Qu’est-ce que la «parousie»? Cela a-t-il un rapport avec la seconde venue du Christ?

FMS

Qu’est-ce que la «parousie»? Cela a-t-il un rapport avec la seconde venue du Christ?


Dans les écrits de Paul, qu’est-ce que la «parousie»? Cela a-t-il un rapport avec la seconde venue du Christ?

Voici le texte principal que je cherche à comprendre:

1 Th 2:19 (RSVCE)

19 Car quelle est notre espérance, notre joie ou notre couronne de se vanter devant notre Seigneur Jésus à sa venue [ἐν τῇ αὐτοῦ παρουσίᾳ ]? N’est-ce pas toi?

Dɑvïd

Vous auriez un bon départ sur Wikipedia

Dan

J’ai réduit cela pour le concentrer sur un texte spécifique et son application au corpus paulinien plus large. Nous n’avons pas de définition claire de ce qui constitue «la Bible», et ce serait beaucoup trop large puisque παρουσία est un terme grec et «la Bible» est écrite dans au moins deux langues supplémentaires. J’ai également supprimé la question secondaire qui part d’un concept théologique plutôt que du texte. Vous devriez être en mesure de bien comprendre la question telle qu’elle est actuellement libellée.

FMS

Merci David et @ majnemɪzdæn. Je suppose que ce que je veux demander, c’est « Parousie » dans l’écriture de Paul et si cela est décrit et compris, la seconde venue sera-t-elle de la même manière?

Dan

@FMS ici, nous pouvons certainement répondre à cette première question, mais la seconde serait la meilleure pour le christianisme

FMS

@ majnemɪzdæn D’après les réponses ci-dessous, BH a fourni d’excellentes réponses. Je vous remercie!

Réponses


 Anonymous

Analyse lexicale

Le mot grec παρουσία est formé de la combinaison de la préposition παρά ( para ) et du nom οὐσία ( ousia ), qui dérive du participe οὖσα ( ousa ), qui signifie «être». Par conséquent, παρουσία signifie littéralement «l’acte ou l’état d’être avec», en d’autres termes, «la présence». Par conséquent, le παρουσία de Jésus-Christ est sa présence avec nous. Bien que certaines traductions anglaises le traduisent par « à venir », une telle traduction est légèrement inexacte, car le grec serait probablement l’infinitif ἐλθεῖν suivi d’une préposition (cp. Mal. 4: 5 LXX ). Le verbe grec signifiant «venir» est ἔρχομαι , tandis que le verbe signifiant «être avec» (c’est-à-dire être présent) est πάρειμι . Néanmoins, la présence de Jésus avec nous supposerait naturellement qu’il vienne d’un autre endroit, c’est-à-dire du ciel.

Analyse de la traduction anglaise du RSVCE

À noter, la traduction fournie par l’affiche originale (c.-à-d. RSVCE) est certainement différente de la KJV. Qu’est-ce qui explique la différence?

RSVCE :

Car quelle est notre espérance, notre joie ou notre couronne de vantardise devant notre Seigneur Jésus à sa venue? N’est-ce pas toi?

KJV :

Quelle est notre espérance, notre joie ou notre couronne de réjouissance? N’êtes-vous même pas en présence de notre Seigneur Jésus-Christ à sa venue?

Le texte grec du Textus Receptus (Stephanus, 1611) déclare,

τίς γὰρ ἡμῶν ἐλπὶς ἢ χαρὰ ἢ στέφανος καυχήσεως ἢ οὐχὶ καὶ ὑμεῖς ἔμπροσθεν τοῦ κυρίου ἡμῶν Ἰησσῦῦ Χριστοῦ ἐριστοπ

Comme le note Henry Alford ,

Les mots ἔμπροσθεν τοῦ κυρίου ἡμῶν Ἰησοῦ Χριστοῦ ἐν τῇ αὐτοῦ παρουσίᾳ ne doivent pas être transposés dans le rendu … pour l’apôtre après avoir posé et répondu à la question τίς γὰρ ἡμὰνἢα cet espoir et cette joie consistaient principalement, à savoir. la perspective glorieuse de leur présence dans le Seigneur lors de son apparition. Mais il n’attend pas cela avec impatience comme anticipant une récompense pour la conversion des Thessaloniciens (Est., Al.), Ou que leur conversion compensera sa persécution de l’Église auparavant, mais par un désir généreux d’être trouvé ce jour-là. avec les fruits de son travail, et afin qu’ils soient sa vanterie et qu’il soit le leur devant le Seigneur: voir 2 Cor. 1:14 ; Phil. 2:16 .

Cependant, le RSVCE fait juste cela — il transpose la phrase grecque ἔμπροσθεν τοῦ κυρίου ἡμῶν Ἰησοῦ Χριστοῦ ἐν τῇ αὐτοῦ παρουσίᾳ et change le grec de ceci:

τίς γὰρ ἡμῶν ἐλπὶς ἢ χαρὰ ἢ στέφανος καυχήσεως ἢ οὐχὶ καὶ ὑμεῖς ἔμπροσθεν τοῦ κυρίου ἡμῶν Ἰησσῦῦ Χριστοῦ ἐριστοπ

pour ça:

τίς γὰρ ἡμῶν ἐλπὶς ἢ χαρὰ ἢ στέφανος καυχήσεως ἔμπροσθεν τοῦ κυρίου ἡμῶν Ἰησοῦ Χριστοῦ ἐν τῇ αὐτοῦ πακο

La traduction du RSVCE est intenable.


Contexte littéraire

Afin de comprendre l’intention d’un auteur d’utiliser un mot, il est utile d’examiner son utilisation du mot dans des contextes du même genre littéraire. Par conséquent, nous examinons d’abord les épîtres de Thessalonique, puis les épîtres pauliniennes dans leur ensemble. Dans ses épîtres aux Thessaloniciens, l’apôtre Paul utilise le mot grec παρουσία sept (7) fois dans sept (7) versets:

Ailleurs, l’apôtre Paul utilise παρουσία sept (7) fois dans sept (7) versets dans trois (3) autres épîtres:

Les épîtres de Thessalonique

Le παρουσία du Seigneur Jésus serait un événement futur 1 qui se produirait « avec tous ses saints » (μετὰ πάντων τῶν ἁγίων αὐτοῦ), se référant probablement à ses anges. 2 Comme évoqué précédemment, la KJV conserve la traduction la plus précise du texte grec par rapport à la RSVCE. Par conséquent, « en sa présence » (ἐν τῇ αὐτοῦ παρουσίᾳ) — c’est-à-dire que la présence du Seigneur Jésus-Christ, les Thessaloniciens, comme tous les chrétiens, serait « devant le Seigneur Jésus-Christ » (ἔμπροσθεν τοῦ κυρίου ἡμῶν Ἰησοῦ Χρισ ), c’est-à-dire debout devant lui. Bien que j’hésite à me référer à un autre genre littéraire (c’est-à-dire les Évangiles), j’ai tendance à me référer à Matt. 25: 31-32 qui dit,

31 Or, lorsque le Fils de l’homme viendra dans sa gloire, et tous les saints anges avec lui, alors il s’assiéra sur le trône de sa gloire, 32 et toutes les nations seront rassemblées devant lui (ἔμπροσθεν), et il les séparera de les uns les autres tout comme un berger sépare les moutons des chèvres.

31 Ὅταν δὲ ἔλθῃ ὁ υἱὸς τοῦ ἀνθρώπου ἐν τῇ δόξῃ αὐτοῦ καὶ πάντες οἱ ἅγιοι ἄγγελοι μετ αὐτοῦ τότε καθίσει ἐπὶ θρόνου δόξης αὐτοῦ 32 καὶ συναχθήσεται ἔμπροσθεν αὐτοῦ πάντα τὰ ἔθνη καὶ ἀφοριεῖ αὐτοὺς ἀπ ἀλλήλων ὥσπερ ὁ ποιμὴν ἀφορίζει τὰ πρόβατα ἀπὸ τῶν ἐρίφων

Ici, nous voyons le Seigneur Jésus-Christ venir, avec ses anges. Bien sûr, après son arrivée, il est alors en présence (παρουσία) de chrétiens et de non-chrétiens qui se tiennent tous les deux devant (ἔμπροσθεν). Par conséquent, je ne peux m’empêcher de croire que Matt. 25: 31-32 donne un aperçu du παρουσία même du Seigneur Jésus-Christ auquel l’apôtre Paul a fait référence plus tard, et lui-même attendu.

Pour clarifier, le Seigneur Jésus-Christ vient du ciel ( 1 Thés. 4:16 ), moment où un ordre est donné et les chrétiens morts ressuscitent des morts, puis les chrétiens qui restent en vie jusqu’au παρουσία du Seigneur Jésus-Christ ( et sa descente du ciel) sont rassemblés avec les Christiens ressuscités « pour avoir rencontré le Seigneur dans les airs » (εἰς ἀπάντησιν τοῦ κυρίου εἰς ἀέρα) ( 1 Th. 4:17 cp. Matt. 25: 1 , 25: 6 ; aussi cp .2 Thés. 2: 1 ). Ces chrétiens qui étaient vivants sont transformés en corps incorruptibles avant de rencontrer le Seigneur dans les airs (cp. 1 Cor. 15:54 ).

L’apôtre Paul a insisté à maintes reprises sur le fait que les chrétiens sont tenus totalement sans reproche par Dieu ( 1 Thes. 5:23 ) et établis par le Seigneur Jésus-Christ avec un cœur « sans tache dans la sainteté » ( 1 Thes. 3:13 ) jusqu’au παρουσία du Seigneur Jésus-Christ. .

Relation avec la « seconde venue »

Comme nous l’avons vu plus haut, le mot grec παρουσία est souvent traduit par «venant» dans de nombreuses traductions anglaises, bien que le mot anglais «presence» soit plus vrai et littéral au sens réel. En fait, sur ses vingt-quatre (24) occurrences totales, la KJV traduit παρουσία vingt-deux (22) fois comme «venant» et seulement deux fois comme «présence». Cependant, ce n’est pas une grave erreur car la venue du Seigneur Jésus-Christ (sur terre) précéderait évidemment immédiatement sa « présence » avec les humains sur terre. Ainsi, les deux événements sont essentiellement coïncidents et les termes synonymes.

Pour répondre à votre question, les premiers auteurs chrétiens et la littérature ont souvent distingué « la seconde présence » du Seigneur Jésus-Christ, ou ἡ δευτέρα παρουσία, avec une première, c’est-à-dire son incarnation.

Par exemple, dans ses excuses au nom des chrétiens à Antonin Pie, Ch. LII, Justin Martyr (100-165 AD) a écrit:

Car les prophètes ont précédemment prêché deux « présences » (δύο … παρουσίας) de la sienne. Une [présence], celle qui s’est déjà produite, comme un homme déshonoré et souffrant, mais la seconde [présence] a été prêchée pour arriver, quand il reviendra avec gloire du ciel avec son hôte angélique, quand il lèvera aussi les corps de tous les humains qui ont existé, et il habillera ces [corps] des dignes d’incorruptibilité, et il enverra ces [corps] des méchants, dotés d’une sensibilité éternelle, dans le feu éternel avec les démons méchants.

δύο γὰρ αὐτοῦ παρουσίας προεκήρυξαν οἱ προφῆται · μίαν μέν, τὴν ἤδη γενομένην, ὡς ἀτίμου καὶ παθητοῦ ἀνθρώπου, τὴν δὲ δευτέραν, ὅταν μετὰ δόξης ἐξ οὐρανῶν μετὰ τῆς ἀγγελικῆς αὐτοῦ στρατιᾶς παραγενήσεσθαι κεκήρυκται, ὅτε καὶ τὰ σώματα ἀνεγερεῖ πάντων τῶν γενομένων ἀνθρώπων, καὶ τῶν μὲν ἀξίων ἐνδύσει ἀφθαρσίαν, τῶν δ ‘ἀδίκων ἐν αἰσθήσει αἰωνίᾳ μετὰ τῶν φαύλων δαιμόνων εἰς τὸ αἰώνιον πῦρ πέμψε.

Ainsi, les premiers pères de l’Église ont soutenu que la « première présence » ou la « venue » s’étendait sur l’incarnation du Seigneur Jésus-Christ jusqu’à sa mort et son ascension, et la « deuxième présence » ou « la venue » couvrirait sa descente du ciel, la résurrection de les morts et le jugement éternel des justes et des méchants.


Notes de bas de page

1 La préposition εἰς précédant τὴν παρουσίαν (cp. 1 Thes. 4:15 , 5:23 ) indique que le παρουσία est la limite temporelle (future) et non une réalité actuelle. (Thayer, εἰς , A., II., 4.)

2 Le grec τῶν ἁγίων est ambigu et pourrait désigner soit les humains, c’est-à-dire les chrétiens, soit les anges. Cependant, voir 2 Thes. 1: 7, ce qui semble confirmer cette dernière (c’est-à-dire les anges).

FMS

Réponse absolument formidable!

Susan ♦

C’est super, merci et +1. Pour être juste vis-à-vis de la décision du RSVCE … non seulement les traductions les plus récentes sont d’accord, mais NA28 et SBL5 ont tous deux mis ἢ οὐχὶ καὶ ὑμεῖς avec des tirets, indiquant apparemment par leur choix de ponctuation qu’ils le comprennent pour interrompre le flux de la phrase , qui continue ensuite ( contre KJV). Il serait difficile de le faire en anglais sans le déplacer jusqu’au bout. Je ne sais pas si c’est la bonne décision de la part des éditeurs du texte grec, mais le RSVCE n’est certainement pas le seul dans son interprétation.

Tau

@ H3br3wHamm3r81 Bienvenue à nouveau! Merci pour votre analyse du grec. Cette question a duré quelques jours et je me suis sentie obligée d’y répondre; mais il fallait la compréhension grecque, à laquelle je n’ai pas pu contribuer autant. Je vous remercie!


 Tau

Du lexique de Thayer:

* παρουσία, παρουσίας, ἡ (παρών, παροῦσα présence: 1 Corinthiens 16:17;

2 Corinthiens 10:10; opposé à ἀπουσίᾳ, Philippiens 2:12 (2 Macc.15: 21; (Aristote, phys.2, 3, p. 195a, 14; metaphys.4, 2, p. 1013b, 14; météore.4, 5, p .3> 82a, 33 etc.)).
2. la présence d’une venue, d’où la venue, l’arrivée, l’avènement ((Polybe 3, 41, 1. 8); Judith 10:18; 2 Macc. 8:12; (Hermas, sim. 5, 5, 3 [ET])): 2 Corinthiens 7: 6; 2 Thessaloniciens 2: 9 (cf. ἀποκαλυφθήσεται; ἡ … πάλιν πρός τινα, d’un retour, Philippiens 1:26. Dans le NT surtout de l’avènement, c’est-à-dire l’avenir, visible, le retour du ciel de Jésus, le Messie, ressusciter les morts, tenir le dernier jugement et établir officiellement et glorieusement le royaume de Dieu: *

La «parousie» est définie comme la seconde venue du Christ, illustrée par le verset que vous avez cité et également 1 Thess. 4:15,

Τοῦ τ μ ῦ ὐ ὐ ὐ

Pour cela, nous vous disons par la parole du Seigneur, que nous qui sommes vivants et qui restons jusqu’à l’ avènement du Seigneur, nous n’empêcherons pas ceux qui dorment.

Puisque cette « parousie » décrit le « ravissement », dans lequel le mot ἁρπάζω, (harpazo) ou « rattrapé » est utilisé (1 Thess. 4:17), beaucoup croient qu’il existe une autre « parousie » dans laquelle ses pieds touchent le Mont des Oliviers (Actes 1:11); les forces de l’Antéchrist sont détruites (Apoc. 19:20), la période de 7 ans de Tribulation est terminée, et le Christ règne sur Israël (et le monde) dans un règne millénaire, tout le temps que « l’église » qui était « rattrapée » « profite de la fête du mariage de l’agneau. Ce point de vue est appelé dispensationalisme, et il tente de réconcilier le retour du Christ en Israël, qu’il considère comme une «dispensation» distincte de l’âge de l’Église.

Le Christ lui-même n’a pas parlé d’une parousie (ou harpazo) «séparée», en fait, il a dit à ses disciples, (Matthieu 19:28)

En vérité, je vous le dis, vous qui m’avez suivi, dans la régénération, lorsque le Fils de l’homme sera assis sur le trône de sa gloire, vous aussi vous serez assis sur douze trônes, jugeant les douze tribus d’Israël,

par conséquent, l’idée d’un «millénaire juif séparé» de l’église est loin d’être concluante. Nous pouvons conclure que la parousie consiste en 1) la résurrection des saints et l’enlèvement (harpazo) de l’Église, ainsi que le retour des saints avec le Seigneur, pour détruire les méchants et établir son règne millénaire. Ceci est plus cohérent avec Apocalypse 19 et 1 Thess. 4.

FMS

Merci pour votre réponse! La venue sera-t-elle visible pour tout le monde? Quelle est la compréhension?

Tau

@FMS « Voici, il vient avec des nuages; et tout œil le verra, et ceux qui l’ont percé; et toutes les familles de la terre se lamenteront à cause de lui. Même ainsi, Amen. » (Apoc. 1: 7) Depuis Il vient dans les nuages, cela doit être vu comme la « Parousie », plutôt que le Jugement Final, où Il est assis sur le Trône de Sa Gloire (Matt. 25: 31-32).

 

«Christ», «parousie»?, #la, a-t-il, avec, cela, du, qu’est-ce, que, rapport, Seconde, un, Venue

 

wiki

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *