Psaumes 46 – Soyez tranquille ou détendez-vous?

Cynthia Avishegnath

Psaumes 46 – Soyez tranquille ou détendez-vous?


Dans les Psaumes 46-10 (versions chrétiennes) ou 46:11 (dans les versions juives), est la phrase

הרפו ודעו כי אנכי אלֹהים

Dans la plupart des traductions de la Bible en anglais

הרפו

est traduit par

Soyez tranquille.

À l’exception du NASB, donnant une traduction beaucoup plus précise.

Naturellement, bien sûr, le JPS a la traduction la plus précise – et peut-être, les Beatles ont lu la Bible hébraïque pendant qu’ils ont écrit leur chanson « Let it be ».

je comprends

הרפו

vouloir dire

  • détendez-vous tous,
  • détendez-vous tous ou
  • lâchez-vous tous.

Je ne peux pas le voir avoir le sens d’ Be still .

Un couple de chrétiens à qui j’ai parlé ont défendu les traductions en disant que « Soyez tranquille » signifie « se détendre ». Je n’achète pas ça parce que j’ai vu des télévangélistes prêcher au rythme de

Soyez tranquille! Tais-toi et ne bouge pas tant que le seigneur n’a pas fait son travail.

Pour moi, הרפו doit être lu comme

Détendez-vous, continuez vos affaires, allez où vous devez aller, restez où vous devez rester et arrêtez d’être tendu. Ne t’inquiète pas parce que je le suis.

Par conséquent, le verset est loin de dire aux gens «d’être immobiles». Pour moi, il est spirituellement important que les gens sachent clairement que leur Créateur leur dit de « se détendre » plutôt que de « se raidir et de se cacher ».

Question

Pourquoi les bibles chrétiennes le traduisent-elles par Be still ? Pourquoi ne le traduisent-ils pas plus précisément par «se détendre» ou «laisser faire»?

Y a-t-il des arguments ou des principes théologiques qui seraient violés s’ils étaient traduits par «relax»? Compte tenu de la fréquence des désaccords entre les traducteurs chrétiens, juifs et les linguistes sur le sens des mots – de sorte que le choix de la traduction de la section juive de la Bible doit être soumis à l’interprétation en raison des affirmations théologiques des écritures chrétiennes du 1er siècle.

Peut-être est-ce pour assurer le sens continu du merveilleux hymne que j’aime souvent fredonner? Autrement dit, de sorte que cet hymne classique continue d’être pertinent? Imaginez chanter  » Détendez-vous et sachez … « , ce qui, je pense, est improbable.

Peut-être, très probablement, le christianisme détient des preuves que « Soyez tranquille » est une meilleure traduction. Quelle est cette preuve, je te prie?

Peut-être, « relax » est un mot trop informel pour être utilisé dans la Bible? Trop familier? Trop d’une «langue de rue»? À cela, je demanderais: le grec koine n’était-il pas un dérivé plus familier du grec classique?

Kazark

La façon dont vous avez formulé votre question, il semble plus que vous choisissez un combat que de simplement poser une question. Votre ton est pugnatif et vos hypothèses sur ce que pourraient dire ceux qui ne sont pas d’accord avec vous, associées à vos réfutations de ces réponses, ne conviennent pas bien à ce site. L’idée ici est de poser des questions honnêtes de manière civile. Pourriez-vous jumeler la question en supprimant certaines de vos réflexions? J’ai hâte de répondre à la question fondamentale ici concernant le Psaume 46: 10 – mais pas de me lancer dans un débat sur les traductions chrétienne contre juive.

Cynthia Avishegnath

« Pourriez-vous jumeler la question » – Pare down.

Cynthia Avishegnath

Pour l’amour du ciel, les traductions de la Bible devraient simplement utiliser le mot «relax» pour correspondre à l’hébreu.

Réponses


 Eli Rosencruft

Les Psaumes 46 et 47 sont généralement (j’entends par là AS Hartum, MD Cassutto ) compris comme des exhortations chantées dans le culte israélite mais adressées aux nations.

La première strophe (versets 1-3) présente D.ieu, notre abri contre les ennuis. La deuxième strophe (4-5) contraste le tumulte de la nature avec le calme d’une rivière qui traversera à l’avenir la ville de D.ieu. La troisième strophe (6-9) compare le tumulte de la guerre avec le tumulte des forces de la nature que D.ieu contrôle et prétend que D.ieu est avec la maison de Jacob en temps de guerre.

Jusqu’à présent, le psaume est descriptif. La dernière strophe (versets 10-11) est une séquence impérative adressée aux nations: « Arrêtez [vos guerres et vos intrigues (contre nous)] et sachez que » je suis le Seigneur « …

Comparez l’utilisation de « harpu » dans ce psaume avec une construction impérative parallèle à laquelle je pense que ce verset allitère, « ici mimenu v’ashmidem » Voir aussi Juges 11:37. (Il y a environ 30 autres cas dans l’AT, sous diverses formes, la plupart du temps non impératifs.)

En ce sens, «harpu» est «s’abstenir!», Adressé ici aux nations.

Notez que le Cambridge NEB traduit « Let it be », mais probablement pas dans le sens que les Beatles voulaient, plus probablement dans le sens de « Drop it buddy, let it be! ».

Cynthia Avishegnath

J’ai trouvé 20 autres exemples dans les formulaires הרף הרפה רפה תרף. Chacun d’eux leur donne facilement du sens, se détendre, se détendre, lui donner un peu de mou. Même Deut 9:14 – pourquoi l’Éternel devrait-il dire à Moïse de renoncer. Moïse était-il capable d’actions qui entraveraient l’Éternel, dont il avait besoin pour renoncer? Il lui a plutôt dit de « ne soyez pas tendu que je détruise ces gens. Détendez-vous, pourquoi ne ferais-je pas plutôt de vos descendants un peuple? »


 Anonymous

Je ne pense pas que l’Écriture penche dans le sens de la passivité.

Le JPS traduit en fait le texte masorétique par « s’abstenir »:

Psaume 46:11 (Tanakh)
« Cesser! Sachez que je suis Dieu!
Je domine les nations;
Je domine la terre. « 

Le grec des Septante a traduit l’hébreu en σχολάσατε ( scholasate ). C’est la forme verbale de σχολάζω, qui, bien qu’utilisée dans un sens lié au « vide » (par exemple Matthieu 12:44), est utilisée ailleurs dans les Écritures pour transmettre une sorte de silence concentré, comme dans la prière:

1 Corinthiens 7: 5 (LSG 1900) Ne vous abusez pas les uns les autres, sauf avec le consentement d’un certain temps, afin que vous vous donniez au jeûne et à la prière [σχολαζητε] ; et revenez ensemble, que Satan ne vous tente pas pour votre incontinence.

Ce dernier sens moins passif semble être ce que certains pères de l’Église ont compris en lisant le Psaume, qui voient dans la directive du Psaume une incitation à se retirer des choses du monde. Cyrille d’Alexandrie cite le Psaume en référence à la parabole de l’intendant injuste:

Le sens de la présente parabole est donc quelque chose comme ceci: «Le Dieu de tous veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité.» [1 Timothée 2: 4] C’est pourquoi «Il a aussi donné la loi pour obtenir de l’aide» [Isaïe 8:20] selon l’expression du prophète. Et la loi dans de tels passages, nous disons signifie, non pas bien sûr ce qui a été administré par Moïse, mais plutôt toute l’Écriture inspirée, au moyen de laquelle nous apprenons le chemin qui mène directement à toute chose bonne et salvatrice. Le Seigneur de tous exige donc que nous soyons constamment constants dans nos efforts après la vertu, et que nous fixions nos désirs sur la vie meilleure et sainte, nous libérant des distractions du monde , de tout amour des richesses et du plaisir. quelle richesse apporte, afin que nous puissions Le servir continuellement et avec des affections indivises. Car il dit aussi par la harpe du psalmiste;  » Soyez constants [*], et sachez que je suis Dieu . » Et de plus, par sa propre bouche, le Sauveur de tous dit à ceux qui possèdent les richesses du monde: [Luc 12:33] «Vendez vos biens et donnez l’aumône: faites pour vous des bourses qui ne vieillissent pas: un trésor pour toujours, indéfectible au paradis. » Or le commandement est en effet pour notre salut, mais l’esprit de l’homme est très faible, fixé constamment, pour ainsi dire, sur les choses qui sont principalement de la terre, et peu disposé à se retirer du plaisir des richesses. Il aime les vanteries vaines; est beaucoup apaisé par les louanges des flatteurs; aspire à de beaux équipements et ne compte rien de mieux que l’honneur temporel. [Luc 18:24] Et sachant cela, le Sauveur a lui-même quelque part dit d’eux: «Comme il est difficile à ceux qui ont des richesses d’entrer dans le royaume de Dieu!» Et plus loin, «qu’il est plus facile pour un chameau de passer par le chas d’une aiguille qu’un homme riche dans le royaume de Dieu». Tant qu’un homme vit dans la richesse et le plaisir, il est insouciant de la piété envers Dieu. Car la richesse rend les hommes méprisants et sème dans l’esprit de ceux qui la possèdent les germes de toute volupté.

Commentaire de l’Évangile selon saint Luc , Sermon CVIII


[*] La traduction ci-dessus est en fait issue d’une traduction syriaque du commentaire de Cyril, qui était à l’origine écrite en grec mais qui n’est pas entièrement disponible en grec. Le traducteur anglais, R. Payne Smith, a choisi l’expression «être constant» pour représenter le syriaque sous-jacent (qui est un dialecte de l’araméen). Une autre traduction anglaise de la version syriaque du Psaume lui-même (George Lamsa) rend le verset, Repentez-vous, et sachez que je suis Dieu . Ce sont des traductions ou des traductions de traductions, mais il est intéressant de voir que la sémantique penche toutes vers un sens non passif.

Cyrille de Jérusalem montre une compréhension similaire du Psaume:

Le présent est la saison de la confession: confessez ce que vous avez fait en paroles ou en actes, de nuit ou de jour; confessez en un temps acceptable et au jour du salut [2 Corinthiens 6: 2] recevez le trésor céleste. Consacrez votre temps aux exorcismes: soyez assidus aux catéchèses, et souvenez-vous des choses qui seront dites, car elles ne sont pas dites seulement pour vos oreilles, mais que par la foi vous pouvez les sceller dans la mémoire. Efface de ton esprit tous les soins terrestres: car tu cours pour ton âme. Tu abandonnes complètement les choses du monde : peu sont les choses que tu abandonnes, grand ce que le Seigneur donne. Abandonne les choses présentes et place ta confiance dans les choses à venir. As-tu couru tant de cercles des années occupés en vain au monde, et n’as-tu pas quarante jours pour être libre (pour la prière), pour l’amour de ton âme? Soyez tranquille et sachez que je suis Dieu , dit l’Écriture. Excusez-vous de parler de nombreux mots inutiles: ni mordre, ni prêter une oreille attentive aux médisants; mais plutôt être prompt à la prière. Montrez à l’exercice ascétique que votre cœur est nerveux14. Purifie ton vase, afin que tu reçoives la grâce plus abondamment. Car, bien que la rémission des péchés soit donnée également à tous, la communion du Saint-Esprit est accordée proportionnellement à la foi de chaque homme. Si tu as peu travaillé, tu reçois peu; mais si tu as beaucoup travaillé, la récompense est grande. Tu cours pour toi-même, veille à ton propre intérêt.

Conférences catéchétiques , I.5

Cynthia Avishegnath

Je ne me soucie vraiment pas beaucoup de la septante ou des pères de l’église. Je ne suis pas non plus fan de JPS. Je vire vers le judaïsme orthodoxe, donc nous ne dépendons pas beaucoup des traductions anglaises, donc je suppose que je devrais poser la même question au judaïsme progressiste. Je suis un fervent partisan de résoudre d’abord la linguistique. Le langage des Écritures définit la doctrine, et non l’inverse. Pour moi, le masoret est l’autorité finale. [רפה] signifie mou, faible. Par conséquent, [רפו] est impératif / exhortatif « à se détendre » et, linguistiquement, est loin d’être le contraire « se raidir ».

Cynthia Avishegnath

Je devrais vous voter au lieu d’une diatribe. Pardon.

Bob Jones

@Cynthia En utilisant les règles de formation où le mot tire son sens de la métaphore combinée des lettres: הרפו signifie entendre ה la révélation ר du mystère פ distinctement ו. On peut se reposer dans une compréhension claire de Dieu. Reposez-vous et sachez que je suis Dieu. La première chose que nous demandons est que dois-je faire? Il répond: Repose-toi en me connaissant. Si vous me connaissez, personne n’a besoin de vous dire quoi faire. Donc, «ne bouge pas» n’est pas si mal, surtout quand on se rend compte que cela signifiait «se reposer» pendant une grande partie de l’histoire de l’anglais.


 Elem-Teach-w-Bach-n-Math-Ed

Je pense que notre problème ici n’est pas un malentendu de l’hébreu, mais un malentendu de l’expression anglaise « Be still » telle que traduite de l’hébreu. « Soyez toujours » porteur de l’idée de « ne rien faire » n’est ni l’idée de l’hébreu ni ce qui était censé être communiqué par ces mots en anglais, mais plutôt « Soyez toujours » porteur de l’idée de « Toujours vous-même » « ou comme vous le dites, » Détendez-vous.  » Il semble que c’est ainsi que les chrétiens d’autrefois l’ont pris. Considérez la chanson « Be Still, My Soul: »

« Soyez tranquille, mon âme » de Catharina von Schlegel, 1697-?
Traduit par Jane Borthwick, 1813-1897

  1. Soyez tranquille, mon âme; le Seigneur est de ton côté;
    Supportez patiemment la croix du chagrin ou de la douleur;
    Laisse à ton Dieu l’ordre et pourvoir;
    Dans chaque changement, il restera fidèle.
    Soyez tranquille, mon âme; ton meilleur, ton céleste, ami
    Par des voies épineuses mène à une fin joyeuse.
  2. Soyez tranquille, mon âme; ton Dieu entreprend
    Pour guider l’avenir comme Il a le passé.
    Ton espoir, ta confiance, que rien ne tremble;
    Tout ce qui est maintenant mystérieux sera enfin brillant.
    Soyez tranquille, mon âme; les vagues et les vents savent encore
    Sa voix qui les dirigeait pendant qu’Il demeurait en dessous.
  3. Soyez tranquille, mon âme, même si mes amis les plus chers partent
    Et tout est obscurci dans la vallée des larmes;
    Alors tu connaîtras mieux son amour, son cœur,
    Qui vient apaiser tes peines et tes peurs.
    Soyez tranquille, mon âme; ton Jésus peut rembourser
    De sa propre plénitude, tout ce qu’il retire.
  4. Soyez tranquille, mon âme; l’heure se précipite
    Quand nous serons pour toujours avec le Seigneur,
    Quand la déception, le chagrin et la peur ont disparu,
    Le chagrin oublié, les joies les plus pures de l’amour rétablies.
    Soyez tranquille, mon âme; quand le changement et les larmes sont passés,
    Tous sûrs et bénis, nous nous rencontrerons enfin.

    Hymne # 651 L’hymne luthérien
    Texte: Psaume 46:10
    Auteur: Catharine Amalia Dorothea von Schlegel, 1752, cento
    Traduit par: Jane Borthwick, 1855
    Intitulé: « Stille, mein Wille »
    Compositeur: Jean Sibelius, b. 1865, arr.
    Tune: « Finlandia »

    http://www.lutheran-hymnal.com/lyrics/tlh651.htm

 

-, #ou, 46%, détendez-vous?, Psaumes., soyez, tranquille»

 

wiki

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *