La similitude entre la création dans les religions abrahamiques et le début de la vie sur Terre a mentionné Agganna Sutta?

Heisenberg

La similitude entre la création dans les religions abrahamiques et le début de la vie sur Terre a mentionné Agganna Sutta?


J’écoutais récemment un sermon sur Agganna Sutta qui était sur Youtube. Je partagerai mes réflexions et mes questions sur l’Agganna sutta dans un autre article. Permettez-moi de partager quelques passages d’abord et ensuite passer à la question.

À cette période, Vasettha, il n’y avait qu’une seule masse d’eau, et tout était obscurité, obscurité aveuglante … Et tôt ou tard, après une très longue période de temps, la terre savoureuse s’est répandue sur les eaux où se trouvaient ces êtres. Il ressemblait à la peau qui se forme sur le lait chaud en refroidissant. Il était doté de couleur, d’odeur et de goût. C’était la couleur du ghee fin ou du beurre chauffé et il était très doux, comme du miel sauvage pur (1)

Certaines des créatures de lumière (les Abbhasaras) qui avaient de la curiosité et une nature gourmande ont commencé à plonger et à goûter la savoureuse substance de la Terre. À ce moment, la créature a découvert qu’elle avait un goût si délicieux. Ainsi, la cupidité a commencé à s’infiltrer et elle a mangé la substance avec voracité, avec avidité, appelant également ses camarades (qui volaient au-dessus et sur terre) à se joindre à la fête. Peu de temps après, les créatures ont commencé à manger goulûment, et en raison de l’énorme quantité de substance de boue qu’elles pouvaient se nourrir pendant très longtemps

Et il s’agit de l’histoire d’Adam et Eve.

On dit à Adam qu’il peut labourer le sol et manger librement de tous les arbres du jardin, à l’exception d’un arbre de la connaissance du bien et du mal, dont il lui est interdit de manger. Par la suite, Eve est créée à partir d’une des côtes d’Adam pour être la compagne d’Adam. Cependant, un serpent incite Eve à manger des fruits de l’arbre interdit, et elle donne une partie du fruit à Adam. Dieu maudit le serpent et la terre. Dieu dit prophétiquement à la femme et à l’homme quelles seront les conséquences de leur péché de désobéissance à Dieu. Puis il bannit «l’homme» du jardin d’Eden.

Selon ce que j’ai appris du bouddhisme Agganna Sutta, il s’agit de nous ramener d’où nous venons (Brahmas) mais de ne pas nous arrêter là et d’atteindre le Nirvana. Dans les religions abrahamiques, il est également mentionné que les gens devraient s’efforcer de revenir à l’innocence initiale des humains (Adam et Eve pour être particulier).

Je trouve étrange de voir que tout le chaos a commencé à manger quelque chose qu’ils n’étaient pas censés faire dans les deux enseignements. Je ne sais pas si c’était censé être métaphorique. Faites la lumière sur cela si vous le pouvez.

Réponses


 Suminda Sirinath S. Dharmasena

Dans le bouddhisme, rien n’est interdit. Est-ce le désir d’expérimenter aussi et les créatures ont évolué pour avoir les facultés respectives comme la langue. Ces expériences augmentent la sculpture et la luxure qui ont aggravé les conditions des êtres.

Toujours selon Jésus vécu en Inde par Holger Kersten, les religions abrahamiques ont été influencées par le bouddhisme. Il peut donc y avoir des similitudes. Certains peuvent être une pure coïncidence. Comme Bouddha l’a mentionné, son enseignement n’est pas enseigné auparavant, il est peu probable qu’il soit influencé par une autre religion.

Heisenberg

L’histoire de la création vient d’une époque bien antérieure à Jésus et est mentionnée dans le livre de la Genèse dans l’Ancien Testament. Certes, cela n’interdit pas de manger quoi que ce soit, mais je pense que le seigneur Bouddha a conseillé d’éviter de manger certains types de viande. Pas parce que c’est un péché pour une autre raison que je ne connais pas.

Heisenberg

Et Abraham lui-même existait environ 1500 ans avant Bouddha, donc je doute qu’il ait été influencé par le bouddhisme.


 ChrisW

Il existe de nombreux sites Web sur le net où les suttas sont collectés, mais certaines personnes recommandent http://dharmafarer.org/ comme source pour une « analyse approfondie » d’un sutta.

Voici donc la traduction et l’analyse de l’Aggañña Sutta par Dharmafarer .

Au lieu ou en plus d’écouter un sermon sur YouTube, vous pouvez lire le sutta [s] vous-même.

La version Dharmafarer comprend de nombreuses notes de bas de page et beaucoup de texte d’introduction: il peut être utile de lire d’abord le sutta (pour savoir et / ou comprendre ce qui est discuté), puis de lire l’introduction, etc.

Dans l’introduction, il est dit:

5 Humour bouddhiste

Comme l’Aggañña Sutta, la plupart des suttas mentionnés ci-dessus [3] appartiennent au genre de l’humour religieux . Le langage humoristique et l’imagerie de ces suttas sont compréhensibles car ils traitent d’idées et de normes bien établies, prises au sérieux en particulier par ceux qui les ont utilisées pour légitimer leur richesse et leur position dans la société. Comme le Brahmana, dhammika Sutta , l’Aggañña Sutta critique les brahmanes en disant qu’ils ont oublié leur passé , entraînant leur dégénérescence d’un mode de vie idéal.

Les deux récits sont, à la surface d’une séquence temporelle d’événements réels, très différents; mais lus comme des paraboles utilisant des histoires du passé pour faire valoir un point moral contemporain, ils se complètent parfaitement. (Collins 1993a: 320)

Richard Gombrich , dans son bouddhisme Theravada: une histoire sociale de Bénarès à Colombo , remarque que l’Aggañña Sutta est «une satire étendue des idées brahmaniques, pleine de parodie et de jeux de mots… En tant que travail de démystification, je pense que le sermon est sérieux: son objectif principal est de montrer que le système de classe n’est qu’une invention humaine »; cependant, « je ne peux pas entrer ici dans toutes les raisons pour lesquelles je pense que les déclarations positives dans le mythe sont satiriques et ne sont pas censées être prises à la lettre. » (1988: 85). Dans son livre, «Le livre de la genèse du Bouddha» (1992a), Gombrich poursuit en expliquant la signification de l’humour du Bouddha en présentant une parodie et un pastiche de revendications, enseignements et pratiques brahmaniques.

Ce n’est pas la seule fois que Richard Gombrich plaide pour une interprétation non littérale; mais lisez le sutta et voyez par vous-même.

Quoi qu’il en soit, cela rejoint votre question: selon cette interprétation, toute « similitude » pourrait être, non pas entre cette histoire et la Bible abrahamique, mais entre cette histoire et les idées brahmaniques.


Je ne sais pas non plus ce que vous entendez par « s’efforcer de revenir à l’innocence initiale des humains ». Pour autant que je sache, le christianisme enseigne que les gens sont sauvés ou justifiés du péché originel par le Christ, et pas spécialement à la suite de leurs propres efforts. Oui, les chrétiens sont censés éviter de pécher davantage, ce qui les éloignerait de Dieu, mais pour autant que je sache, le bouddhisme est inhabituel (par rapport au christianisme au moins, bien que le judaïsme et l’islam puissent avoir une vision différente) en mettant la responsabilité du salut sur la pratiquant (c’est-à-dire sur chaque bouddhiste), au lieu du rédempteur (chrétien).


Je trouve étrange de voir que tout le chaos a commencé à manger quelque chose qu’ils n’étaient pas censés faire dans les deux enseignements. Je ne sais pas si c’était censé être métaphorique.

Dans ce sutta, je suppose que c’est une allégorie du désir et de la physique / grossièreté (alors que dans la Genèse, c’est quoi, une allégorie de la connaissance du bien et du mal, de la dualité, de la perte d’innocence et de la désobéissance, peut-être du libre arbitre et de l’ego ).

Si vous comparez deux histoires dans le monde, vous trouverez probablement des similitudes: par exemple, il y a plus d’une personne, elles sont sur une planète, elles mangent et se parlent, portent des vêtements, vivent quelque part, vont quelque part et utiliser des choses et perdre des choses, etc.

Ces deux histoires ne me semblent pas une coïncidence très proche / remarquable.


 Singe anonyme

C’est une très bonne question. Je ne comprends donc pas pourquoi il aurait été déclassé.

En plus de la réponse de Chris, je voudrais dire (je le ferais en tant que commentaire, mais je n’ai pas assez de réputation) qu’il serait bien utile de lire également le Patika Sutta (D 24) , qui est cité dans le exposition référencée sur l’Agañña Sutta .

Là, le Bouddha déclare que

Il y a, Bhaggava, certains reclus et brahmanes qui la déclarent comme leur doctrine, que le commencement des choses est dû à une débauche de plaisir.

mais ce n’est qu’une parmi une gamme de possibilités qu’il énumère sur la façon dont les êtres peuvent se souvenir de ce qu’ils pensent être le « début de tous » ou en venir à le considérer de cette façon par la tradition bien qu’ils l’aient en fait oublié, mais le Bouddha prétend se souvenir encore plus et en parle.

Une autre idée d’origine très intéressante (par le souvenir) qui vient après est la suivante:

Il y a, Bhaggava, certains reclus et brahmanes, qui déclarent comme leur doctrine traditionnelle, que le commencement des choses était dû à une débauche d’esprit.

(et peut-être aussi tout à fait pertinent pour certains états d’existence mentale dans des domaines Internet tels que ceux-ci, et comment ces êtres descendent pour « tomber de la grâce »)

Ainsi, alors que ces récits de souvenirs pourraient certainement fournir de bonnes leçons morales, cela pourrait aider à rappeler l’un des meilleurs états qui avaient été auparavant, et aussi la raison pour laquelle ils ont été perdus, afin de motiver quelqu’un à revenir à cette pureté d’autrefois, le la vraie réponse que le Bouddha donne ailleurs et à plusieurs reprises est:

D’un début inconstructible vient la transmigration. Un point de départ n’est pas évident, bien que les êtres entravés par l’ignorance et enchaînés par l’envie se transmigrent et errent. Depuis longtemps, vous ressentez donc du stress, de la douleur, une perte, un gonflement des cimetières – assez pour vous désenchanter de tout ce qui est fabriqué, assez pour devenir sans passion, assez pour être libéré.

SN 15.3: Larmes

Voir aussi: Samsara

Donc, pour répondre directement à votre question,

Je trouve étrange de voir que tout le chaos a commencé à manger quelque chose qu’ils n’étaient pas censés faire dans les deux enseignements. Je ne sais pas si c’était censé être métaphorique. Faites la lumière sur cela si vous le pouvez.

ce n’est pas ainsi que tout le chaos a commencé, mais juste quelques périodes de pureté relative et d ‘ »ordre », après quoi, par une débauche excessive, cette pureté relative a de nouveau été gâtée et perdue, et un nouvel épisode de chaos plus grossier a été mis en marche encore et encore, et encore une fois, cela se produit, à des échelles aussi bien individuelles que plus grandes et plus universelles, tant que l’on n’a pas trouvé le moyen de sortir.

Mais selon le Bouddha, la raison n’était pas «qu’ils n’étaient pas censés le faire», et il n’y a aucun observateur extérieur derrière qui apporte le désastre comme punition, mais juste la nature de l’existence dans ce monde qui continue pour chaque individu aussi longtemps que le l’ignorance sur et derrière ces mécanismes n’est pas visible.

Comme le Bouddha l’a enseigné, le désir est le fondement de tout devenir (et de toutes les souffrances qui l’accompagnent, des formes raffinées et subtiles aux formes plus grossières et plus grossières), et l’ignorance de ces mécanismes qui laisse l’envie de continuer intacte et continue. dans nos courants mentaux, de tels épisodes du passé ne sont que quelques exemples illustratifs qui pourraient nous rappeler et également informer et inspirer d’autres traditions religieuses pour défendre leurs idéaux moraux et pourvoir à leurs histoires d’origine, car ils ont reconnu et observé des choses similaires. à leurs degrés variables et à la dépravation qui provient généralement du désir sensoriel sans entraves et de la pureté qui peut être cultivée à partir de la retenue et de l’abstinence. Et donc cela semble être un thème assez universel dans toutes les traditions éthiques et religieuses plus développées.

 

#à, #de, #et, #la, abrahamiques?, Agganna, Création, dans, Début, entre, Le, Les, mentionné, religions, similitude, sur, sutta, Terre?, vie

 

wiki

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *