Violation B et L par des effets électrofaibles non perturbatifs

FredS

Violation B et L par des effets électrofaibles non perturbatifs


Je lisais sur la définition de la parité R sur cet article http://arxiv.org/abs/hep-ph/9709356 (p. 53 54). L’auteur dit que postuler la conservation des nombres B et L dans le MSSM est sous-optimal car

  1. Dans le SM, leur conservation n’est pas postulée mais résulte de l’absence de tout terme renormalisable dans le lagrangien associé à leur violation
  2. La violation de B et L peut se produire en petites quantités en raison de la présence d’effets électrofaibles non perturbateurs de toute façon

À propos de la raison 2, l’auteur fait référence à un article de t’Hooft que je ne peux malheureusement pas télécharger. Ma question est: quels sont ces effets non perturbateurs?

J’ai vu qu’il y a ici d’autres questions et réponses liées à ce sujet, mais je cherchais une réponse moins technique, générale ou même qualitative.

Je vous remercie!

voler ♦

La liste des publications de ‘t Hooft comprend ce lien vers un article sur la non conservation des nombres de baryons et de leptons dans

Réponses


 ACuriousMind

La non-conservation du baryon dans la théorie quantique est causée par l’ anomalie chirale , qui conduit au courant baryonique

j B μ = je q ¯ je γ μ q je

n’étant pas conservé comme

μ j μ B F F

μ j B μ F F

F

est le tenseur d’intensité de champ du champ électrofaible. Maintenant,

μ j B μ F F

est un invariant topologique, associé au secteur d’ instanton (voir aussi) dans lequel nous nous trouvons. L’instanton est essentiellement la solution classique – le vide – nous basons notre expansion perturbative théorique sur le champ quantique autour (voir aussi ceci et ce post de mine ). Cela signifie que les instantons sont invisibles du point de vue perturbatif – vous devez en corriger un pour faire la théorie des perturbations.

De plus, si l’on étend la fonction de partition comme une série de Taylor autour de la constante de couplage disparaissant, qui définit essentiellement l’approche perturbative, les contributions d’instanton disparaissent car elles sont supprimées avec un facteur

e 1 / g

dont l’expansion de Taylor au point de fuite est identique à zéro et n’apparaît donc pas dans la série des perturbations (cf. nLab ).

Graphiquement, l’anomalie et donc la non conservation est associée aux diagrammes triangulaires entrez la description de l'image ici

voir « Conférences sur les anomalies » de Bilal.

 

#et, B, des, Effets, électrofaibles, L, non, par, perturbatifs, Violation

 

google

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *