Peur de vieillir – vivre l’instant présent

Saptha Visuddhi

Peur de vieillir – vivre l’instant présent


Pour ceux qui ont peur de vieillir et de mourir, quelle serait une réponse bien pensée? Mes premières réflexions à ce sujet seraient, si vous apprenez à méditer, vous allez profiter de votre vieillesse et vous ne craindrez jamais la mort. Mais ce n’est pas une réponse qui plaira à bien des gens. C’est donc une question qui appelle une réponse mûre et chevronnée?

ChrisW ♦

@Saptha Je suppose que cela peut être une suite à votre question précédente, c’est-à-dire que vous voulez une réponse formulée / destinée / expliquée pour quelqu’un qui n’est pas familier avec le bouddhisme.

Saptha Visuddhi

Oui, @ ChrisW… et il y a quelques autres questions dans la même veine que je suis venu avec que même d’autres pourraient demander des réponses au groupe. Peu d’entre eux sont… La paix intérieure dans un monde chaotique; Comment ne pas laisser tout m’atteindre ?; Abandonner la colère et l’orgueil; Traiter avec des personnes agressives et négatives; Se remettre d’un cœur brisé; L’amour et l’attachement sont-ils négatifs dans le bouddhisme; Comment intégrer la pratique à la vie quotidienne; Solitude et dépendance; Comment gérer le regret?

Saptha Visuddhi

Aussi, si quelqu’un d’autre pouvait poser les questions suivantes, je serais ravi de donner mon point de vue sur elles: comment retrouver votre chemin spirituel; Comment lâche-t-on quelque chose qui les a vraiment blessés dans le passé ?; Vivre une vie moderne normale et pratiquer le bouddhisme; Comment gérer la solitude; éviter la renaissance dans le royaume de l’enfer; Comment gérer la solitude; Correction du mauvais kamma; abandonner l’ego; Des conseils de méditation pour quelqu’un plein de haine de soi, de rage ou de douleur?; Comment ne pas laisser tout m’atteindre; «L’autre femme» et l’adultère.

ChrisW ♦

Vous pouvez voir qu’il existe d’innombrables questions que vous pourriez inventer. Sachez que dans le passé, la plupart des utilisateurs ont dit qu’ils ne voulaient pas voir les questions « prédéfinies »: c’est-à-dire que si vous posez une question, cela devrait être parce que vous voulez une réponse, pas parce que vous pensez que d’autres personnes devraient vouloir une réponse à cette question. question. Voir Pouvons-nous poser des questions qui pourraient être destinées à donner un cours? et les trois autres sujets (par exemple, Buddhism.SE doit-il être semé de questions de niveau d’entrée? ) qui sont liés à cette réponse.

Saptha Visuddhi

Merci @ChrisW de m’avoir prévenu. À l’avenir, je respecterai les règles.

Réponses


 Samana Johann

Une fois, deux personnes âgées se sont approchées du Bouddha, Upasaka Saptha Visuddhi, et ont dit qu’elles avaient manqué de mérites, craignant maintenant la mort. Le Bouddha, honnête en avant, pour le bénéfice de beaucoup de gens qui l’écoutent, a simplement dit qu’ils craignent avec droiture et a ensuite prononcé:

C’est balayé:

la vie, sa durée quasi nulle.

Pour celui emporté par le vieillissement

aucun abri n’existe.

Garder à vue ce danger dans la mort,

faire des actes méritoires

qui apportent le bonheur.

Quiconque ici est retenu

dans le corps, la parole et la conscience,

qui fait du mérite de son vivant:

ce sera pour son bonheur après la mort.

AN 3.51

Souvent, c’est bien que le bœuf voit le duvet pour qu’il se déplace plus vite, si l’on ne se presse toujours pas, on n’est même pas à la hauteur du bœuf, comme l’a dit Ajahn Chah .

Si avoir fait des mérites, être arrivé à toute bénédiction (Upasika Nina van Gorkom, maintenant plus de 90 déjà si encore en vie, a donné une fois à Atma un de ses enseignements ici, à partager comme cadeau du Dhamma plus loin), qu’est-ce que l’on a à craindre? Et plus besoin de se dépêcher.

Regardez tous les jeunes, tous ceux qui sont ivres de jeunesse, de santé et de vie, pourtant ils n’ont pas vraiment peur, perdant ce temps précieux qui pourrait même se terminer aujourd’hui.

[Remarque: Ceci est un cadeau du Dhamma, non destiné à des fins commerciales ou à d’autres gains verbeux]


 Lowbrow

Une bonne réponse est une bonne intention (ou action) démonstrative.

Ensuite, ils pourraient se renseigner davantage et si oui, peut-être leur parler d’un Dhamma fondamental.

Saptha Visuddhi

Oui, @Uilium … ce n’est que par une connaissance expérientielle profonde et approfondie qu’une vraie transformation peut être attendue. C’est donc dans «l’action» que réside la réponse, mais nous sommes nombreux à essayer d’acquérir intellectuellement cette altérité. Ça n’arrive jamais.


 Dhammadhatu

Semblable à un conseiller moderne, le Bouddha suprême de Gautama était « centré sur le client ».

En raison de son pouvoir psychique, le Bouddha suprême de Gautama a enseigné aux gens ce qui leur convenait.

Cependant, parce que vous n’avez pas de pouvoir psychique, un point de départ est de demander (avec équanimité) à l’autre personne ce qu’elle pense qu’il se passera à la mort.

Saptha Visuddhi

Vous apportez à la table un niveau de pensée différent … @Dhammadhatu. Je suis heureux de vous avoir comme un noble ami. Le Dhamma est «Paccattam veditabbo viññuhiti». ~ A réaliser par les sages, chacun pour soi.


 user1780242

Le soulagement de la peur de la mort vient de la reconnaissance du vrai soi. Quand on reconnaît que le corps n’est pas le soi, l’esprit n’est pas le soi, etc., et que sa vraie nature est intemporelle, la peur de la mort physique disparaît. La mort est une dépouille de toutes ces choses qui ne sont pas de toute façon.

Saptha Visuddhi

Si seulement vous et moi pouvons devenir des participants au courant, alors vous et moi sommes destinés à naître dans les cieux dans notre prochaine vie. La question est de savoir si nous pouvons devenir un « Sothapanna » avant de passer … Ensuite, nous sommes sauvés. Le «Thayodhamma Sutta» de l’Anguttara Nikaya nous explique comment s’y prendre.


 Lanka

On pourrait en profiter pour expliquer le Dhamma ou donner des instructions sur la pratique de la méditation éclairée.

La seule façon de vraiment surmonter cela est de prendre la peur comme objet de méditation et de l’apprendre et de la comprendre en découvrant ses caractéristiques d’ impermanence, d’insatisfaction et de non-soi – Les trois portes de la libération.

Saptha Visuddhi

Oui, @Sri Lanka … c’est la triple porte d’entrée. C’est la route pour une personne atteignant Sovan Phala, puis il a un aperçu du Nirvana et les souillures qu’il doit éradiquer sont similaires aux grains de sable sur le bout des doigts. Le nombre de souillures qu’il a éradiquées sont similaires aux grains de sable dans les vastes dépenses de la Terre. Y aura-t-il alors une peur?


 Anonymous

Dans un commentaire (maintenant supprimé) Bharat a suggéré cette réponse:

« Je dirais que Sattpatana Sutta nous donne les moyens de réaliser la nature impermanente de tous les dhammas en méditant sur divers dhammas et en observant leur nature impermanente. Surtout la méditation sur les 9 étapes du cadavre. »


 Saptha Visuddhi

Peur de vieillir est une sorte de peur persistante. Ce n’est pas comme la peur pour son avenir, sa situation financière, sa séparation d’avec un être cher, d’avoir un terrible accident. Ce sont de fausses craintes qui ne se produiront jamais. Mais la mort est inévitable et la peur est très réelle lorsque les gens sont vraiment possessifs de leur corps.

Il y a cette vieille chanson gospel, « Quand je vieillis et que je faiblis, Quand les tempêtes de la vie font rage, Tiens-moi ». L’hymne clé du Mouvement pour les droits civils – la chanson « We Will Overcome » me vient également à l’esprit. Contrairement à la prière ou à l’espoir, nous pouvons nous tourner vers les Écritures pour obtenir des conseils sur les mesures concrètes que nous pouvons prendre pour nous débarrasser de cette peur tenace. Le Bouddha dit qu’il y a quatre raisons pour lesquelles la mort nous fait peur, comme nous dans la peur. Le premier est l’attachement au corps. Deuxièmement, l’attachement aux plaisirs sensuels. Troisièmement, nous savons que nous avons fait des choses cruelles et horribles à d’autres personnes, à d’autres êtres et craignons qu’après la mort, nous ne soyons punis pour cela. Et la quatrième raison n’est pas d’avoir vu le vrai Dhamma, d’avoir des doutes sur le vrai Dhamma. Si nous voulons apprendre à surmonter ces quatre causes de peur, la mort n’apportera pas de souffrance. Si nous voulons apprendre à gérer notre peur de la mort afin qu’elle ne nous effraie pas, nous devons voir ces quatre points en nous-mêmes.

Prenez les deux premiers des quatre points. Il est facile pour nous de voir qu’il y a beaucoup d’inconvénients au désir sensuel, mais une partie de l’esprit refuse de suivre cette voie. Elle a peur, parce que si nous ne sommes pas plongés dans des désirs sensuels, nous craignons qu’il n’y ait aucun plaisir dans la vie. Même si les deux premiers points peuvent sembler assez difficiles, ne pourrions-nous pas être fidèles au troisième point? Ensuite, à une date ultérieure, nous pourrons reprendre les deux premiers.

Concernant le troisième des quatre points, Thanissaro Bhikku a écrit une fois:

«Ce sont les activités que nous devons entreprendre pour nous préparer, pour résister à la tempête, pas seulement avant le début de la tempête, mais tout au long de la tempête. Être généreux, observer les préceptes et méditer nous maintiennent forts, nous empêchent d’être emportés. Si votre survie s’accomplit sans générosité, sans vertu, sans méditation, cela ne vaut pas grand-chose. Ce n’est pas le genre de survie qui vous maintient en bonne santé et bien nourri. Vous regardez les survivants de la guerre, qui devaient aller tuer, voler, tricher et bombarder, puis nier cela. Regardez tous les anciens combattants des guerres passées, marqués émotionnellement à vie. Ils ont survécu, mais à un coût énorme, le coût des racines habiles dans l’esprit. C’est en nourrissant les racines habiles que la santé de l’esprit survit. Même si nous devons quitter ce corps particulier, au moins l’esprit a le potentiel d’envoyer des racines habiles où qu’il se trouve la prochaine fois. Il est nourri de son sens intérieur du bien-être, de la véracité, de l’honnêteté de soi. Vous regardez votre comportement et vous n’avez rien à cacher. »

Concernant le quatrième point, la purification en surmontant le doute (kankhāvitarana-visuddhi) «purification en surmontant le doute», est la 4ème des 7 étapes de purification (saptha visuddhi). Mais c’est un tout autre sujet.

 

-, #de, l’instant, peur, présent, vieillir, vivre?

 

wiki

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *