L’Église catholique a-t-elle une position sur les réparations de l’esclavage?

user8547

L’Église catholique a-t-elle une position sur les réparations de l’esclavage?


L’Église catholique a-t-elle une position officielle sur les réparations de l’esclavage ?

Pour ceux qui sont intéressés, j’ai posé la même question sur Mi Yodeya , qui est le site du judaïsme.

Reluctant_Linux_User

Je ne peux pas répondre pour l’église catholique mais selon Church Times, la position anglicane n’est pas de payer des réparations pour l’esclavage. Bien qu’il ait reconnu sa complicité pour l’esclavage et s’en est excusé.

Réponses


 timf

L’Église catholique a-t-elle une position officielle sur les réparations de l’esclavage?

Il y a deux bases pour les réparations, une base légale et une base morale. L’un ou l’autre exigerait une identification plus précise de la partie lésée et de la partie responsable. Il faudrait également utiliser une définition plus précise des termes car, tout au long de l’histoire, on a trouvé l’esclavage de types variés ainsi que la servitude et le servage de types variés.

On peut en tirer un principe général concernant la défaveur à accorder à ceux qui exploitent le travail;

Jacques 5: 4 Voici, le salaire des ouvriers qui ont moissonné vos champs, qui est de vous retenu par la fraude, crie; et les cris de ceux qui ont moissonné sont entrés aux oreilles du Seigneur de Sabaoth.

Pour établir une base juridique pour les réparations, il faudrait, en plus d’identifier les parties lésées et responsables, établir également le degré de préjudice. Pour une allégation économique, cela pourrait être établi en comparant la situation économique de la partie lésée à la situation économique de celle qui n’a pas été lésée.

Dans le cas de l’esclavage afro-américain, on pourrait comparer la situation économique du Noir moyen en Amérique et la situation économique de l’Afrique de l’Ouest moyenne dont les ancêtres n’ont pas été pris.

Je peux voir plusieurs raisons pour que l’église catholique évite de se mêler du sujet;

  1. L’église catholique n’a aucun rôle à jouer dans le règlement des litiges civils.
  2. L’identification des parties blessées et responsables est impossible car elles sont toutes mortes.
  3. Il existe des preuves que, plutôt que de souffrir d’un désavantage économique, tout demandeur potentiel peut en fait avoir bénéficié économiquement de ceux dont les ancêtres n’ont pas été enlevés.


 AthanasiusOfAlex

Je ne pense pas que l’Église ait une position officielle, ni aucune raison d’en avoir une.

Dans le lien fourni, le révérend Farrakhan cite une bulle papale datant de 1452, qui autorise essentiellement le roi portugais Alfonso V à mener une nouvelle croisade contre les « Sarrasins » (probablement l’Empire ottoman).

Il contient une phrase dans laquelle le pape autorise le roi comme suit:

Avec ces paroles, par l’autorité apostolique, nous vous accordons la permission d’envahir, de conquérir, de capturer et de soumettre ces personnes [les Sarrasins, les incroyants et les ennemis du Christ], et de les réduire à la servitude perpétuelle , et aussi les terres, les duchés, comtés, principautés et autres dominations, possessions et biens de ceux-ci (ma traduction).

Ou, voir l’ original latin :

Invadendi, conquerendi, expugnandi, et subiugandi, illorumque personas in perpetuam servitutem redigendi, regna quoque, Ducatus, Comitatus, Principatus, aliaque Dominia, possesses, et bona huiusmodi, tibi et successoribus tuis Regibus Portugalliae, perpetuo applicandi, tuos acandandi , et eorundem successorum usus, et utilitates convertendi plenam, et liberam, auctoritate Apostolica, tenore praesentium concedimus facultatem.

Il convient de noter la phrase perpetuam servitutem . Il est possible que le pape autorise une sorte de servage, qui était encore trop courant en Europe à l’époque. Le terme servitudo est ambigu. En plus de «l’esclavage», ce pourrait être un terme générique pour «subjugation» ou «service».

Le pape Nicolas utilise en fait le terme de cette façon dans l’ouverture du taureau:

Dum diversas, nobis licet immeritis superna providentia commissi Apostolicae servitutis officii, curas, quibus quotidie Nos urgentibus angimur, sedula quoque hortatione pulsamur, in mente revolvimus.

Alors que nous retournons dans nos esprits les divers soucis du devoir de service apostolique, qui nous sont confiés par la providence céleste (bien que nous ne le méritions pas), dont nous sommes angoissés de toute urgence, nous sommes également émus par un encouragement insistant.

Indépendamment des intentions du révérend Farrakhan, il ne semble pas avoir été conscient que ce taureau avait été écrit près d’un siècle avant le début de la traite négrière atlantique. Cela n’avait aucun lien avec la déportation tragique des Africains vers les Amériques.

Que le pape autorise une croisade de ce genre (et encore moins autorise le servage pour les peuples conquis) est, naturellement, un mélange excessif de pouvoir temporel et spirituel.

Ce taureau ne peut cependant pas être interprété comme un document pédagogique ou magistral. Il n’a aucun poids en ce qui concerne l’ enseignement de l’Église sur le servage et l’esclavage, qui ne s’est développé que plus tard, à la lumière de la traite négrière atlantique et de la colonisation des Amériques.

user8547

Je suis curieux de savoir votre dernier paragraphe. Autant que je sache, l’Église a toujours condamné les abus de l’esclavage, mais pas l’esclavage lui-même. Jésus n’était-il pas entouré d’esclavage lorsqu’il marchait sur Terre? Si c’est le cas, il est intéressant qu’il ne l’ait jamais condamné. Aucune des grandes religions ne semble condamner l’esclavage, ce qui me fait penser que l’horreur moderne à son égard est fausse. Qu’il n’y a rien d’intrinsèquement immoral dans l’esclavage.

AthanasiusOfAlex

Je suppose que cela dépend de ce que l’on entend par esclavage. L’esclavage dans le monde antique n’était presque jamais raciste, comme l’esclavage qui a grandi dans les Amériques et dans d’autres colonies, et les esclaves n’étaient généralement pas achetés et vendus comme des marchandises. L’esclavage de ce type moderne est clairement mauvais partout et toujours, et l’Église l’a condamné à plusieurs reprises. (Jetez un œil au Catéchisme, par exemple.) Je pense que même l’esclavage ancien était objectivement immoral, mais il a fallu beaucoup de temps à l’Église ou à ses membres pour se rendre compte que c’était faux, parce que l’esclavage était si répandu.

AthanasiusOfAlex

Je dois souligner que ces taureaux ont ensuite été utilisés comme excuse pour capturer des esclaves africains. Mais je ne pense pas que cela aurait pu être l’intention du pape Nicolas, car ni la colonisation ni la traite des esclaves n’avaient encore commencé.


 Matt Gutting

Je ne vois aucune déclaration faisant autorité concernant les réparations pour l’esclavage du Vatican ou de la Conférence des évêques catholiques des États-Unis, où je les attendrais.

Le Vatican a cependant fait un commentaire concernant les réparations en référence au racisme, qu’il pourrait s’attendre à appliquer à toute théorie sur les réparations en général. Dans sa contribution à [la] Conférence mondiale contre le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie et l’intolérance qui y est associée , le Conseil pontifical Justice et Paix a déclaré:

Du point de vue juridique, toutes les personnes (physiques ou morales) ont droit à une réparation équitable si elles ont personnellement et directement subi un préjudice (matériel ou moral) .

(paragraphe 12, italiques ajoutés)

Bien qu’il n’y ait aucune preuve directe, cela constituerait un précédent solide pour le Vatican de nier que des réparations pour l’esclavage étaient dues à toute personne vivant actuellement.

 

#(une, #de, a-t-elle, catholique?, l’église?, l’esclavage?, Les, position, réparations!, sur

 

wiki

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *