Romains 2: 12-16 Gentils païens ou gentils chrétiens

למה זה תשאל לשמי

Romains 2: 12-16 Gentils païens ou gentils chrétiens


Le passage suivant concerne-t-il les païens païens ou les païens chrétiens?

Car tous ceux qui ont péché sans loi périront aussi sans loi: et tous ceux qui ont péché sous la loi seront jugés par la loi; 13 car les auditeurs de la loi ne sont pas juste devant Dieu, mais les auteurs de la loi seront justifiés: 14 (car lorsque les Gentils qui n’ont pas la loi font par nature les choses de la loi, ceux-ci, n’ayant pas la loi, sont la loi pour eux-mêmes15; en ce qu’ils montrent l’œuvre de la loi écrite dans leur cœur, leur conscience en témoignant et leurs pensées les uns les autres les accusant ou les excusant); 16 au jour où Dieu jugera les secrets des hommes, selon mon évangile, par Jésus-Christ. (Romains 2: 12-16 ASV)

Réponses


 Michael16

Il se réfère à tous les gentils en général. Les auteurs du NT concernant les arguments pour le jugement ou la justice de Dieu ne font jamais de discrimination entre les croyants et les non-croyants. Le passage même parle d’impartialité dans le jugement de Dieu. Le contexte parle de personnes accomplissant des œuvres droites sans la loi révélée par la conscience. Les auteurs de la loi ne sont pas justes les auditeurs. Par « loi », les exigences morales sont en cause. L’argument est que les Juifs ne doivent pas se sentir arrogants et supérieurs en pensant que seuls ils peuvent être justifiés alors que le reste du monde (goyim ou gentils) sont comme des animaux, censés être des enfers. Les Gentils ne doivent pas supposer qu’ils ont été totalement négligés par Dieu. L’accent est mis sur le fait que tous les hommes sont jugés sur leurs œuvres.

(Romains 2: 6-11) 6 Il rendra à chacun selon ses oeuvres: 7 à ceux qui, par leur patience en faisant le bien, recherchent la gloire, l’honneur et l’immortalité, il donnera la vie éternelle; 8 mais pour ceux qui sont égoïstes et n’obéissent pas à la vérité, mais obéissent à l’injustice, il y aura de la colère et de la fureur. 9 Il y aura des tribulations et de la détresse pour chaque être humain qui fait le mal, le Juif d’abord et aussi le Grec, 10 mais la gloire et l’honneur et la paix pour tous ceux qui font le bien, le Juif d’abord et aussi le Grec. 11 Car Dieu ne montre aucune partialité.

Cf: Rom 14:12; Gal 6: 2-9; 2Cor 13: 5-6; 5:10; 1 Cor 7:19.

Commentaire de Danield Whedon: (Rom 2:14)

les choses… dans la loi – L’apôtre n’affirme pas mais suppose que la loi est parfois vraiment accomplie par les Gentils. Une loi en soi – Ce sont leurs propres régulateurs. Cette loi peut ne pas coïncider parfaitement avec la loi écrite ni avec la loi absolue; mais c’est une loi pour eux, et disponible en leur nom. Ni sous une dispensation païenne, pas plus que sous un juif, l’obéissance ne doit être absolue pour être acceptée. Comme nous l’avons montré ci-dessus, il peut y avoir une foi chrétienne virtuelle et une acceptation là où il n’y a pas de Christ connu – une foi qui garantit le pardon pour les lacunes dans l’observation de la loi. Aristote est cité par Wetstein comme disant (Nic. Rom 4:14) que l’homme éclairé «se comportera ainsi comme étant une loi pour lui-même». Un autre écrivain grec dit: « Je serai donc une loi pour la multitude, pas pour moi la majorité. » Philon dit de Moïse qu’il était «une loi vivante et rationnelle». (Notes sur Luc 12: 47-48; Luc 12:57.)

Commentaire de Charles Ellicot (Rom 2:12)

Les Juifs et les Gentils seront jugés, chacun selon la méthode propre à son cas; le Juif par la loi écrite contre laquelle il a péché, le Gentil par la loi de conscience non écrite contre laquelle il a lui aussi péché. La simple audition de la loi n’apportera aucune exemption au juif; et, d’autre part, le Gentil, qui, selon les ordres de la conscience, agit comme s’il était soumis à la loi, bénéficiera pleinement de ce que la loi peut lui donner. En fait, sa conscience est pour lui une loi. Il subit précisément le même conflit d’auto-condamnation et d’auto-acquittement que celui qui a une loi écrite à laquelle se référer. Tout cela sera fait, cette stricte mesure de justice sera appliquée, au dernier grand jour du jugement.

Dans la loi. — Plutôt, dans la loi. Ici, comme dans les phrases qui suivent, «par la loi», «les auditeurs de la loi», «les faiseurs de la loi», «les Gentils qui n’ont pas la loi», etc., l’article est inséré à tort par la version autorisée. Son absence montre que l’Apôtre Lad à l’esprit, pas la loi mosaïque particulière, mais l’abstraction de la loi. «Derrière la représentation concrète – la loi mosaïque elle-même – St. Paul voit un principe impérieux, une présence écrasante, antagoniste à la grâce, à la liberté, à l’esprit et (à certains égards) même à la vie – la loi abstraite, qui, bien que les ordonnances mosaïques soient son incarnation la plus claire et la plus complète, n’est néanmoins pas épuisé en elle, mais exerce son pouvoir écrasant sur la conscience dans diverses manifestations. L’un, le concret et le spécial, est ὁ υόμος; l’autre, l’abstrait et l’universel, est νόμος »(Lightfoot).


 Steve Taylor

Pour autant que je sache, Paul n’utilise jamais vraiment le terme de «gentil chrétien» – le fait était qu’ils étaient «greffés» et étaient donc sans distinction, et c’est le plus grand enseignement que Romains développe tout au long de son texte:

« Mais si certaines branches ont été rompues, et que vous, bien qu’une pousse d’olivier sauvage, avez été greffé parmi les autres et que vous partagez maintenant la racine nourrissante de l’olivier … De peur que vous ne soyez sage à vos propres yeux, je ne voulez pas que vous ignoriez ce mystère, frères: un durcissement partiel est venu sur Israël, jusqu’à ce que la plénitude des Gentils soit entrée. « Romains 11:17, 25

… ce qui est cohérent avec les autres écrits contemporains de Paul:

« Sache donc que ce sont ceux de la foi qui sont les fils d’Abraham . » Galates 3: 7

« … car en Jésus-Christ, vous êtes tous fils de Dieu , par la foi. Car autant d’entre vous qui ont été baptisés en Christ ont revêtu le Christ. Il n’y a ni Juif ni Grec , il n’y a ni esclave ni libre, il n’y a pas homme et femme, car vous êtes tous un dans le Christ Jésus « Galates 3: 26-28

Il y a des chrétiens d’attributs variés, mais aucun d’eux n’est si définissant que nous devrions jamais les regrouper – nous ne parlerions pas de « chrétiens noirs » et de « chrétiens blancs », et donc nous ne devrions pas non plus séparer les « chrétiens juifs » et « chrétiens non juifs ». «Gentil» est vraiment juste un autre mot pour «les nations» qui sont en dehors du Royaume de Dieu, et donc cela ne peut être correctement appliqué à aucun chrétien. Le groupe pharisien de Jérusalem dans Actes 15: 5 continue de les appeler «  gentils  » dans un sens négatif – le passage dit tout naturellement «  ils ne sont pas chrétiens jusqu’à ce qu’ils soient circoncis  » jusqu’à ce que le concile conclue que ce n’est pas vrai. Étant donné les écrits du Nouveau Testament, il est quelque peu contre nature d’imaginer Paul utilisant une telle idée dans ses lettres.

Ceci est indiqué très clairement à la fin du même chapitre que vous examinez:

« Un homme n’est pas un Juif s’il n’est qu’un extérieurement, et la circoncision n’est pas seulement extérieure et physique. Non, un homme est un Juif s’il est un intérieurement ; et la circoncision est la circoncision du cœur, par l’Esprit, pas par le code écrit.  » Romains 2: 28-29a

Nous voyons que Paul exhorte les chrétiens romains à ne pas se diviser selon leurs anciennes lignes ethniques, et que ce n’est que la «  circoncision du cœur  », le salut par Jésus / Yeshua le Messie, qui entre tout homme ou femme dans le Royaume de Dieu . Les vrais enfants d’Abraham sont ceux qui mettent leur foi en Dieu (Galates 3: 7), et au-delà de cela, nous ne devrions faire aucune distinction entre nous. Ainsi, Romains 2:14 fait référence aux «gentils», qui, selon Paul, sont ceux qui n’ont pas encore été «greffés» au Royaume par Jésus.

Steve Taylor

« Il n’y a ni juif ni grec … car vous êtes tous un en Jésus-Christ » – non, je ne dis pas que les gentils deviennent juifs. Je dis que lorsque les juifs ou les gentils croient, ils deviennent enfants de Dieu, du Royaume. Tout comme les juifs ont été adoptés comme enfants de Dieu par la foi et l’obéissance, les Gentils aussi. Ce n’est que tous ensemble à travers Christ que nous sommes «rendus parfaits», donc il n’y a pas vraiment de mérite dans l’un ou l’autre statut en dehors de lui (Heb 11:40).

Steve Taylor

@woundedego – n’ai-je pas dit Hébreux 11:40?


 Anonymous

Romains 2:12 à 2:16 ne qualifie pas les gentils en disant « quand ils croient gentils » ou « quand les saints  » … donc il n’y a aucune raison de supposer qu’il ne parle que de certains gentils.

Cependant, ce passage semble aller à l’encontre de son argumentation plus tard:

Rom 5:13 car le péché était bien dans le monde avant que la loi ne soit donnée, mais le péché n’est pas compté là où il n’y a pas de loi.

Dans Romains 2, aucun homme n’est privé d’une loi en vertu de laquelle il sera tenu responsable parce que la conscience fait office de loi, mais dans Romains 5, l’absence d’une loi expresse signifie qu’il n’y a pas de contrevenants. Dans Romains 5, la mort « règne » toujours sur ceux qui n’ont pas de loi parce que les effets des transgressions d’Adam se transmettent.

Comme la plupart d’entre nous, Paul est à l’aise avec un peu de dissonance cognitive si cela crée une bonne polémique.


 Wilberteric

Sans aucun doute des chrétiens.

Tout au long de ses épîtres, Paul confronte des objections à ses enseignements. Dans ce cas, il répond à des objections potentielles à Romains 2: 6-11.

Rom 2: 6 qui «rendra à chacun selon ses œuvres :» Rom 2: 7 à ceux qui, par leur persévérance dans le bien, recherchent la gloire, l’honneur et l’incorruptibilité, la vie éternelle ; Rom 2: 8 mais à ceux qui se cherchent eux-mêmes, et n’obéissent pas à la vérité, mais obéissent à l’injustice, seront la colère et l’indignation, Rom 2: 9 l’oppression et l’angoisse, sur toute âme d’homme qui fait le mal, à la Juif d’abord, et aussi au grec. Rom 2:10 Mais la gloire, l’honneur et la paix vont à tout homme qui fait le bien, au Juif d’abord, et aussi au Grec. Rom 2:11 Car il n’y a pas de partialité avec Dieu. (LA TOILE)

L’argument de Paul va quelque chose comme ceci: si Dieu est vraiment impartial dans son jugement (2:11), jugeant les juifs et les gentils selon la même norme, où cela laisse-t-il la loi? Paul a compris la validité de cette question imminente. Parce que les gentils n’étaient pas destinataires de la loi (voir Ep 2, 12). Seuls les Juifs étaient «sous la loi» donnés à Moïse. Les Gentils n’avaient aucune connaissance de la loi et, implicitement, ne pouvaient pas tenter de la suivre.

Compte tenu de ces faits, Paul doit présenter un argument solide pour défendre sa conclusion que Dieu est impartial. Sinon, on pourrait conclure que les gentils devraient être jugés selon la stricte conformité à la loi mosaïque, y compris la circoncision comme beaucoup des premiers chrétiens juifs. Mais Paul contredit cette notion. Dieu ne jugera pas les Gentils selon une loi qui ne leur a jamais été donnée. Mais Dieu favorise ceux qui font la loi et non ceux qui ne sont que des auditeurs (ceux qui l’ont entendue lisent dans les synagogues).

Paul désigne ensuite un mystérieux groupe de gentils qui sont:

  1. Appelé juste et justifié.

Rom 2:13 Car ce ne sont pas les auditeurs de la loi qui sont justes devant Dieu, mais les praticiens de la loi seront justifiés

  1. Ayez une loi écrite dans leur cœur / régénérée. (Jér 31:33, Heb 10:16).

Rom 2:15 en ce qu’ils montrent l’œuvre de la loi écrite dans leur cœur,

  1. Ayez des pensées les accusant (comme toute semence d’Adam) mais ayez des pensées les excusant le jour du jugement.

leur conscience témoignant avec eux, et leurs pensées entre eux les accusant ou les excusant) Rom 2: 15b

On peut se demander comment les païens païens pourraient jamais être appelés des pratiquants de la loi. Surtout compte tenu de l’inculpation de Paul contre eux dans Romains 1: 21-32. Ils ne pouvaient que faire la loi en suivant la loi de justice trouvée en Christ.

Sommaire

Un thème récurrent dans les écrits de Paul est l’inclusion des Gentils dans le peuple de Dieu. Comme mentionné dans les réponses ci-dessus, les Juifs et les Gentils croyants ont été formés par l’Esprit en un seul homme nouveau (Ep 2, 15).

Dans Romains 2, le texte ne semble pas impliquer que Paul faisait une déclaration hypothétique. Ses contextes pointent vers le jugement «selon les œuvres», que l’on retrouve dans les écritures hébraïques et NT. Personne ne doute que ceux dont parle Romains 2: 25-29 sont chrétiens, mais ils sont décrits dans les mêmes termes que ceux de 12-16. Cela me porte à croire que la réfutation de Paul à l’objection potentielle va quelque chose comme ceci: Bien que les Gentils n’aient pas reçu la loi, ils (par la nature du travail de l’Esprit) obéissent aux exigences mêmes de la loi par la foi en Christ. Deux passages de support de cette paraphrase de fortune sont ci-dessous. Vérifie-les.

Rom 8: 3 Car ce que la loi ne pouvait pas faire, en ce qu’elle était faible par la chair, Dieu le fit, envoyant son propre Fils à la chair et le péché, il condamna le péché dans la chair; Rom 8: 4 afin que l’ordonnance de la loi soit accomplie en nous , qui marchons non selon la chair, mais selon l’Esprit.

Rom 9:30 Que dirons-nous alors? Que les Gentils, qui n’ont pas suivi la justice, ont atteint la justice, même la justice qui est de la foi; Rom 9:31 mais Israël, suivant une loi de justice, n’est pas arrivé à la loi de justice.


 Anonymous

L’expression en grec traduite par « Gentils » est τα εθνη- ta ethnē et est convenablement traduite par « les nations » (la forme singulière το εθνος est même utilisée pour désigner Israël – Jean 11:50).

Le mot anglais « Gentile » peut retracer son origine à travers le français normand jusqu’à la traduction latine de ta ethnē dans la Vulgate – gentes (nation) – et sa forme génétive – gentilis (de ou se rapportant à une nation).

L’expression ta ethnē aurait été bien connue des Juifs helléniques de Rome à qui Paul écrivait, car elle est utilisée des centaines de fois dans leur Septante grecque pour désigner des nations non juives (généralement païennes). Par exemple:

Josué 24:18 LXX
Et le Seigneur chassa les Amoréens et toutes les nations [Gr. τα εθνη, Lat. gentes] qui habitaient la terre d’avant nous: oui, nous servirons le Seigneur, car il est notre Dieu.


Ésaïe 9: 1 LXX
Buvez d’abord. Agissez rapidement, ô terre de Zabulon, terre de Nephtalim, et les autres habitant la côte de la mer, et la terre au-delà du Jourdain, Galilée des Gentils [Gr. τα εθνη, Lat. gentes]


1 Maccabées 2:12
Et voici, notre sanctuaire, même notre beauté et notre gloire, est dévasté, et les Gentils [Gr. τα εθνη, Lat. gentes] l’ ont profané.

 

#ou, 12-16, 2, chrétiens, Gentils, païens, romains?)?

 

wiki

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *