Quand et comment un pape peut-il révoquer les décrets d’un concile œcuménique?

Nathaniel

Quand et comment un pape peut-il révoquer les décrets d’un concile œcuménique?


J’ai récemment appris que le pape Jean XXI a révoqué un décret adopté au deuxième concile de Lyon (1274). L’ Encyclopédie catholique se lit comme suit:

Grégoire X, pour éviter une répétition des vacances trop longues du siège pontifical, fit décider que les cardinaux ne devaient quitter le conclave qu’une fois le pape élu. Cette constitution qui infligeait certaines privations matérielles aux cardinaux si l’élection était trop tardive, fut suspendue en 1276 par Adrian V, et quelques mois plus tard révoquée par Jean XXI.

Dans un autre article , le CE dit que l’action de Jean XXI a été faite « avec le consentement des cardinaux », mais il n’est pas clair pour moi si un tel consentement était strictement nécessaire.

Le deuxième concile de Lyon était le quatorzième concile œcuménique, et je pensais que les conciles œcuméniques étaient contraignants. Mais il ne semble pas que cette révocation soit considérée comme problématique dans le catholicisme. Pourquoi pas? Dans quelles conditions est-il acceptable qu’un pape révoque les décrets d’un concile œcuménique?

Sola Gratia

Je ne suis pas un avocat canon, mais je suppose que ce décret ou la question qu’il a révoquée était une question de discipline (« qui a infligé certaines privations matérielles aux cardinaux si l’élection était trop tardive »), et non la foi et la morale : la seule chose strictement irrévocable d’un concile œcuménique / document papal équivalent.

Nathaniel ♦

@SolaGratia Ah, intéressant; Je n’étais pas au courant de cette distinction.

Sola Gratia

Vous pouvez trouver cela utile 🙂

Sola Gratia

A savoir, « aucune prétention à l’infaillibilité n’est faite en ce qui concerne les questions purement disciplinaires en tant que telles » mais néanmoins, « le Pontife romain [a] » « l’autorité suprême … en ce qui concerne … les affaires disciplinaires … ». Le CE utilise l’exemple des restrictions alimentaires dans Actes 15, contre le fait que les Gentils ne doivent pas être circoncis (une question de foi).

Nathaniel ♦

Oui ça aide. Il est logique que l’infaillibilité des conciles œcuméniques soit parallèle aux règles de l’infaillibilité papale. Permettez-moi d’éditer en une ride, mais il semble que vous puissiez répondre à cela même si vous n’êtes pas avocat canon 🙂

Réponses


 Sola Gratia

Foi et morale / Discipline

Grégoire X, pour éviter une répétition des vacances trop longues du siège pontifical, fit décider que les cardinaux ne devaient quitter le conclave qu’une fois le pape élu. Cette constitution qui infligeait certaines privations matérielles aux cardinaux si l’élection était trop tardive, fut suspendue en 1276 par Adrian V, et quelques mois plus tard révoquée par Jean XXI

Cela revient à décréter une affaire disciplinaire , puis à la révoquer. Alors que les questions de foi et de morale – l’Église enseignant les questions de la foi, qui peuvent, dans certaines circonstances, jouir de l’infaillibilité 1 – sont par nature irréformables, car elles se rapportent à ce qui est une vérité de la foi (par exemple la divinité de la Sainte Fantôme).

Les deux sortes de décrets par un conseil

L’Encyclopédie catholique, dans son article sur l’ infaillibilité , fait référence au Concile tenu par les apôtres et évêques à Jérusalem (enregistré dans Actes 15 ). Les «décrets» issus de ce Conseil comportaient deux aspects. Bien qu’il soit pré-œcuménique, il a, comme d’autres conciles, le «format» de base suivant:

Problème / hérésie à portée de main

15: 1  » Certains hommes descendirent de Judée et commencèrent à enseigner aux frères: » Si vous n’êtes pas circoncis selon la coutume de Moïse, vous ne pouvez pas être sauvés .  »

Réunion des évêques

15: 6 « Les apôtres et les anciens se sont réunis pour examiner cette question. »

Le pape règle la question, finalement

15: 8 « Après qu’il y ait eu beaucoup de débats, Peter s’est levé et leur a dit … » 15:12 « Tout le monde est resté silencieux … »

Document (s) du Conseil cristallisant le résultat

15: 23-29

Conseil ratifié

15:28 « Car il nous a semblé bon au Saint-Esprit et à nous de ne vous imposer aucun fardeau plus grand que ceux-ci »

Dans ce Conseil, comme dans la plupart, il y a les questions disciplinaires (ou les règlements):

Actes 15: 28-29

Car il a paru bon au Saint-Esprit et à nous de ne vous imposer aucun fardeau que ces choses nécessaires: que vous vous absteniez des choses sacrifiées aux idoles, et du sang, et des choses étranglées et de la fornication; d’où vous gardez les choses, vous ferez bien. Allez-vous bien.

Et les questions de foi et de morale (de première importance – ici, comment se réconcilier avec Dieu par la foi, avec ou sans circoncision):

Actes 15: 7-12 Et quand il y eut beaucoup de disputes, Pierre, se levant, leur dit: Hommes, frères, vous savez, qu’autrefois Dieu a fait le choix parmi nous, afin que par ma bouche les Gentils entendent la parole de l’évangile, et croyez. Et Dieu, qui connaît les cœurs, a rendu témoignage, en leur donnant le Saint-Esprit aussi bien qu’à nous; Et ne faites aucune différence entre nous et eux, purifiant leur cœur par la foi. Maintenant, pourquoi tentez-vous Dieu de mettre un joug sur le cou des disciples, que ni nos pères ni nous n’avons pu porter? Mais par la grâce du Seigneur Jésus-Christ, nous croyons être sauvés, comme eux aussi. Et toute la multitude se taisait …

Bien sûr, puisque le Saint-Esprit a approuvé leur décision disciplinaire, et est donc infaillible dans ce sens, et dans ce cas spécial, explicitement révélé, ce n’est pas nécessairement le cas qu’une question de discipline est la meilleure, est idéale, etc. les questions de foi et de morale, comme le Pape enseignant le troupeau du Christ (cf. Lc 22, 32; Jn 21, 15-17 ), peuvent jouir de l’infaillibilité (et donc de l’irréformable) dans les circonstances respectives.

Un exemple concret

Un exemple réel d’un vrai Concile œcuménique, prenez le premier d’entre eux, Nicée I, canon 20:

Étant donné qu’il y a certaines personnes qui s’agenouillent le jour du Seigneur et aux jours de la Pentecôte, par conséquent, dans l’intention que toutes choses soient uniformément observées partout (dans chaque paroisse), il semble bon au saint Synode que la prière soit faite à Dieu debout.

Ou canon 4:

Il est tout à fait normal qu’un évêque soit nommé par tous les évêques de la province; mais si cela est difficile, soit en raison d’une nécessité urgente, soit en raison de l’ éloignement, trois au moins devraient se réunir, et les suffrages des évêques absents étant également donnés et communiqués par écrit, l’ordination devrait avoir lieu. Mais dans chaque province, la ratification de ce qui est fait devrait être laissée au Métropolite.

Ce sont des questions de discipline et ne concernent pas directement la Foi.

Ceci ( Credo / Ecthésis du Synode de Nice ):

… Et quiconque dira qu’il fut un temps où le Fils de Dieu n’était pas (ἤν ποτε ὅτε οὐκ ἦν), ou qu’avant sa naissance, il ne l’était pas, ou qu’il était fait de choses qui n’étaient pas, ou que il est d’une substance ou d’une essence différente [du Père] ou qu’il est une créature, ou sujet à changement ou à conversion – tout cela pour ainsi dire, l’Église catholique et apostolique les anathématise.

Sont des questions de foi et de morale.


Tu as dit,

Dans un autre article , le CE dit que l’action de Jean XXI a été faite « avec le consentement des cardinaux », mais il n’est pas clair pour moi si un tel consentement était strictement nécessaire.

Un tel consentement n’est pas nécessaire pour le type de déclaration infaillible émise par un pape «ex cathedra» 2, ni pour révoquer ce qui n’est qu’une question disciplinaire (et donc réformable par nature).

Pape Pie IX, Vatican I, Session 4, cap. 4, 9:

Par conséquent, adhérant fidèlement à la tradition reçue depuis le début de la foi chrétienne, à la gloire de Dieu notre Sauveur, pour l’exaltation de la religion catholique et pour le salut du peuple chrétien, avec l’approbation du Conseil sacré, nous enseignons et définir comme un dogme divinement révélé que lorsque le Pontife romain parle ex cathedra, c’est-à-dire lorsque, dans l’exercice de sa fonction de berger et de maître de tous les chrétiens, en vertu de son autorité apostolique suprême, il définit une doctrine concernant la foi ou les mœurs devant être tenues par toute l’Église, il possède, par l’assistance divine qui lui a été promise en le bienheureux Pierre, l’infaillibilité dont le divin Rédempteur a voulu que son Église jouisse pour définir la doctrine concernant la foi ou la morale. Par conséquent, de telles définitions du Pontife romain sont en elles-mêmes, et non avec le consentement de l’Église, irréformables.


Dans quelles conditions est-il acceptable qu’un pape révoque les décrets d’un concile œcuménique?

En vertu de tout, vraiment: tant que lesdits décrets concernent des questions disciplinaires (non intrinsèquement définies sur la base ou dépendant uniquement de certains dogmes ou questions de foi) qui, par nature, sont toujours révocables.

Controverse possible

Un domaine controversé est celui où la discipline, la foi et la morale se rencontrent ou sont si liées qu’elles ne permettent pas de savoir exactement ce qui peut être réformé. Un exemple est quand le pape Pie V, dans un document appelé Quo Primum, a interdit le changement du rite romain de la messe désormais et pour toujours, par quiconque:

… car il est de plus en plus important qu’il n’y ait dans l’Église qu’une seule manière appropriée de réciter les Psaumes et un seul rite pour la célébration de la messe. . . Que tout le monde adopte et observe ce qui a été transmis par la Sainte Eglise romaine, la mère et l’enseignante des autres églises, et que les messes ne soient pas chantées ou lues selon une autre formule que celle de ce Missel publié par Nous. Cette ordonnance s’applique désormais, maintenant et pour toujours, dans toutes les provinces du monde chrétien, à tous les patriarches, églises cathédrales, églises collégiales et paroissiales, qu’elles soient laïques ou religieuses, hommes et femmes – hommes ou femmes – même d’ordre militaire – et des églises ou des chapelles sans une congrégation spécifique dans laquelle les messes conventuelles sont chantées à haute voix en choeur ou lues en privé conformément aux rites et coutumes de l’Église romaine. Ce missel doit être utilisé par toutes les églises, même par celles qui, dans leur autorisation, sont exemptées, que ce soit par indult apostolique, coutume ou privilège, ou même si par serment ou confirmation officielle du Saint-Siège, ou ont leurs droits et facultés garantis par toute autre manière.

Ce nouveau rite seul doit être utilisé à moins que l’approbation de la pratique de dire la messe différemment n’ait été donnée au moment même de l’institution et la confirmation de l’église par le Siège Apostolique il y a au moins 200 ans, ou à moins qu’il n’y ait eu une coutume d’un semblable genre qui a été continuellement suivi pendant une période d’au moins 200 ans, dans laquelle la plupart des cas Nous n’annulons en aucun cas leur prérogative ou coutume susmentionnée. . .

Nous commandons spécifiquement chaque patriarche, administrateur et toutes les autres personnes, quelle que soit leur dignité ecclésiastique, qu’ils soient même cardinaux de la Sainte Église romaine ou possédés de tout autre rang ou prééminence, et nous les commandons en vertu de obéissance sainte à chanter ou à lire la messe selon le rite et la manière et la norme que nous avons établis ci-après et, par la suite, à cesser et à rejeter complètement toutes les autres rubriques et rites d’autres missiles, aussi anciens soient-ils, qu’ils ont habituellement suivis; et ils ne doivent pas, en célébrant la messe, prétendre introduire des cérémonies ou réciter des prières autres que celles contenues dans ce Missel

Il a jugé une décision suffisamment importante pour dire:

… personne à quiconque n’est autorisé à modifier cette … loi, ordonnance, commandement, précepte, octroi, indult, déclaration, testament, décret et interdiction. Si quelqu’un, cependant, présume commettre un tel acte, il devrait savoir qu’il encourra la colère de Dieu Tout-Puissant et des Bienheureux Apôtres Pierre et Paul.

Ou le canon très analogue du Concile de Trente (Session 7, canon 13):

« Si quelqu’un dit que les rites reçus et approuvés habituellement utilisés dans l’Église catholique pour l’administration solennelle des sacrements peuvent être changés en d’autres nouveaux rites par n’importe quel pasteur de l’Église, quiconque, qu’il soit anathème.  »

( Qu’il soit anathème signifie en dehors de l’Église, excommunié ipso facto – hérétique, pas membre de l’Église, d’où sa signification d’origine – «sous la malédiction de Dieu») ne s’applique qu’aux membres de l’Église qui présumeraient commettre une telle hérésie etc).

La controverse étant que le pape Paul VI a fait précisément cela, en changeant le rite romain de la messe. Comme il s’agit techniquement d’une question de discipline, cependant, cela revient à désobéir au décret solennel et au souhait du pape Pie V ou (« Notre … statut, ordonnance, commandement, précepte, octroi, indult, déclaration, testament, décret et interdiction « ) – ( » C’est Notre volonté, par conséquent, et par la même autorité, Nous décrétons qu’après avoir publié cette constitution et l’édition du Missel, les prêtres de la Curie romaine sont obligés, après trente jours, de chanter ou de lire la messe selon elle « ) – et non une hérésie pure et simple. Ainsi va un côté de la controverse parmi les catholiques traditionnels 🙂 On pourrait faire valoir que le pape Saint-Pie V a simplement abusé de son pouvoir de se lier à une affaire disciplinaire et n’a donc pas plus d’effet qu’un souhait ou un statut disciplinaire autrement banal. On pourrait également faire valoir qu’il n’y avait pas de raison suffisante pour modifier ledit rite.

Cependant, comme dans le cas de votre question et de ce décret, la question disciplinaire de s’assurer qu’un pape est élu rapidement pour éviter une période prolongée de sede vacante (pas de pape) (votre question), ce n’est pas du tout en question. C’est clairement une question de discipline.

Le jugement sur toute confusion (ou interprétation de l’enseignement de l’Église en général), cependant, est laissé entre les mains du Pape et de l’Église, bien sûr, pas à l’individu.

Comme le mentionne l’ Encyclopédie catholique dans l’article susmentionné sur l’infaillibilité:

… l’Église est infaillible dans son enseignement définitif objectif concernant la foi et la morale, non pas que les croyants soient infaillibles dans leur interprétation subjective de son enseignement. Cela est évident dans le cas des individus, dont chacun peut se tromper dans sa compréhension de l’enseignement de l’Église; ni le consentement général ou même unanime des fidèles à croire en un organe d’infaillibilité distinct et indépendant.

1 Encyclopédie catholique, infaillibilité | Wikipédia, infaillibilité papale (d’ après l’enseignement de Pie IX, Vatican I, pasteur Aeternus )

2 «ex cathedra», c’est-à-dire «de la chaise» [de Pierre] – pas littéralement; fait référence à un type spécifique de déclaration ou de décret faisant autorité, ou à l’exercice d’un certain poste de pape; cf. Matthieu 23: 1-3

Nathaniel ♦

Très utile. Je soupçonnais qu’il finirait par y avoir un désaccord sur ce qui comptait comme «foi et morale» par opposition à «discipline», alors j’apprécie également l’exemple de cela.


 SLM

Ce qui a conduit à la décision de 1274 de Lyon a été le schisme qui s’est produit en 1159 lorsque deux papes ont été élus.

L’Église catholique romaine avait demandé l’unanimité lors de son élection papale. Cela ne s’est pas produit en 1159. Ainsi, le Conseil de Lyon a entamé le vote majoritaire (2/3) si nécessaire (voir citation # 2 et canon # 2).

Mais la sémantique est importante. Cela a été considéré comme une situation juridique. Oui, c’était contraignant, mais les circonstances peuvent prévaloir. Cela n’avait vraiment rien à voir avec « la foi et la morale », non pas que le Conseil invoque une sorte d’infaillibilité.

PS. Beaucoup de décisions / canons du Conseil ont été « suspendus ».

https://en.wikipedia.org/wiki/Papal_election,_1159 http://www.webcitation.org/query?url=http://www.geocities.com/Heartland/Valley/8920/churchcouncils/Ecum14.htm&date = 2009-10-25 + 07: 53: 18

 

#et, comment, Concile, d’un, décrets, Les, œcuménique?, Pape?, peut-il, quand, Révoquer, un

 

wiki

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *