Quelle était la relation de la reine Esther avec Mordechai?

Adithia Kusno

Quelle était la relation de la reine Esther avec Mordechai?


Savons-nous quelle était la relation de la reine Esther avec Mardochée, basée sur les variantes textuelles 1 du livre d’Esther?


1 La relation de la reine Esther avec Mordechai dans la tradition juive et chrétienne

Réponses


 Adithia Kusno

La relation entre la reine Esther et Mardochée est décrite dans le livre d’Esther chapitre 2 des versets 5 à 7. Il y a au total cinq traductions: y compris les deux premiers textes grecs de la Septante (200s avant JC) et de Saint Lucian d’Antioche (AD 200s ), un Targum araméen (AD 200s), et une Vulgate latine de Saint-Jérôme (AD 400s), et le dernier texte hébreu massorétique (AD 900s).

Le texte hébreu massorétique est en accord avec les trois autres textes, y compris une traduction grecque par saint Lucien d’Antioche, une traduction targum araméenne et une traduction latine par saint Jérôme. Décrivant la relation d’Esther et Mardochée comme cousine germaine, « la fille de l’oncle [de Mardochée] ».

Masorétique hébreu d’Esther 2: 5-7

Il y avait maintenant à la citadelle de Suse un Juif qui s’appelait Mardochée, le fils de Jair, le fils de Shimei, le fils de Kish, un Benjamite, qui avait été emmené en exil de Jérusalem avec les captifs qui avaient été exilés avec Jeconiah roi de Juda, que Nabuchodonosor, roi de Babylone, avait exilé. Il élevait Hadassah, c’est-à-dire Esther, la fille de son oncle, car elle n’avait ni père ni mère. Maintenant, la jeune femme était belle de forme et de visage, et quand son père et sa mère sont morts, Mardochée l’a prise comme sa propre fille.

Masorétique hébreu d’Esther 2: 5-7, NASB.

Semblable au texte hébreu masorétique, saint Lucien d’Antioche a traduit une version abrégée du texte en grec. Dans laquelle elle est associée en tant que cousine germaine de Mardochée, « une fille du frère de son père ».

Lucian grec d’Esther 2: 5-7

Il y avait maintenant un homme judéen à Suse, la ville, qui s’appelait Mardochaios, fils d’Iaerios, fils de Semeias, fils de Kisaios, de la tribu de Benjamin. Et il élevait fidèlement Esther, fille du frère de son père. Et l’enfant était très beau en apparence et agréable à voir.

Lucian grec d’Esther 2: 5-7, NETS.

Dans le texte grec le plus ancien, la Septante dépeint une image de la relation d’Esther avec Mardochée selon la tradition juive rabbinique en tant que sa femme.

Septante grecque d’Esther 2: 5-7

Maintenant, il y avait un homme judéen à Suse la ville, et son nom était Mardochaios, fils d’Iairos, fils de Semeias, fils de Kisaios, de la tribu de Benjamin, qui était un exilé d’Ierousalem, que Nabouchodonosor, roi de Babylone, avait fait prisonnier. . Et cet homme avait un enfant en famille d’accueil, une fille d’Aminadab, le frère de son père, et son nom était Esther. Et quand ses parents sont morts, il l’a formée pour lui-même en tant qu’épouse. Et la fille était belle en apparence.

Septante grecque d’Esther 2: 5-7, NETS.

Une tentative d’expliquer les variantes textuelles

Dans Esther 2:17, il est fait référence à la fois aux «femmes» et à la «vierge». Il semble que les deux termes doivent désigner des catégories distinctes. Le fait que le texte ne se réfère pas à Esther comme une vierge mais la fait figurer parmi les jeunes femmes ainsi que les femmes (un mot qui signifie aussi épouses), il semble raisonnable de suggérer qu’une relation conjugale entre Esther et Mardochée était possible .

Le roi aimait Esther plus que toutes les femmes, et elle trouva grâce et gentillesse avec lui plus que toutes les vierges, de sorte qu’il mit la couronne royale sur sa tête et la fit reine au lieu de Vashti.

NASB Esther 2:17

Il est possible de conclure que l’auteur du grec Esther a pris une décision intentionnelle en utilisant le mot «épouse» au verset 2: 7. Un texte clé qui aurait influencé l’auteur du grec Esther à utiliser le mot pour «femme» dans 2: 7 est l’utilisation du verbe qui signifie «prendre» dans le texte hébreu. Il s’agit d’un verbe utilisé ailleurs dans la Bible hébraïque en relation avec la prise d’une femme. Parce que ce verbe est utilisé pour décrire l’action de Mardochée envers Esther, il est probable que l’auteur du grec Esther a interprété cela comme signifiant que Mardochée avait élevé Esther dans le but de la prendre comme épouse. En fait, l’ancienne pratique proche-orientale des mariages d’adoption, « dans laquelle un homme adopterait un enfant avec l’intention de l’épouser quand elle serait assez vieille » 1, peut avoir soutenu cette interprétation.


1 Michael V. Fox, Character and Ideology in the Book of Esther (1991), 276.


 Luis Manuel Herrera Sosa

En aucun cas, la reine Esther n’était une épouse secrète. Parce que ou sa beauté et bien se comporter, elle a été amenée au roi. Bien sûr, Esther était d’Israël. L’ancienne épouse du roi a montré très peu, voire aucun respect pour le roi. Et cette mauvaise conduite la fait éloigner du roi. Envie de la part du peuple non juif qu’une attaque secrète était préparée. Mais à cause de l’obéissance fidèle des Juifs, leur Dieu les a délivrés des mains de leurs ennemis.

Abu Munir Ibn Ibrahim

Les réponses dans ce site doivent, en général, être étayées par des références à des versets spécifiques, à des sources externes ou à des recherches linguistiques. Pouvez-vous appuyer votre réponse avec des références?

 

#de, #la, avec, Esther, était, Mordechai, quelle, reine, relation

 

wiki

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *