Pourquoi Jésus a-t-il dit: « Eli, Eli, lama sabachthani? » c’est-à-dire, mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné?

Yochanan Mauritz Hummasti

Pourquoi Jésus a-t-il dit: « Eli, Eli, lama sabachthani? » c’est-à-dire, mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné?


« Eli, Eli, lama sabachthani? » (Matthieu 27:46, Marc 15:34) semble être une citation de Tehillim 22.2. Jésus disait-il que GD l’avait abandonné? Ou était-il simplement en train de citer Tehillim (Psaumes) 22.2 (comme une expression de louange à son heure de mort)?

Lucian

Pourquoi dites-vous simplement ?

Nigel J

La question et les réponses sont une question d’opinion concernant la motivation. Ils ne concernent pas vraiment le texte.

user33515

Modifié pour inclure les citations NT. Je pense que cela devrait amener la question « sur le sujet » et éviter qu’elle ne soit close.

Bach

Dans les Psaumes 22: 2, l’hébreu lit « Eli Eli lama azabetani ». Pourquoi « sabachtani »? et qu’est-ce que cela signifie de toute façon?

Réponses


 adam.baker

Je ne pense pas que ce soit pour trouver un support pour l’ancienne option dans le reste du Nouveau Testament. (Dans la théorie de l’expiation de la substitution pénale, je crois qu’il y a un certain sens dans lequel le Fils a été séparé du Père, mais cela ne peut être justifié que pour des motifs externes, et non des écrits du Nouveau Testament.)

Il semble beaucoup plus probable que Jésus cite le Psaume, et pas seulement ce verset, mais l’intégralité de celui-ci. La situation immédiate de Christ correspond assez bien au Psaume 22: 1, mais je pense plus particulièrement qu’il attend avec impatience en particulier la réalisation des versets 27 à 31, qui parlent de la vocation d’Israël en tant que lumière pour toutes les nations et de leur repentir éventuel.


 user33515

Dans une compréhension chrétienne patristique, Jésus cite le Psaume ici pour montrer qu’il est vraiment humain.

Theophylact résume:

[Il montre] qu’il était vraiment un homme, et pas seulement en apparence. Car l’homme désire avidement la vie et a un appétit physique pour elle. Tout comme le Christ a agonisé et a été profondément troublé devant la croix, montrant la peur qui est la nôtre par nature, il dit maintenant: « Pourquoi m’as-tu abandonné? » affichant notre soif naturelle de vivre. Car il était vraiment homme et comme nous à tous égards, mais sans péché. 1

Une autre explication (également résumée par Theophylact) est qu’il parlait comme une complainte pour les Juifs, qui seraient livrés à la destruction pour ce qu’ils avaient fait:

Car comme Christ était l’un des Juifs, Il a dit: « M’abandonne », ce qui signifie: « Pourquoi as-tu abandonné mes parents, Mon peuple, pour qu’ils s’attirent sur eux un si grand mal. »


1. Explication du Saint Évangile selon saint Matthieu (Chrysostom Press, 1992), p.248
2. Ibid.


 DonJewett

Jésus cite directement la première ligne du Psaume 22:

Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné? Pourquoi es-tu si loin de me sauver des paroles de mes gémissements?

Psaume 22: ESV

Le Psaume décrit la crucifixion des siècles avant que les Romains ne la développent comme méthode de peine capitale. Il prévoit également des détails qui sortaient de l’ordinaire dans le cas de la crucifixion de Jésus.

Comparez 22: 7,8 avec Matthieu 27: 41-43

Tous ceux qui me voient se moquent de moi; ils me font la bouche; ils remuent la tête; «Il a confiance en le Seigneur; qu’il le délivre; qu’il le sauve, car il prend plaisir en lui! » – Ps 22: 7,8

Trouve son accomplissement dans:

Et ceux qui passaient par là se moquaient de lui, remuant la tête et disant: «Vous qui voudriez détruire le temple et le reconstruire en trois jours, sauvez-vous! Si tu es le Fils de Dieu, descends de la croix. » De même, les principaux sacrificateurs, avec les scribes et les anciens, se moquaient de lui en disant: «Il a sauvé les autres; il ne peut pas se sauver. Il est le roi d’Israël; qu’il descende maintenant de la croix, et nous croirons en lui. 43 Il a confiance en Dieu; que Dieu le délivre maintenant, s’il le désire. Car il a dit: «Je suis le Fils de Dieu». »- Matt 27: 41-43

Une description préromaine de la crucifixion

En 22: 14,15, la description dans le Psaume est une description appropriée de la crucifixion qui comprend les épaules disjointes et la déshydratation

Je suis versé comme de l’eau, et tous mes os sont désarticulés; mon cœur est comme de la cire; il est fondu dans ma poitrine; ma force se dessèche comme un tesson, et ma langue colle à mes mâchoires; tu me mets dans la poussière de la mort. – Ps 22: 14,15

Cela trouve son accomplissement dans Jean 19:28. Remarquez que Jean souligne que Jésus accomplit l’Écriture par la soif.

Après cela, Jésus, sachant que tout était maintenant terminé, a dit (pour accomplir l’Écriture): «J’ai soif». – Jean 19:28

Détails remarquables dans le cas de Jésus

Dans un autre parallèle très frappant, les Gentils jouent pour ses vêtements (Dogs est une insulte pour les Gentils) après s’être percé les mains et les pieds. Comparez 22: 16,17 avec Matthieu 27:35

Car les chiens m’entourent; une compagnie de malfaiteurs m’entoure; ils m’ont percé les mains et les pieds – je peux compter tous mes os – ils me regardent et se réjouissent; ils partagent entre eux mes vêtements, et pour mes vêtements ils tirent au sort. – Ps 22: 16,17

Cela trouve son accomplissement lorsque les soldats romains décident de ne pas déchirer son vêtement d’une seule pièce, mais plutôt de tirer au sort pendant qu’il se bloque, nu sur une croix.

Et après l’avoir crucifié, ils partagèrent ses vêtements entre eux en tirant au sort. – Matt 27:35

Est-ce que Jésus prophétise et accomplit la prophétie?

Il se peut que Jésus prophétise. Il attire l’attention de ses compatriotes sur le fait qu’il accomplit littéralement les Écritures en regardant. Pendant une grande partie de son enseignement, Jésus est conscient qu’il accomplit les Écritures et prétend le faire. C’est peut-être un exemple extraordinaire.

Jésus crie-t-il à Dieu parce qu’il se sent abandonné?

Sûrement. Jésus exprime la même angoisse exprimée par David dans son Psaume. Après tout, le poids du monde est sur lui.

Le Père l’a-t-il abandonné?

Il ne faut pas en faire trop qu’il dit « pourquoi m’as-tu abandonné? » parce que c’est un psaume de lamentation, un genre qui exprime des émotions humaines telles que le désespoir plutôt que de faire des déclarations théologiques complètes.

Il est courant dans les Psaumes de demander pourquoi Dieu a fait quelque chose et de réaffirmer ensuite dans le Psaume que Dieu est fidèle. C’est une forme poétique émotionnelle qui exprime le doute et ensuite traite ce doute en réaffirmant le caractère de Dieu.

Wikipédia (citant John Day dans son commentaire des Psaumes), décrivant les Psaumes de lamentation: « Ils s’ouvrent généralement par une invocation de Yahvé, suivie par la lamentation elle-même et des appels à l’aide, et se terminant souvent par une expression de confiance. Un sous-ensemble est le psaume de confiance, dans lequel le psalmiste exprime la confiance que Dieu le délivrera du mal et des ennemis.  »

L’expression de la confiance se produit au verset 24:

Car il n’a pas méprisé ni détesté l’affliction des affligés, et il ne lui a pas caché son visage, mais il a entendu, quand il a crié vers lui. –Ps 22:24


 Levan Gigineishvili

Je suppose que la discussion du passage devrait partir des prémisses christologiques: qui est Jésus et peut-il être abandonné par le Père, et si non, dans quel sens, et si oui, dans quel sens?

D’après les Évangiles, nous savons qu’il est le Fils unique de Dieu, le terme « seulement engendré » signifiant qu’il ne fait pas partie de la création, pour tout le reste – même les plus hauts anges, séraphins et chérubins, etc. et tous les les hôtes célestes + les humains – ne sont pas « engendrés » mais créés, et qu’il est toujours avec le Père céleste même après l’Incarnation (en fait, Jean 3:13: « le Fils de l’homme, qui est dans le ciel » est dit avec exactement le même pouvoir que Matthieu 6: 9 « Notre Père qui est au Ciel »). De plus, la Fathership et la Filiation des Personnes divines dénotent une relation pré-créationnelle, et en tant que telle, pré-temporelle ou supra-temporelle, c’est-à-dire éternelle, car le temps n’est venu à l’existence qu’avec l’univers créé mesuré par lui, et depuis cette relation inébranlable est éternelle, elle est également nécessaire, et donc le Fils est Dieu dans un sens non moindre que le Père (Jean 1: 1-2). Ainsi, il est ontologiquement impossible pour la Personne divine, l’hypostase du Fils, d’être abandonnée par l’hypostase divine du Père.

Cela étant établi, nous pouvons passer à l’analyse du passage, et de multiples interprétations plausibles sont possibles. Par exemple, comme étant pleinement homme, car Il a accepté toute la nature humaine, Il peut parler en tant qu’homme, qu’Il en tant qu’homme est abandonné par la justice et la miséricorde de Dieu, que chaque homme devrait avoir des autres hommes: c’est-à-dire dire, Dieu ne peut pas souhaiter qu’un homme juste soit tué sadiquement sur une croix; Dieu ne peut souhaiter qu’une autorité judiciaire – le procureur Pilate – agisse injustement en condamnant à mort une personne, tout en étant convaincue de son innocence (Luc 23: 4); Dieu ne peut pas souhaiter que les gens, au lieu de montrer miséricorde et compassion à celui qui a fait tant de bonnes actions en leur nom, le ridiculisent au moment de sa torture, comme cela est décrit dans les Évangiles.

Ainsi, Jésus en tant que Logos de Dieu est avec le Père même en étant suspendu à la croix, mais en tant qu’homme, ou plus précisément, en tant que Personne divine qui a fait sienne la nature humaine, et inséparablement, il ne lui est pas montré un traitement pieux de Sa propre nation, Il est abandonné d’être traité d’une manière juste et pieuse – comme le Fils de Dieu, comme le vrai Messie et le vrai Roi du Royaume éternel.

Ainsi, « Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné? » – c’est-à-dire: « Pourquoi est-ce que je ne suis pas compris par mon propre peuple? Non traité comme je devrais être traité selon Ta – et Ma – Volonté? Pourquoi, au lieu de cela, je subis ces horribles souffrances? Pourquoi suis-je abandonné de Ta « volonté d’être fait sur la terre comme au Ciel », et ainsi sur la terre se produit ce qui ne peut pas être Ta – et Notre – volonté, car même un petit péché ne peut pas être Ta volonté, mais ici n’arrive pas un petit le péché, mais un péché d’une dimension infinie – car ils sont soumis à une torture et à une mort sadiques Votre Fils unique, qui leur a témoigné d’innombrables bienfaits – guérisons, tétées, expulsions de démons, pardon des péchés, résurrection des morts; et ce ne peut être la volonté de Dieu qu’il soit même abandonné par ses disciples – à l’exception de Jean – qui n’avait pas assez d’amour envers lui pour le réconforter par leur présence courageuse à ses dernières heures.

Ainsi, en disant « Dieu pourquoi m’abandonnez-vous », Jésus ne veut pas dire qu’il est abandonné par le Père, car Il n’est pas et d’ailleurs ne peut jamais être séparé du Père, mais qu’il est abandonné par la volonté de Dieu comme travaillant dans les gens, chez les humains autour de lui, car en raison du cœur pierreux des gens, la volonté de Dieu ne fonctionne pas en eux, et donc Jésus en tant qu’homme, car la personne divine dans la nature humaine est également abandonnée par Dieu dans ce sens, subissant un indicible souffrances auxquelles Il aurait pu échapper si la volonté de Dieu avait été accomplie.

Finalement, puisque sa personne divine / hypostase est dans une unité intégrale avec sa nature humaine toujours après l’incarnation, nous pouvons dire que « Dieu avait souffert » et « Dieu a été abandonné » sans aucun scrupule et avec une justification théologique complète.

Sans oublier la citation du Psaume 22: oui, Jésus la cite définitivement, et dans le but de montrer, que le Psalmiste a prophétisé à son sujet il y a plusieurs siècles. En fait, Jésus affirme que non seulement ici, mais dans de nombreux autres passages, que les Psaumes – et pas seulement les Psaumes, mais d’autres livres prophétiques d’inspiration divine de la tradition juive – prophétisent à son sujet personnellement (cf. Luc 24:45, ou Matt 22 : 45), et ce Psaume en particulier le fait très clairement, car dans le même psaume, il est également dit: « Ils m’ont percé les mains et les pieds », et « ils ont divisé mes vêtements et jeté le sort sur mon vêtement » (Psaume 22: 16-18) – ce qui s’est passé avec une exactitude photographique, car ses mains et ses pieds ont été percés de clous, ses vêtements divisés et sur son vêtement, les soldats romains ont tiré au sort (Matt 27:35). Et abandonné, il était aussi, dans le sens expliqué ci-dessus.

cdjc

Réponse intéressante. Mais qu’en est-il du Psaume 22? Voilà ce que la question demandait.

Levan Gigineishvili

@cdjc Merci, je viens de me concentrer sur la théologie / ontologie du problème et non sur la prophétie textuelle, comme si la question était « Platon considérait-il dans le 6ème livre de la République l’idée du Bien comme au-delà de l’existence? » et j’ai expliqué en quoi «au-delà de l’existence» diffère de «l’existence», sans aborder spécifiquement ce passage concret de la «République». J’ajouterai également cette partie, que Jésus indique que le psalmiste a prophétisé à son sujet (également dans d’autres expressions, comme « ils m’ont percé les mains et les pieds » et « jeté beaucoup sur mes vêtements » comme dans les mêmes versets 16-18 du psaume).


 Ruminateur

À ce stade du récit de Matthieu (27: 39-50), il nous parle des attitudes, des idées et des paroles de ceux qui sont impliqués ou observent la mort de Jésus pour les comparer et les mettre en contraste avec les propres attitudes, idées et paroles de Jésus concernant sa mort. Apparemment, il y a une barrière linguistique, mais l’incident a été concocté ou inclus parce que l’incompréhension de sa prière permet à Matthew de révéler comment ils n’ont pas « compris » ce qui se passait. Ils ont tous imaginé que l’establishment juif et romain était aux commandes et que Jésus voulait être sauvé de la mort MAIS en réalité Dieu était responsable que Jésus voulait être sauvé par Dieu par la mort. Ce passage est étroitement lié à sa prière à Gethsémani et à son arrestation au chapitre précédent.

Il a été nargué et mis au défi de s’échapper de sa situation difficile dans un défi avec un fort parallèle avec celui du diable:

Mat 27:39 Ceux qui passaient ne cessaient de l’insulter, secouant la tête, Mat 27:40 et disant: « Vous qui alliez détruire le sanctuaire et le reconstruire en trois jours, sauvez-vous! Si vous êtes le Fils de Dieu, descends de la croix!  »

Mat 4: 2 Après avoir jeûné pendant 40 jours et 40 nuits, il a finalement eu faim. Mat 4: 3 Puis le tentateur est venu. « Puisque vous êtes le Fils de Dieu », a-t-il dit, « dites à ces pierres de devenir des pains. » Mat 4: 4 Mais il répondit: « Il est écrit: ‘Il ne faut pas vivre de pain seul, mais de chaque parole qui sort de la bouche de Dieu.' »

Dans les deux situations, Jésus ne se sauve pas, non pas parce qu’il ne peut pas mais parce qu’il ne doit pas. Son obéissance n’était pas seulement « à la croix » mais « jusqu’à la mort sur la croix » (Phil 2):

Mat 26:52 Jésus lui dit: « Remets ton épée à sa place! Tous ceux qui utilisent une épée seront tués par une épée. Mat 26:53 Ne pensez-vous pas que je pourrais invoquer mon Père, et il enverrait moi plus de douze légions d’anges maintenant? Mat 26:54 Comment, alors, les Écritures seraient-elles accomplies qui disent que cela doit arriver?  »

Son échec à être sauvé par Dieu (ou Élie) est ridiculisé comme preuve positive qu’il n’est pas le fils de Dieu:

Mat 27:41 De la même manière, les grands prêtres, ainsi que les scribes et les anciens, se moquaient aussi de lui. Ils n’arrêtaient pas de dire: Mat 27:42 « Il a sauvé les autres mais ne peut pas se sauver! Il est le roi d’Israël. Qu’il descende de la croix maintenant, et nous croirons en lui. Mat 27:43 Il a confiance en Dieu . Que Dieu le sauve, s’il veut le faire maintenant. Après tout, il a dit: « Je suis le Fils de Dieu. » « Mat 27:44 De la même manière, les bandits qui étaient crucifiés avec lui continuaient de l’insulter.

Dans son «heure la plus sombre», il prononce une prière qui est interprétée à tort comme un appel à Élie pour qu’il vienne le sauver:

Mat 27:45 A partir de midi, l’obscurité est venue sur toute la terre jusqu’à trois heures de l’après-midi. Mat 27:46 Vers trois heures, Jésus a crié d’une voix forte: « Eli, eli, lema sabachthani? », Ce qui signifie: « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné? » Mat 27:47 Lorsque certaines des personnes qui se tenaient là ont entendu cela, ils ont dit: « Il appelle Elie. »

Mais en réalité, il priait Dieu pour lui demander pourquoi, malgré ses ferventes prières pour mourir rapidement, il est toujours vivant et souffrant. Ma traduction: « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu laissé ici dans le pétrin? »:

Traduction de la Parole de Dieu: Hé 5: 7 Au cours de sa vie sur terre, Jésus a prié Dieu, qui pouvait le sauver de la mort. Il a prié et a imploré de grands cris et des larmes, et il a été entendu à cause de sa dévotion à Dieu.

Certains ont répondu à son « appel » avec pitié. Encore une fois, cela montre qu’ils n’ont pas compris sa mission:

Mat 27:48 Alors l’un des hommes s’est enfui aussitôt, a pris une éponge et l’a trempée dans du vin aigre. Puis il l’a mis sur un bâton et a offert à Jésus un verre de vin afin d’atténuer sa douleur. Il l’a goûté mais ne l’a pas bu.

Le fait qu’il ait goûté mais n’a pas bu devient une comparaison du fait qu’il « goûterait également la mort » mais ne boirait pas à la lie le contenu de la « tasse » des « affres de la mort »:

Heb_2: 9 Mais nous voyons Jésus, qui a été fait un peu plus bas que les anges pour la souffrance de la mort, couronné de gloire et d’honneur; que, par la grâce de Dieu, il goûte la mort pour chaque homme.

D’autres ont suggéré que la question de savoir s’il serait sauvé OU se moquait de lui était toujours ouverte, car ils pensaient que sa mort était inévitable:

Mat 27:49 Mais les autres n’arrêtaient pas de dire: « Attendez! Voyons si Élie viendra le sauver. »

Après sa prière et le « goût » symbolique, les prières de Jésus furent exaucées et il mourut surnaturellement:

Mat 27:50 Alors Jésus cria à nouveau d’une voix forte et mourut.

Sa mort était si inexplicable pour les soldats qu’elle était doublement assurée en lui perçant le côté avec une lance:

15 mars 44 Pilate fut surpris d’apprendre qu’il aurait déjà dû mourir. Et convoquant le centurion, il lui a demandé s’il était déjà mort. 15:45 mar. Et quand il a appris du centurion qu’il était mort, il a donné le cadavre à Joseph.

Jo 19:31 Comme c’était le jour de la préparation, et pour que les corps ne restent pas sur la croix le jour du sabbat (car ce sabbat était un jour élevé), les Juifs ont demandé à Pilate que leurs jambes puissent être cassées et qu’elles puissent être emporté. Jo 19:32 Les soldats vinrent donc et cassèrent les jambes du premier et de l’autre qui avait été crucifié avec lui. Jo 19:33 Mais quand ils sont venus vers Jésus et ont vu qu’il était déjà mort, ils ne lui ont pas cassé les jambes. Jo 19:34 Mais un des soldats lui a transpercé le côté avec une lance, et aussitôt il est sorti du sang et de l’eau. Jean 19:35 Celui qui l’a vu a rendu témoignage – son témoignage est vrai, et il sait qu’il dit la vérité – que vous aussi pouvez croire. Jo 19:36 Car ces choses ont eu lieu afin que l’Écriture soit accomplie: « Aucun de ses os ne sera brisé. »

Ainsi, bien que la raison pour laquelle il n’a pas été compris lorsqu’il a prononcé sa prière ait pu être un problème de langue, un problème d’acoustique ou même une obstruction miraculeuse, le but littéraire / religieux était de montrer qu’il n’était pas une « victime » au sens d’être impuissant à empêcher son utilisation abusive, mais plutôt engagé à obéir à Dieu jusqu’à la fin et à échapper à son tourment par une mort surnaturelle, et ainsi accomplir Ps 22:

Psa 22:19 Mais toi, Seigneur, ne retire pas de loin mon secours: sois prêt pour mon secours. Ps 22:20 Délivre mon âme de l’épée; mon unique-engendré de la puissance du chien. Ps 22:21 Sauve-moi de la bouche du lion; et regarde ma bassesse des cornes des licornes. Psa 22:22 Je proclamerai ton nom à mes frères: au milieu de l’église je te louerai. Psa 22:23 Vous qui craignez le Seigneur, louez-le; vous tous, semence de Jacob, glorifiez-le; que toute semence d’Israël le craigne. Ps 22:24 Car il n’a pas méprisé ni été en colère contre la supplication des pauvres; ni détourné son visage de moi; mais Psa 22:19 Mais toi, Seigneur, ne retire pas mon aide de loin: sois prêt à mon secours. Ps 22:20 Délivre mon âme de l’épée; mon unique-engendré de la puissance du chien. Ps 22:21 Sauve-moi de la bouche du lion; et regarde ma bassesse des cornes des licornes. Psa 22:22 Je proclamerai ton nom à mes frères: au milieu de l’église je te louerai. Psa 22:23 Vous qui craignez le Seigneur, louez-le; vous tous, semence de Jacob, glorifiez-le; que toute semence d’Israël le craigne. Ps 22:24 Car il n’a pas méprisé ni été en colère contre la supplication des pauvres; ni détourné son visage de moi; mais quand je l’ai pleuré, il m’a entendu.

Notez que le Psaume rejette spécifiquement l’idée que Dieu « se détourna » de Jésus (qui est la façon la plus compréhensible « pourquoi m’as-tu abandonné ») mais « entendit » (répondit) ses sérieux appels à Gethsémani.

Remarque: Je pense que toutes les citations proviennent de NIV, sauf indication contraire, sauf la dernière qui est KJV. Je suis incertain parce que j’ai copié cela de ma réponse sur un autre post, ici: Pourquoi les passants de la croix ont-ils mal compris Jésus dans Matthieu 27: 46-47?


 brewpixels

Contrairement à la pensée chrétienne populaire, le Jésus historique n’avait aucune intention d’être crucifié. Ses paroles dans Marc 15:34 en sont une preuve incontestable. Vous ne prononcez tout simplement pas ces mots si vous êtes censé mourir. Ces paroles de Jésus cloué sur une croix nous disent que quelque chose s’est horriblement mal passé, et il croit que Dieu l’a abandonné pour mourir.

Marc 15:34 (LSG)

Et à la neuvième heure, Jésus a pleuré d’une voix forte, disant: Eloi, Eloi, lama sabachthani? qui est, étant interprété, Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné?

Frank H.

Toute la vie, la mort et la résurrection de Jésus s’opposent à l’idée que Jésus ne savait pas ou « ne voulait pas » être crucifié: trois prédictions de sa crucifixion à ses disciples (Matthieu 16: 21-23, 17: 22-23, 20:17 -19), références corporelles et sanguines de la première Cène dans le contexte de la Pâque (Mt 26: 26-29), la prière de Jésus à Gethsamane (Mt 26: 36-46), Jésus reconnaissant que cela devait accomplir l’Écriture ( Mt 26, 52-56), les paroles de Jésus sur la croix (Lc 23, 32-49), et surtout ses paroles après la résurrection (Lc 24, 25-26, 44-49).

 

(c’est-à-dire, a-t-il, abandonné, Dieu, dit, Eli, Jésus?, Lama, m’as-tu, mon, Pourquoi, sabachthani? »

 

wiki

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *