Lapant comme un chien ou utilisant ses mains? Une incohérence dans les juges 7: 5-7

Bach

Lapant comme un chien ou utilisant ses mains? Une incohérence dans les juges 7: 5-7


Dans Juges 7: 5-7, Dieu dit à Gédéon de faire un test et de décider sur cette base qui restera avec lui et qui partira. C’est ce que nous dit le verset 5 sur le test:

Et l’Éternel dit à Gédéon:  » Tu sépareras tous ceux qui laissent l’eau avec sa langue comme un chien , ainsi que tous ceux qui s’agenouillent pour boire. » (NASB)

Et au verset 7

L’Éternel dit à Gédéon: “Je te livrerai avec les 300 hommes qui ont lapé et je livrerai les Madianites entre tes mains; alors laissez aller tous les autres, chaque homme chez lui. »

De cela, il devient clair que Dieu a choisi ceux qui chevauchaient ceux qui se sont agenouillés par terre pour boire. Il est très important de garder cela à l’esprit car certains semblent confus à ce sujet. D’après les versets ci-dessus, il devrait devenir clair que Dieu a choisi les hommes qui rodaient et non les hommes qui s’agenouillaient. Jusqu’à présent, le test semble assez simple: ceux qui se chevauchent avec leur langue comme les chiens se chevauchent avec leur langue – ils boivent avec la bouche sans aucune aide doivent être choisis, tandis que ceux qui s’agenouillent au sol (ce qui signifie qu’ils utilisent leur les mains pour ramasser les eaux) doivent être laissés pour compte.

Le problème

Le problème vient du verset 6

Or, le nombre de ceux qui lapaient, mettant la main à la bouche , était de 300 hommes; mais tout le reste du peuple s’agenouilla pour boire de l’eau.

De ce verset, il devient évident que ceux qui ont rodé n’ont pas du tout chevauché comme des chiens, ils ont en fait utilisé leurs mains pour ramasser l’eau! Mais le verset qui précède semble suggérer que les élus doivent boire l’eau exactement comme les chiens lapent avec leurs langues: vous séparerez tous ceux qui lapident l’eau avec sa langue comme un chien lapse . Comment concilions-nous cela?

Dans les notes du JPS, j’ai trouvé une tentative de concilier cette contradiction. Au verset 5, ils notent les mots « tours l’eau avec sa langue comme un chien tours »

En fait, utiliser ses mains comme un chien utilise sa langue: voir v. 6.

Laissant de côté les difficultés grammaticales, elle n’est pas satisfaisante pour la raison suivante: la Bible semble opposer le maniérisme de la boisson à deux groupes:

  1. ceux qui lapent comme des chiens avec leur langue
  2. ceux qui ne lapent pas comme des chiens avec leur langue (s’agenouiller dans ce cas est une autre façon de dire qu’ils utilisent leurs mains au lieu de leurs bouches pour ramasser l’eau).

Selon l’interprétation du JPS selon laquelle ceux qui ont rodé ont également utilisé leurs mains, la différence entre les deux groupes ne peut pas résider dans leur rodage avec leur langue (car ils ont tous les deux bu de la même manière en mettant la main à la bouche), mais d’une autre manière, peut-être en leurs genoux au sol, mais dans ce cas, pourquoi la Bible mentionnerait-elle le clapotis de leur langue comme des chiens, car cela n’a absolument rien à voir avec le test. En d’autres termes, en quoi le premier groupe de 300 ressemblait-il davantage à des chiens que le deuxième groupe? Selon le JPS, le contraste devrait être entre ceux qui se mettent à genoux et ceux qui ne l’ont pas fait; le rodage dans ce cas est complètement trompeur car ce groupe ne ressemblait pas du tout aux chiens et ce n’était pas non plus un facteur pertinent dans ce test. C’est ce qui m’amène à rejeter cette interprétation.

Résumé de la question

Quelle était la différence entre le premier et le deuxième groupe dans leur façon de boire? le verset 5 semble suggérer qu’un groupe a baigné l’eau avec sa langue tandis que l’autre a utilisé ses mains pour ramasser l’eau. Mais le verset 6 semble contredire cela en disant que ceux qui ont rodé ont aussi utilisé leurs mains! Une solution satisfaisante devrait également expliquer en quoi le rodage était un facteur pertinent dans ce test et comment le groupe de 300 ressemblait davantage à la façon dont les chiens boivent que l’autre groupe .

Nigel J

Le facteur décisif est l’agenouillement. Ceux qui clapotaient s’étaient accroupis, avaient ramassé une poignée d’eau et l’avaient portée à leur bouche. Ils étaient prêts pour la bataille, regardant l’horizon alors qu’ils lapaient de leur main. Les autres étaient tombés à genoux, les visages dans l’eau et le suçaient, les mains à plat sur le sol. Ils n’avaient aucune vue de l’environnement environnant.

Bach

@NigelJ écoutez-vous. Ce que votre dicton est totalement incompatible avec ce que dit la Bible! Selon vous, ceux qui se sont agenouillés au sol sont en fait ceux qui ont rodé comme des chiens, tandis que les 300 que la Bible prétend avoir rodés n’étaient pas du tout comme des chiens mais utilisaient leurs mains pendant le rodage! Pour autant que je sache, les chiens n’utilisent pas leurs mains, ce qui rendrait ceux agenouillés au sol et aspirant l’eau avec la bouche (comme les chiens) plus semblables aux chiens et donc aux personnes choisies pour rester avec Gideon, mais finalement l’autre groupe a été choisi!

curiousdannii

@NigelJ Bien qu’être prêt au combat ait un certain sens, notez qu’aucune explication n’est donnée dans le texte, et ce serait contraire au point principal qui est que Dieu était celui qui délivrerait Israël. Peut-être que Dieu a choisi les 300 qui étaient les moins prêts au combat!

Bach

@curiousdannii je suis d’accord avec Nigel que cela a peut-être été la raison de les choisir par rapport aux autres (je l’ai considéré moi-même en lisant l’histoire) car ils étaient plus prêts au combat, mon problème est l’incohérence dans le texte qui reste non résolue.

Bach

@NigelJ, vous semblez impliquer deux critères indépendants dans ce test. 1. clapotis vs succion. 2. les mains vers le bas contre les mains vers la bouche. Mais ce n’est pas ainsi que cela est décrit dans la Bible. c’est le clapotis contre l’agenouillement. Pour que je puisse considérer cette interprétation, vous devrez expliquer comment ces deux critères différents sont liés. Vous devrez également expliquer comment un être humain peut lapper l’eau exactement comme un chien avec sa langue (j’ai compris qu’ils suçaient de l’eau avec leur bouche ressemblant ainsi aux chiens, mais ils n’utilisaient pas réellement leur langue comme des chiens)

Réponses


 רבות מחשבות

Ri Kara explique ici ces versets comme suit (cela peut aussi être l’opinion de Rachi):

7: 5 présente 2 façons de boire l’eau suivies par différents groupes:

  1. Ceux qui lapent comme un chien
  2. Ceux qui s’agenouillent (et boivent de leurs mains)

Selon Kara, « faire des tours comme un chien » implique qu’ils léchaient l’eau à genoux (mains et). Ils ont été disqualifiés avec ceux qui venaient juste de s’agenouiller (et de boire d’une autre manière, comme avec leurs mains). En effet, ceux qui se sont mis à genoux ont montré qu’ils étaient (probablement) habitués à s’agenouiller devant des idoles. De plus, la simple lecture de ce verset est que ces deux groupes étaient séparés ensemble, pas séparés l’un de l’autre.

7: 6 traite d’un troisième, « meilleur » groupe de personnes, qui ne se sont pas agenouillées du tout, mais qui ont plutôt puisé de l’eau avec leurs mains et les ont lapées, groupe 3. La remarque qu’elles ont rodé de leurs mains montre qu’elles ont puisé l’eau sans s’agenouiller. (Voir aussi Targum Jonathan ici et 7: 7, contrairement à 7: 5 pour sa traduction de « lapping ».)

7: 7 note que les « lappers » du verset précédent (c’est-à-dire le groupe 3) étaient le groupe qui a été choisi, tandis que toutes les autres personnes (groupes 1 et 2) ont été renvoyées chez elles (comme indiqué dans 7: 5).

Les versets se liraient alors comme suit (j’ai copié les versets et ajouté en commentaire en italique):

7: 5

Et l’Éternel dit à Gédéon: «Tu sépareras tous ceux qui laissent l’eau avec sa langue comme un chien se couche sur les mains et les genoux , ainsi que tous ceux qui s’agenouillent pour boire même pas comme un chien, seront séparés avec le premier groupe, ceux qui lap comme des chiens .  »

7: 6

Maintenant, le nombre de ceux qui lapaient en mettant la main à leur bouche une nouvelle méthode, qui n’impliquait pas de s’agenouiller , était de 300 hommes; mais tout le reste du peuple (c’est-à-dire les deux groupes mentionnés dans le verset précédent) s’est agenouillé pour boire de l’eau.

7: 7

L’Éternel dit à Gédéon: “Je te délivrerai avec les 300 hommes qui ont lapé de leurs mains et je livrerai les Madianites entre tes mains; alors laissez aller toutes les autres personnes (qui se sont agenouillées) , chacun chez lui. »

Notez le parallèle entre boire des mains et Dieu remettant les Madianites entre leurs mains


Edit: Je n’ai pas le temps de résumer cela correctement pour le moment, mais cet article fournit un certain nombre d’approches classiques de ce problème, y compris la justification de « rodage comme un chien » comme « rodage des mains », et un résumé de ceux qui ont suggéré des modifications textuelles, etc. etc.

Bach

Cette approche est nouvelle, en fait, j’ai moi-même envisagé une interprétation similaire, mais je suis venue à la rejeter en raison de la terminologie similaire (rodage) appliquée dans les versets 5 et 6. Cela suggère qu’il n’y avait que deux groupes et non trois comme Kara nous voudrait croyez. En outre, il est basé sur la prémisse que c’est à genoux que Dieu abhorrait (car il donnait une impression de culte des idoles), dont je ne suis pas un grand fan. Dans tous les cas, c’est une réponse utile et un itinéraire à considérer, +1.

רבות מחשבות

@Bach peut-être, mais il est beaucoup plus fort en ce qu’il semble que les deux groupes du verset 5 ont été mis de côté, et il semble que ce soit l’interprétation que le Targum prend. De plus, il se peut que l’agenouillement ait été utilisé comme test en raison des inconvénients militaires que cela entraînerait (nous ne voudrions pas qu’un soldat soit à genoux pendant le combat quand / s’il pourrait être debout). Ce n’est certainement pas parfait cependant.

Bach

Une autre difficulté est que, selon l’interprétation de Kara, ce ne sont pas ceux qui ont « lapé » que Dieu a choisi pour la bataille, ce sont plutôt les gens qui ne se sont pas agenouillés qu’il a choisis, mais le verset 7 indique clairement que ce sont les « lapins » que Dieu a choisi. Donc, le fait qu’ils aient rodé n’a absolument rien à voir avec le fait qu’ils ont finalement été choisis, alors pourquoi insister pour les appeler les « lappers »?! Je pense que si Kara ne peut pas expliquer cela, cela ne peut pas sérieusement être considéré comme une interprétation viable.

רבות מחשבות

@Bach Je vais regarder autour de moi et voir ce que je peux trouver, mais je pense toujours que c’est beaucoup mieux que la compréhension standard, d’autant plus qu’il est clair que le Targum a compris de cette façon.

רבות מחשבות

Tout d’abord, voici une réponse du point de vue de la langue: « גדעון בחר את המלקקים ולא את הלוקקים; כלומר: הוא בחר את האנשים שהביאו מים אל פיהם בעזרת הידיים, ולא את האנשים ששאבובעזיר


 Bach

Une suggestion intéressante que j’ai trouvée dans cet article (merci beaucoup à רבות מחשבות de me l’avoir montré) qui mérite d’être considérée, est que le terme ceux qui lapent l’eau comme un chien fait un tour est équivalent à ceux qui boivent à la hâte . Le document établit qu’un chien boit à la hâte par rapport à la consommation lente d’un cheval ou d’autres animaux qui boivent avec la bouche dans l’eau. Ainsi, roder comme un chien ne signifie pas vraiment que les hommes lapaient avec leur langue comme un chien, mais qu’ils buvaient à la hâte.

Il continue à faire tomber la suggestion de Keil et Berthau que ces lapins d’eau ne prennent pas leur temps à s’agenouiller près d’un ruisseau et à boire tranquillement; ils le font plutôt en se tenant debout, avec leur armure, et ramassent l’eau avec leurs mains et en boivent à la hâte. Ils sont toujours prêts au combat et plus féroces que ceux qui se mettent à genoux pour boire tranquillement, perdant ainsi leur garde dans le processus.

Selon cette nouvelle interprétation, le contraste entre le premier groupe qui a lapé l’eau comme des chiens et le deuxième groupe qui s’est agenouillé au sol est limpide. Les lapins ont bu à la hâte de leurs mains (comme les chiens boivent à la hâte), avec leur armure, toujours sur leurs gardes et prêts pour la bataille, le deuxième groupe s’est agenouillé pour boire tranquillement (pas comme un chien) exposant leurs faiblesses et montrant un manque de préparation au combat, ce qui les a rendus disqualifiés pour combattre dans l’armée de guérilla de Gédéon.

רבות מחשבות

J’avais aussi beaucoup aimé cette interprétation, +1 (même si je soutiens toujours la mienne comme lecture correcte)


 Saro Fedele

Le but final (spirituel) du test d’IEUE (exposé dans ce passage biblique) est clairement indiqué sur le verset 2 ([…] de peur qu’Israël ne se vante contre moi, disant: ma propre main m’a sauvé . « , Jewish Publication Society [JPS]), le concept identique que Paul de Tarse, après plusieurs siècles, a exprimé dans sa deuxième lettre aux Corinthiens (12: 9), en d’autres termes.

La loi mosaïque prévoyait une certaine exemption du service militaire. Qui était exempté? Qui avait peur de combattre, qui venait de finir de construire sa maison, qui ne mangeait pas encore de son vignoble nouvellement planté, qui était un jeune marié. Dans ce dernier cas, la loi prévoyait une exemption d’un an, le temps suffisant pour engendrer un enfant et en profiter pendant quelques mois (Deu 20: 5-8; 24: 5).

Ces exemptions visaient (secondairement) à obtenir une armée composée de guerriers absorbés par la tâche militaire de Dieu contre ses ennemis . Leur esprit ne devait être là et pas ailleurs. En langue italienne, ce concept est énoncé avec l’expression idomatique «stare sul pezzo» (littéralement traduit en anglais, «être sur la pièce»). Si je (un guerrier israélite) me sens terrorisé au combat, ou si je suis impliqué pour inaugurer ma nouvelle maison, ou mon nouveau vignoble, ou si je suis un jeune marié, mon esprit est – à juste titre et naturellement – ailleurs.

En ce qui concerne l’événement décrit par le passage que nous dissertons, les directives de Dieu aux exemptions militaires ont ajouté l’échec du test particulier de l’eau. Dans ce cas également, l’objectif de ce test était de se concentrer – peut-être de manière plus difficile – pour sélectionner uniquement les hommes qui étaient concentrés sur la mission, concentrés, au niveau maximum autorisé. Nous savons que, dans le cycle naturel des prédateurs-proies des animaux, les grands félins profitent souvent de la «période de l’eau» des proies pour les attaquer, vu que d’avoir la tête (et les yeux) pour se rapprocher du les surfaces d’eau réduisent considérablement le rayon visuel de la proie elle-même. De la même manière, les différentes façons de fermer l’eau (dans le test de Dieu que nous dissertons) ont provoqué un niveau de concentration ou d’attention différent. Boire dans un cours d’eau (en évitant d’utiliser les mains) en appuyant nos genoux sur le sol, nous oblige à pencher notre corps jusqu’à ce que nous puissions atteindre la surface de l’eau avec notre bouche (comme le font les chiens ou le cheval). Dans cette position, nous perdons notre poste de garde. Au lieu de cela, buvez de l’eau d’un cours d’eau en nous accroupissant sur les jambes, en puisant de l’eau avec le creux de la main, ce qui nous permet de garder notre garde. En cas d’attaque, nous (les guerriers) sommes capables de sauter sur nos pieds pour attaquer notre ennemi.

Bien sûr, le texte des juges autorise certaines ambiguïtés textuelles. Mais, en comparant le texte lui-même avec le contexte, nous pouvons comprendre le concept derrière ce test. Le problème n’était pas centré sur «lécher l’eau», sic et simpliciter , mais sur la manière de l’exécuter . Fait intéressant, la note de bas de page du NAB sur les versets dit: « […] Ceux qui buvaient de leurs mains étaient alertes, prêts à résister à l’attaque, tandis que les autres étaient négligents et peu fiables . »

Une autre équivocité est basée sur l’omission (étrange) (dans certaines versions de la Bible) de l’expression פיהם אל בידם, qui signifie, littéralement:  » dans leur main, vers leur bouche  » (verset 6).

Donc, si nous tenons compte (1) du contexte biblique, (2) en évitant d’omettre cette expression, nous pouvons atteindre un sens plus fluide. Pour faire un test, j’ai utilisé la Bible de Darby – comme texte d’essai – en ajoutant des amplifications ou d’autres spécifications.

Le résultat est:  » Et quand le peuple fut descendu dans les eaux, le Seigneur dit à Gédéon: Ceux qui laisseront couler l’eau avec leur langue, comme les chiens ont coutume de se coucher, tu te sépareras d’eux-mêmes: mais ceux qui boire en se prosternant à genoux [ou, «accroupis-toi»], sera de l’autre côté. [6] Et le nombre d’entre eux qui avaient bu de l’eau, en la jetant la main à la bouche, était de trois cents hommes: et tout le reste de la multitude avait bu à genoux [ou, «mettant leurs genoux à terre»]. [7] Et le Seigneur dit à Gédéon: Par les trois cents hommes, qui barbotaient de l’eau [avec leur main], je sauve-toi et livre Madian entre tes mains; mais que tout le reste du peuple retourne à sa place « .

J’espère que ces données seront utiles aux lecteurs.

 

#(une, #ou, 5-7, 7, Chien, comme, dans, Incohérence, juges), Lapant, Les, mains?, ses, un, utilisant

 

wiki

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *