Quelle est la différence entre אֱלֹהֵ֨י וֵֽאלֹהֵ֤י et אֱלֹהֵ֖י

Lan

Quelle est la différence entre אֱלֹהֵ֨י וֵֽאלֹהֵ֤י et אֱלֹהֵ֖י


J’apprécierais de l’aide et je remercie tout le monde à l’avance pour sa généreuse aide. Je ne connais pas du tout l’hébreu. J’essaie de comprendre Gen. 31:53. La traduction des Noms de Dieu a ceci: 53 Mai les Elohim d’Abraham et Nahor – les Elohim de leur père – jugent entre nous.

En ajoutant l’hébreu, ce serait: Que les Elohim (אֱלֹהֵ֨י) d’Abraham et Nahor (וֵֽאלֹהֵ֤י) – les Elohim (אֱלֹהֵ֖י) de leur père – jugent entre nous.

Le Holman a ceci: Le Dieu d’Abraham et les dieux de Nahor – les dieux de leur père – jugeront entre nous. »

Le Holman fait la différence entre le singulier et le pluriel dans la divinité d’Abraham par rapport à celle de Nahor et de Terah, mais la traduction des Noms de Dieu utilise le seul mot « Elohim ». Y a-t-il une différenciation en hébreu? Comment le Holman a-t-il trouvé ça?

Réponses


 Abu Munir Ibn Ibrahim

Les mots אֱלֹהֵ֨י, וֵֽאלֹהֵ֤י et אֱלֹהֵ֖י dans Genèse 31:53 sont le même nom, élohim sous trois formes légèrement différentes:

  1. אֱלֹהֵ֨י, elohei est le nom élohim sous forme associative, « la divinité de  » avec une marque de lecture indiquant un ton ascendant au début d’une clause
  2. וֵֽאלֹהֵ֤י, weylohei , est le même que ci-dessus avec la conjonction « et » préfixée, et une marque de lecture indiquant un avant-dernier ton élevé avant la fin d’un ton de pause de clause
  3. אֱלֹהֵ֖י, elohei , est le même que (1) ci-dessus, mais avec une marque de lecture indiquant un ton tombant avant une rupture de clause majeure, un atnachta .

Le sens est « la divinité de » ou « les dieux de », dans ce contexte . Ce n’est pas un nom de Dieu, l’Éternel, car les paroles sont prononcées par Lavan, qui n’adore pas Dieu et qui est venu récupérer ses idoles de Jacob.

Dans ce verset, Lavan exprime la sincérité et la sévérité du serment entre lui et Jacob en se référant aux dieux d’Abraham et aux dieux de Nahor. Le et avant « les dieux de Nahor » montre que Lavan les voit comme différents, bien qu’il se réfère à eux dans le même souffle, sans faire de distinction entre eux, même si nous, les lecteurs, savons déjà par ce point dans le récit que il y a un monde de différence entre le Dieu d’Abraham et les dieux de Nahor. C’est ce manque de distinction qui indique que Lavan ne fait pas référence au « Dieu d’Abraham » mais plutôt aux « dieux d’Abraham ». À ce stade, le verset est ironique, nous faisant lever un sourcil. Mais ensuite, Lavan accentue le sérieux en utilisant une forme de serment sémitique commune, invoquant le père – non seulement les dieux d’Abraham et de Nahor, mais aussi les dieux de leur papa ! L’humour bathétique à ce stade du verset n’est pas perdu pour les locuteurs natifs de l’hébreu ou de l’arabe. Le texte se moque de Lavan.

La traduction des noms de Dieu semble avoir mal compris cela tout au long du verset, utilisé la translittération majuscule « Elohim », un surnom pour Dieu, où l’hébreu dit elohei , et élidant également l’ élohei de Nahor dans l’ élohei d’Abraham ne laissant que deux elohei s où le MT en a trois.

La traduction de Holman est meilleure mais interprète le premier אֱלֹהֵ֨י qui est associé à Abraham comme theי dans le sens d’un nom de Dieu, suivant peut-être l’interprétation juive classique apportée par Rachi qui, à mon humble avis, est une erreur. En effet, «le Dieu d’Abraham» est un surnom commun pour Dieu, mais pas dans ce contexte où l’orateur est Lavan l’adorateur d’idoles qui ne fait pas de distinction entre Dieu et les dieux.

Le mot élohim est une forme plurielle qui peut avoir une signification singulière ou plurielle en hébreu, dont la signification en anglais est mieux comprise comme la « divinité » singulière. Il peut se référer soit à

  1. la ou les divinités au sens général qui font l’objet de l’adoration de quelqu’un
  2. Dieu, le SEIGNEUR, lorsque l’identité du locuteur ou le contexte indique que cela se réfère à Dieu

En se référant à Dieu, Elohim , « la Déité », est un surnom, comme « le Dieu d’Abraham » ou « la Peur d’Issac » (voir la fin de Genèse 31:53), et pas un nom propre comme le tétragramme, qui est souvent rendu en anglais comme « le Seigneur » ou YHVH, Jéhovah et similaires.

Dans la plupart des cas dans l’Ancien Testament, le contexte fait une distinction adéquate entre élohim , la déité, et Elohim , la déité. Dans certains versets, ce n’est pas clair. Ma propre traduction de Genèse 31:53 serait:

« Les dieux d’Abraham et les dieux de Nahor, [même] les dieux de leurs pères jugeront entre nous! », Mais Jacob jura au nom de la Peur de son père, Isaac.

Notez que je modifie légèrement l’ordre des mots MT, car je crois que le sujet de « jugera entre nous » est le « dieu de leurs pères » subséquent combiné avec le précédent « les dieux d’Abraham et les dieux de Nahor ». Cette analyse est cohérente avec les deux traductions citées dans l’OP.

Nigel J

Je remarque la façon dont vous utilisez le mot «Déité» et je suis d’accord. Le terme «Dieu» en anglais est souvent considéré comme un nom personnel, ce que je considère comme n’étant pas le cas. Il s’agit, à mon avis, de la nature; pas personne. Et «Déité» serait une meilleure façon de faire référence à une question de nature (la Déité distincte de l’humanité) que le mot «Dieu». Le mot «Déité» en anglais doit être compris comme exprimant la nature, ce qui peut être une question singulière ou une question plurielle, tout comme (je comprends) l’hébreu utilise le mot «elohim».

Lan

Merci beaucoup. J’apprécie à quel point c’était détaillé. Je vous serais reconnaissant de bien vouloir clarifier ces questions: 1. Il semble que Laban disait que la divinité d’Abraham et la divinité de Nahor étaient les mêmes que la divinité de leur père. Est-ce exact? 2. Il n’y a rien en cela qui rend le mot « divinité » pluriel ou singulier sauf le contexte, ou la façon dont nous pensons qu’ils le signifiaient. Ce pourrait être « le dieu d’Abraham et le dieu de Laban – le dieu de leur père » ou il pourrait tout aussi bien être traduit « les dieux d’Abraham et les dieux de Nahor – les dieux de leur père ». Droite?

Abu Munir Ibn Ibrahim

@Lan Merci pour votre commentaire. J’ai beaucoup réécrit pour essayer de répondre à vos questions.

Révélation Lad

+1 Merci d’avoir proposé votre propre traduction – cela a le plus de sens. Cela semble avoir une incidence sur une question connexe: hermeneutics.stackexchange.com/questions/8751/… et je suis curieux de savoir ce que vous pensez de la peur d’Isaac.

Abu Munir Ibn Ibrahim

@RevelationLad Je suis du côté de l’ESV en voyant « La peur d’Isaac » comme un vrai surnom pour Dieu, qui devrait être capitalisé en traduction. Je ne vois pas d’alternative, parce que c’est par qui Jacob jure, et qui contraste avec la confusion des dieux par qui Lavan jure. Il serait problématique dans ce verset de faire jurer Jacob par le Dieu d’Abraham alors que Lavan a déjà fait référence aux dieux d’Abraham, donc le texte utilise un surnom alternatif. Les phases suivantes de la langue hébraïque soutiennent cela, par exemple l’hymne de la pénitence Anenu

 

#et, #la, différence, entre, est, quelle, אֱלֹהֵ֨י, וֵֽאלֹהֵ֤י

 

wiki

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *