour femme. »

Marc indique clairement que les Sadducéens interrogent Jésus sur la résurrection. Peut-être essaient-ils de le tromper ou peut-être veulent-ils tester son orthodoxie (selon le système Sadducéen, bien sûr). Le scénario semble inhabituel, mais comme on dit, il a été commandé par Moïse dans Deutéronome 25: 5 ( ESV ):

Si des frères habitent ensemble et que l’un d’eux meurt et n’a pas de fils, la femme du défunt ne doit pas être mariée en dehors de la famille à un étranger. Le frère de son mari entrera chez elle, la prendra comme sa femme et exécutera le devoir du frère d’un mari envers elle.

Les Sadducéens prennent donc l’exemple de la Torah et le poussent à l’extrême (sept hommes au lieu de deux seulement). Par conséquent, si la résurrection se produit, une femme aura sept maris possibles. Si la polyandrie n’est pas un problème , je ne vois pas en quoi la question est un problème: elle a sept maris à la résurrection. Mais si la polyandrie (en particulier la variété fraternelle ) est coupable, la question est mordante.

Peut-on aussi dire par extension que la polygamie était considérée comme un péché (soit par les Sadducéens ou leurs adversaires) ou est-ce un pont trop loin?

Jon Ericson ♦

L’idée de poser cette question est venue d’ une réponse à une autre question. (Je voulais juste établir le lien. 😉

Richard

Il est important de noter la différence entre la polygynie et la polyandrie . Cela peut sembler subtil, mais doctrinalement, c’est un énorme fossé. Le mot «polygamie» couvre la polygynie, la polyandrie et le polyamour (qui est juste un libre-pour-tout sauvage).

Réponses


 Richard

Non, le problème qu’ils posaient ne concerne pas la polygamie. Le problème avec lequel ils luttaient concerne l’adultère.

Le problème de l’adultère est que la femme est mariée à plusieurs hommes:

Matthieu 5:32 (NASB)
mais je vous dis que quiconque divorce de sa femme, sauf pour cause d’atchasteté, la fait commettre adultère; et quiconque épouse une femme divorcée commet un adultère.

Cela peut être vu à travers une perspective de l’Ancien Testament

Lévitique 20:10 (NASB)
S’il y a un homme qui commet l’adultère avec la femme d’un autre homme, celui qui commet l’adultère avec la femme de son ami, l’adultère et l’adultère seront sûrement mis à mort.

L’adultère, bien sûr, avait des relations sexuelles avec la femme d’un autre homme. Le problème avec une femme mariée à plusieurs hommes n’était pas un problème de polygamie, mais d’adultère.

Conclusion

Les Sadducéens tentaient de soutenir Jésus dans un coin concernant sa prédication sur l’au-delà. Une femme n’était pas autorisée à épouser plusieurs hommes. Cela a abouti à l’adultère. Si le paradis existait, leur logique est allée, alors la femme qui a épousé plusieurs hommes aurait commis un adultère dans le ciel (interdisant ainsi son admission au ciel – créant un paradoxe).

Jon Ericson ♦

Je suis content d’avoir demandé. Je vais devoir repenser le passage. (Mais je me demande si une réponse possible aux sadducéens serait que la mort n’annule pas le mariage. Le premier homme n’a jamais été « divorcé » de sa femme. (La réponse de Jésus est exactement le contraire d’ailleurs.))

Richard

À première vue, il semble que les sadducéens croient que le mariage dure au-delà de la tombe. Cependant, si c’était vraiment le cas, pourquoi autoriseraient-ils le remariage en toutes circonstances? Ils tentaient de reculer Jésus dans un coin avec un paradoxe apparent. De toute évidence, la mort annule tous les mariages et il n’y a pas de mariage dans l’au-delà.

Richard

Il est également intéressant de noter que l’exclusion de divorce de Matthieu 5:32, « sauf pour des raisons de non-chasteté », montre que la femme a déjà commis l’adultère. Essentiellement, Matthieu 5:32 dit que si vous divorcez de votre femme, vous lui faites commettre l’adultère à moins qu’elle ne l’ait déjà fait!

Jon Ericson ♦

Eh bien, les Sadducéens ne croyaient pas du tout à la résurrection et Moïse a ordonné le remariage, donc la question semble totalement bénigne pour leur système de croyance. Ce qui se passe après la mort, avant et pendant la résurrection était un problème pour les pharisiens, pas pour les sadducéens. La solution de Jésus était probablement l’une des nombreuses. (Et je pense que nous sommes encore une fois d’accord. 😉

Richard

@JonEricson Aah, grand point! J’ai du mal à garder les systèmes de croyances historiques droits. 😉 Il semble donc qu’ils essayaient de lui faire trébucher sur un paradoxe qu’ils ont vu avec les croyances des pharisiens. Merci de l’avoir signalé!

 

(question, #la, 12, comme, considérée, dans, des, était, implique-t-elle, Marc, péché, polygamie?, que, sadducéens, un

 

wiki

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *