Réseau Mosfet comme modèle de consommation d’énergie FPGA

G. Ant

Réseau Mosfet comme modèle de consommation d’énergie FPGA


Je voudrais utiliser un tableau de mosfets de puissance comme modèle pour un FPGA (c’est-à-dire que les mosfets représenteront le FPGA comme modèle pour la dissipation de puissance). Par exemple, si la consommation électrique totale estimée du FPGA est de 150 W et le courant maximal de 180 A, serait-il préférable d’avoir un réseau parallèle ou série de mosfets pour un tel cas?

Dmitry Grigoryev

Pourriez-vous esquisser un schéma de la « série de mosfets » dont vous parlez? En outre, l’utilisation de MOSFET de puissance pour dissiper la puissance (en mode linéaire probablement) est une mauvaise idée, vous les obtiendrez en emballement thermique et les brûlerez en un rien de temps.

Andy aka

Pourquoi ne pas simplement utiliser un tas de résistances de puissance parallèles totalisant environ 5 milli ohms?

DonFusili

Je me demande simplement: à quoi allez-vous l’utiliser? Les éléments linéaires seront des représentations horribles de la saleté qu’un FPGA en cours d’exécution va insérer sur vos lignes électriques.

Réponses


 Ale..chenski

L’utilisation de «MOSFETS de puissance» pour modéliser la consommation d’énergie des FPGA n’est pas une idée correcte, ils n’ont pas de caractéristiques communes avec les mécanismes de dissipation de puissance en logique numérique. La question du « parallèle » ou « en série » ne semble pas bien pensée, les FPGA utilisent des rails d’alimentation basse tension et la connexion « sereis » des éléments de dissipation n’a évidemment pas sa place ici.

La dissipation de puissance des FPGA dépend (a) de la dissipation statique (par fuite) et (b) de la dissipation dynamique, qui dépend du nombre de portes qui commutent et à quelle fréquence. Voici un article Altera / INTEL qui donne un aperçu des modèles. Le modèle doit évidemment s’appuyer sur une conception logique particulière (car ce n’est qu’alors que vous pouvez connaître le nombre de portes de commutation et leur fréquence), qui ne peut être déterminé que par le compilateur VHDL et l’outil d’estimation de puissance associé.

Mais si vous voulez dire « modèle thermique » pour un boîtier FPGA de 150 W avec un répartiteur thermique, alors oui, n’importe quel tableau d’éléments correctement répartis (résistances ou MOSFETS de puissance) fera le travail, indépendamment de la connexion parallèle ou série.

G. Ant

Désolé que ma question initiale était si vague, oui je voulais dire un modèle thermique afin que les options de refroidissement puissent être considérées et analysées. D’après ce que je comprends, le courant sera partagé entre les Mosfets alors qu’en parallèle, quel serait l’avantage d’une connexion série?

 

#de, comme, Consommation, d’énergie, FPGA, modèle, MOSFET, réseau

 

google

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *